26/09/2007

Une panachée... la panacée ?

Bonjour à toutes et à tous,

 

facile de dire de voter... hein ?

 

Sauf erreur de ma part et contrairement à ce que tous les partis aimeraient, il est possible de panacher...

 

Limonade et bière ? :o)

 

Panacher en politique c'est prendre les listes des partis et de choisir les candidats indépendamment de leur appartenance politique pour faire votre propre liste.

 

Par exemple si vous pensez qu'un candidat a prouvé son efficacité dans l'action politique pour sa ville, sa commune, etc... HOP ! Vous l'inscrivez sur les listes vierges, nom après nom... c'est fastidieux... certes, mais au moins vous n'élirez pas en bloc un parti, ou l'autre.

 

Alors une tite panachée d'élection fédérale ?

 

Comme beaucoup d'entre nous, je ne me reconnais dans aucun parti, en revanche je retrouve des idées, des propositions, dans chacun d'eux...

 

Le 21 octobre je m'offre un cocktail multicolore... et vous ?

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

Commentaires

J'ai souvent fait comme ça... jusqu'à me rendre compte que ces votes "panachés" faisaient perdre plus de voix qu'ils n'en faisaient gagner aux candidats ainsi minutieusement choisis. Paradoxal? Certes, mais le jeu des listes apparentées et sous-apparentées permet aux partis de grapiller des voix que les listes panachées ne leur offrent pas. Pour que cela marche, il faudrait qu'une immense majorité des électeurs panachent leurs listes... Mais cela impliquerait qu'on n'aurait aucun résultat le dimanche soir... ;-)

Écrit par : Jacqueline | 26/09/2007

Bonjour à toutes et à tous,
Bonjour Jacqueline,

je l'avoue humblement, en panachant le but recherché pour ma part est simple, je l'assimile à un vote en blanc.

Notre système actuel ne prend pas en compte le vote "blanc", donc en votant par la voie du panachage çela permettrait aux partis actuels (si l'immense majorité silencieuse votait) de prendre une bonne "claque" électorale. Démontrant que s'enfermer dans des archaïsmes du passé ne sert à rien et surtout que les citoyens d'aujourd'hui veulent des réponses à leurs attentes.

Le seul moyen démocratique de dire "mer*e".

Les élus ainsi choisis comprendraient alors qu'ils et elles dépendent d'un peuple souverain, que les campagnes partisane à plusieurs millions de francs ne servent à rien si les résultats ne sont pas au rendez vous.

Quand je pense politique, je pense gestion... que je pense conseiller fédéral je mesure intégrité, éfficacité, etc...

Prenez nos conseillers actuels :

M. Couchepin, vous voteriez pour lui ? Moi non.

M. Blocher, vous voteriez pour lui ? Moi non.

Mme Calmy Rey, vous voteriez pour elle ? Moi oui.

M. Samuel Schmid, vous voteriez pour lui ? Moi oui.

M. Merz, vous voteriez pour lui ? Moi oui...

Etc...

Leur appartenance politique ne m'intéresse guère, je m'intéresse aux résultats de leur "mission" en tant que garant de nos institutions :

Mme Calmy Rey, une conseillère performante qui porte haut les valeurs de notre pays.

M. Schmid (UDC soit-il) a réussi à poursuivre la réforme indispensable de l'armée malgré la baisse des budgets, président il parlait d'intégration des étrangers...

M. Merz, a réussi quant à lui l'inimaginable, il a stabilisé la dette du pays et même entamer les chiffres noirs...

M. Blocher, M. Couchepin, eux... malheureusement sont les "moutons noirs" du gouvernement, des nullités dans leur domaine respectif.

Le vote panaché permet de faire le ménage, sans compromissions partisanes jusqu'en haut des instances dirigeantes du pays. Le statut d'intouchable enfin remis en question.

Voter est droit élémentaire, le panachage le meilleur moyen de faire entendre la voix des gens qui se taisent... environ 55% des Suisses. la majorité des gens de ce pays se taisent...

Le 21 octobre, dérisoire soit mon vote, je voterai panaché parce que j'en ai marre de bêhler en silence

Aux autres citoyens de comprendre l'enjeu d'un vote panaché et si... aux politiques de faire leur autocritique...

Bien à vous Jacqueline,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26/09/2007

Les commentaires sont fermés.