10/01/2019

Luc Ferry, cet imbécile...

LucFerry.jpg

(Crédit de l'image : ©JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Imbécilité

Absence complète d'intelligence, de compréhension ; bêtise, stupidité : Son imbécillité est navrante.

Action, parole, intention qui dénote cette absence d'intelligence : Dire une imbécillité.

Vieux. Déficit intellectuel profond.

 

Imbécile

Personne dépourvue d'intelligence : Cet imbécile va encore nous attirer des complications.

Vieux. Sujet atteint d'imbécillité.

(Définition du Larousse, disponible ici : https://www.larousse.fr)

 

Monsieur Luc Ferry,

semble t'il que vous êtes meilleur littéraire que professionnel de la sécurité, du maintien de l'ordre, et de l'engagement militaire.

 

Premier point : l’engagement de la force létale

En lisant vos déclarations, relatées dans l'article de France Soir (disponible ici en cliquant), vous appelez les policiers à "faire usage" de la force létale qui leur est conférée à travers leur arme de service.

Visiblement, vos propos dénotent une crasse méconnaissance :

1) des règles qui régissent l'engagement du "feu"

2) de la balistique

3) la portée politique qu’entrainerait la mise en application de vos propos

4) concernant votre appel à l’engagement de l’Armée.

 

1. Engagement du "feu" : l'usage d'une arme létale obéit à deux articles du Code pénal : la légitime défense, qui exige la proportionnalité de la réponse à l'attaque subie ; l'état de nécessité, qui induit que seul l'usage de la force létale se justifiait, notamment pour protéger la vie d'autrui.

En dehors de la réaction immédiate et proportionnée au sens de la légitime défense et de l’état de nécessité, il existe une graduation très claire avant que les forces de l’ordre puissent « faire usage » de leur arme de service :

  1. La pose de la main sur l’arme encore engainée, et sommations d’usage verbales
  2. La prise de l’arme en main, dégainage et sommations d’usage verbales
  3. Le tir de sommation, et là encore sommations d’usage verbales
  4. La mise en joue, et là encore sommations d’usage verbales
  5. Le tir.

N’est pas professionnel des armes qui veut. N’est pas « flic » qui veut.

Et vous n’avez ni les compétences, ni les connaissances, ni la formation, pour oser vous prononcer, du haut de votre savoir étalé comme on étale la dernière cuillère de confiture sur une tartine, sur ce que doivent faire les forces de l’ordre.

Ils et elles sont autorisé-e-s en tout temps à faire usage de leur arme lorsque les circonstances le nécessitent. Ils et elles n’ont donc aucun besoin de votre approbation, de votre bénédiction, de ce que j’ose appeler : un appel au meurtre. Contrairement à vous, ils et elles devront porter sur la conscience la mort probable qu’ils ou elles infligeront. Et ce pendant que vous siroterez un bonne tisane, une bonne bouteille avec vos ami-e-s, vous tapotant l’ego d’avoir porté la « bonne parole ». Paroles qui portent en elles, un petit relent brunâtre.

Vos propos, en plus d’être de l’imbécilité dans son plus simple appareil, sont le témoignage d’une ignorance crasse et accablante, et dénotent d’un mépris complet envers les professionnel-le-s qui s’interposent, encore, pesez bien ce mot : encore ; entre le pouvoir et le peuple de France qui manifeste pour revendiquer des demandes Ô combien légitimes, comme le RIC.

 

2. La balistique : les armes de poing en dotation au sein des forces de police sont de calibre 9mm et 357 magnum. Un policier qui ferait usage de son arme à terre, tirerait avec un angle vers le haut compris entre 25 et 45 degrés, même si ledit policier faisait usage de son arme dans pareille circonstance, avec pour seule intention de blesser aux jambes, la force de pénétration d'un calibre 9mm est de 300 mètres / seconde avec une inertie de 260 joules ; et pour un 357 magnum de 395 mètre / seconde avec une inertie de 796 joules.

En conséquence, les ogives en dotation traverseraient comme du beurre l’individu visé et continueraient leur remontée, conservant leur angle ascendant à travers d'autres manifestants.

Un peu de trigonométrie M. Ferry vous ferait le plus grand bien. Complété par un cours de physique élémentaire. Evidemment, pour une ancien ministre de l’Education nationale, votre ignorance ne vous honore que peu.

Les balles, cher Monsieur, blessent et tuent. Les armes à feu, ne sont pas des mots sur du papier. Mais évidemment, pour quelqu'un qui risque au pire de se couper la pointe de l'index sur le tranchant d'une page qu'il tourne, il doit être difficile de s'imaginer l'image d'une blessure provoquée par une ogive propulsée à 300 mètres / seconde à travers un corps humain.

Heureusement, vos forces de l'ordre, elles, sont formées à l'engagement du feu. Contrairement au littéraire que vous êtes, et que vous devriez rester. Lisez des livres, dans ce domaine, vous êtes, selon toute vraisemblance, relativement bon.


3 La portée politique : pour la France, donneuse de leçon à l'international, demander à la police, force régalienne tenue de protéger les citoyens et les citoyennes, réprimer une manifestation par des tirs de balles réelles, gageons que votre pays perdrait encore le peu d'estime qu'il suscite sur la scène internationale.

N'oubliez pas, cher Monsieur, que vos ventes d'armes à certains pays du Golfe, armes utilisées dans un conflit très peu médiatisé mais Ô combien meurtrier et peu reluisant : le Yémen, n'engagent pas au respect, mais au dégoût pur et simple du vile mercantilisme meurtrier auquel la France d'aujourd'hui procède.Visiblement, votre indignation très sélective s'arrête à la couronne parisienne.

Si vos forces de l'ordre suivaient votre voeu, vous pourrez y ajouter la répression à balles réelles. Une petite guerre civile vous siérait-elle pour égayer vos mornes soirées ?

A ce stade, je m'inquiète pour votre index, j'espère que SOS Médecin, on le SAMU vous auront fait un pansement et dispensé quelques analgésiques pour soulager la douleur insupportable de votre coupure.

 

4. L’engagement de l’Armée : appeler de vos voeux l'engagement de l'armée, vous pourriez être surpris d'être entendu, j'ai bien écrit entendu. L'écoute, elle, dépendra du prisme avec lequel votre armée percevra cet appel. Vous rappelant au passage, qu'il n'y a pas si longtemps, les femmes de militaires en colère se faisaient entendre pour crier leur détresse face aux soldes impayées de leurs conjoint-e-s engagé-e-s notamment en Opex.

Les soldats prêtent serment pour défendre leur Constitution et leur population. Rappelez-vous en. Ils et elles ne sont pas les « outils » du pouvoir face aux concitoyens qu’ils et elles ont juré de défendre au péril de leur vie.

Dernier point, rappelons que l’actuel Président a viré, pardon, a demandé au Général de Villier sa démission parce qu’il avait eu l’outrecuidance de signaler, à l’individu qui vous sert de chef de l’Etat, que son budget ne permettait pas de répondre aux attentes du pouvoir.

 

Pour terminer, on attendrait de pseudos intellos qu'ils vantassent des messages de paix, comme celui de Ghandi, de Soeur Emmanuelle, en lieu et place d'appels au meurtre. Fussent-ils "commandés" aux forces régaliennes de votre beau et merveilleux pays. Tiens, cette odeur brunâtre me revient dans les narines...

En somme, à la vue de ce qui précède, vos titres universitaires, votre parcours de pseudo intellectuel, masquent mal votre imbécilité déclarée, conjuguée à une visible et palpable nostalgie d'une époque un peu sombre de l'Histoire de France.

Vous êtes donc, au vu de ce qui précède : un imbécile.

Bien cordialement, votre voisin,

Stéphane Valente

23/05/2018

Si j'étais MCG, je voterais Ana Roch !

Bonjour à toutes et à tous !

dans quelques jours, le MCG sera appelé à se prononcer sur la réélection, ou non, d'Ana Roch à la présidence de ce parti.

Evidemment, je ne suis pas MCG, pas plus qu'adhérent à tout autre parti. En revanche, je crois dans les talents, les compétences, la probité, l'expérience de personnalités.

Et Ana Roch en est une.

On aimerait à lui reprocher "la Bérézina" des dernières élections, or c'est faux. Mathématiquement, le MCG n'a perdu que 4 sièges, les 5 autres ayant été perdus suite à la création du GEM. Ces bisbilles infantiles auraient pu conduire à la disparition d'un parti qu'un Genevois sur trois soutient.

En outre, avec l'élection de l'actuel Conseil administratif de Vernier, Monsieur Apothéloz, au Conseil d'Etat, c'est une place de Magistrate qui se libère à Vernier.

Renouveler la confiance en Ana Roch est une juste reconnaissance pour l'énergie et le talent qui ont sauvé le MCG d'une disparition souhaitée par tant... en outre, en envoyant un signal clair, renouveler la Présidence avec Ana Roch, les Verniolans et les Verniolanes pourraient avoir envie d'ouvrir les portes de la Mairie à cette femme déterminée, compétente, capable, qui n'a jamais attendu les élections pour être active auprès de ces concitoyens.

D'ailleurs, une fois élue, en septembre ou novembre selon la date qui sera choisie par le CE, elle cédera sa place... en attendant, à votre place, adhérents et adhérentes, je resserrerais les rangs derrière celle qui a sauvé le MCG d'une disparition programmée et qui a toutes ses chances d'accéder à la Mairie de Vernier !

Donc, si vous êtes MCG, réfléchissez bien lorsque vous devrez choisir votre Président-e !

Si j'étais MCG, je voterais Ana Roch sans l'ombre d'une hésitation.

ana roch

 

Merci pour votre lecture, et j'espère que la raison et le bon sens l'emporteront sur les autres considérations de cour de récré :)

Bien à toutes et à tous !

Stéphane

 

08/05/2018

Merci Messieurs Parmelin et Rebord !

savoie_retour_yvoire.jpg

A Monsieur Guy Parmelin
Conseiller fédéral,
A Monsieur Philippe Rebord
Commandant de corps.

Messieurs, ma moyenne terminera vendredi prochain son paiement de galon de Sergente au sein de l'une de nos troupes combattante d'élite. La confidentialité, liée à sa spécialisation, m'interdit de publier ici des remerciements à son Commandant d'école, ainsi qu'à ses adjudants instructeurs. Vous aurez loisir de transmettre.

Confier ma moyenne à l'armée, si cela m'a rempli de fierté, avait soulevé aussi quelques inquiétudes. Un petit bout de femme au milieu de centaines d'hommes. Comme tout père si, d'une part j'étais fier et heureux qu'elle serve notre pays, de l'autre, j'étais un brin inquiet.

Le professionnalisme des Officiers, des sous officiers instructeurs, sous officiers; la qualité du recrutement des soldats, l'instruction donnée, la discipline imposée au respect des femmes incorporées aura très vite levé la moindre inquiétud

e.

Elle termine son paiement de galon, forte d'une expérience où le sexe n'a eu que peu ou pas d'incidence sur l'instruction donnée, reçue, les tâches de responsabilité, les spécialisations acquises. Jamais le moindre dérapage ni des h

ommes de troupes, ni des sous officiers ou officiers.

Notre Armée prouve ainsi, à travers plus de dix mois au sein des troupes, que les femmes ont parfaitement leur place, que nos cadres sont parfaitement formés, et que nous savons accueillir nos partenaires féminines avec le respect qui incombe à toute unité combattante.

Comme l'expression le dit : un poisson pourrit toujours par la tête. Démontrant qu'aujourd'hui, la tête de l'Armée dont vous êtes les garants, est entre de bonnes mains.

Pour toutes ces raisons, MM. Parmelin, Rebord, je vous présente mon salut le plus respectueux, et vous transmets par la même, l'expression de ma très haute considération.

Semper fidelis

16:40 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2017

Vernier, un équilibre budgétaire accidentel...

Bonjour à toutes et à tous,

Madame Laurence Bézaguet nous livrait le 15 novembre cet article : Vernier, le Père Noël s'en mêle

Avec pour titre : "La Ville de Vernier comble son déficit prévu pour 2018"

Or c'est faux. Le budget initial présentait un déficit de plus de 1,4 millions.

Et ce n'est pas grâce au travail des Conseillers administratifs en place que ce budget déficitaire s'est soudainement traduit en budget positif.

SantaTransparent.pngEh non, nous aimerions beaucoup que ce soit le cas. Néanmoins, ce sont les prévisions du Canton qui ont été revues à la hausse, venant, comme le père Noël, juste à temps pour sauver ce budget déficitaire.

Quelques chiffres qui devraient permettre à Madame Bézaguet de prendre la mesure de la fâcheuse propension qu'affiche Vernier à augmenter ses dépenses de manière exponentielle.

En 2007, le budget communal s'élevait à CHF : 77'000'000.-, pour atteindre, 10 ans plus tard, 112'000'000.- soit 3,5 millions d'augmentation annuelle. On pourrait rétorquer : normal la population communale augmente et donc les coûts liés sont indexés.

De fait, c'est bien là que le bât blesse : au 31 décembre 2007 la population verniolane dénombrait 32'000 habitants. Pour atteindre aujourd'hui : 34'500 âmes. Soit une augmentation de 2'500 personnes. L'augmentation du budget représente donc, environ 14'000.- par nouvel habitant.

Nous prendrons un exemple criant : le budget culturel qui, en 2007 représentait CHF 400'000.-, a bondi en dix ans à 1'200'000.-. Bien évidemment, participer à la culture est nécessaire, toutefois, l'augmentation soudaine des montants attribués laisse songeur. On se souviendra que sous la législature de M. Thierry Cerutti, la majorité Socialistes-Verts-PLR actuelle était nettement moins encline à la moindre augmentation de ce poste jugé, à l'époque, secondaire.

Curieusement, la culture et son budget dépendent surtout de qui est à la tête du dicastère.

Au vu de ce qui précède, le joli article, écrit avec talent par Madame Bézaguet, tombe quelque peu à l'eau. Peut-être aurait-elle dû prendre le temps de poser la question à celles et ceux qui se sont opposés à l'adoption de ce budget. Ce ne sera pas Noël chaque année.

Ce qu'il faillait corriger (#CQFC)

Bonne lecture à toutes et à tous,

Bon week-end :)

Stéphane

 

 PS. Je vous rassure, je ne publie pas ce blog en vue de la campagne 2018, je ne suis pas candidat. ;)

25/02/2017

Monsieur Bandler, pourriez-vous...

Bonjour à toutes et à tous,

si vous étiez Conseiller municipal d'une commune qui présente un taux de 6,6% de personnes en demande d'emploi, trouveriez-vous un peu... mais un peu seulement, ironique que le Chef de service de la cohésion sociale se fende d'un blog sur l'action effective de notre Conseiller d'Etat, Monsieur Mauro Poggia, en charge de l'emploi et de la solidarité pour le critiquer... ?

Pour être, aujourd'hui, en pleine action pour rendre aux résidents la priorité de l'emploi dans certains domaines, je trouve que cet employé de la commune de Vernier devrait avant tout s'occuper de nos habitants avant de se faire le porte-parole de la juste pensée Socialistes. Histoire de se faire mousser, à défaut de bilan, l'attaque permet d'être lu et d'exister.

LOL :D

Monsieur Bandler avant de perdre votre temps à critiquer l'action d'un Conseiller d'Etat qui démontre, comme d'autres, l'efficacité de son action, pourriez-vous remplir la mission pour laquelle vous êtes grassement payé ? Ou, est-ce trop vous demander ?

Avec un taux de 6,6% de chômeurs et demandeurs d'emploi dans notre commune, à votre place j'éviterai de pavoiser et de critiquer, je me mettrais simplement au travail, car vous êtes en charge, Monsieur Bandler... en charge, si tant est que vous sachiez ce que cela signifie ?

Evidemment, si Madame Roch, Monsieur Cerutti et moi-même avions été élus, vous auriez fait partie du premier wagon... car votre incapacité à faire face aux problèmes de nos habitants n'est plus à démontrer. Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Faites nous plaisir, avant de vous préoccuper des problèmes cantonaux qui, sans le moindre doute, vous dépassent, occupez-vous de nos administrés. Vous êtes payé pour... des fois que votre mémoire serait sélective.

Ce serait la moindre que l'on puisse attendre d'un fonctionnaire communal.

Avec mes remerciements,

Stéphane Valente