21/11/2007

Osons parler Chômage...

Bonjour à toutes et à tous,

 

avec la nouvelle loi sur le chômage, on se demande si M. Longchamp n'est pas bernois ?

 

Explications :

 

M. Longchamp, dans sa réforme de la loi, propose de réduire de 12 à 6 mois la durée de l'emploi temporaire cantonal, la loi sur le chômage demande une année au moins de cotisation pour ouvrir un deuxième délai cadre.

 

Il est lieu de souligner qu'un emploi temporaire cantonal n'est indémnisé qu'à hauteur de 3'300 CHF à 4'500 CHF maximum versé par un fond cantonal.

 

Pas qu'on imagine que ces emplois sont une source de revenus ministériels...

 

Donc, si la nouvelle loi, dans sa mouture actuelle passait, nos chômeurs de longue durée, travailleront 6 mois en emploi temporaire cantonal formatif et ensuite ?

 

Ils et elles n'auront pas le droit à l'assurance chômage fédérale, donc... ???

 

Aller, devinez...???

 

De chômeurs / chômeuses à assisté(e)s, sans passer par le sempiternel "START" merci l'Hospice Général ;o)

 

Confédération - canton aller simple.

 

Et... sauf erreur de ma part, la nouvelle loi, ne prévoit pas une augmentation du budget de l'Hospice, pourtant elle est à prévoir... un oubli sans doute.

 

Conclusions :

 

En terme politique, on appelle ça un transfert de responsabilité et qui supportera ce dit : transfert ?...

 

Nous... chers concitoyen(ne)s Genevois(es).

 

Mais rassurons - nous les statistiques du chômage, elles, baisseront par l'effet de "vase communiquant".

 

Questions :

 

D'où ma question Ô combien justifiée de savoir si M. Longchamp siège à Berne ou à Genève ?

 

N'aurait - il pas été plus judicieux, avant de pondre une loi aussi inutile que dérisoire qui aura des conséquences sociales et économiques sérieuses sur les finances cantonales, de renforcer l'efficacité des commissions "tripartites" ?

 

En résumé :

 

Sur le papier les bilatérales étaient une merveille d'avancée politique, mais dans les faits : Zürich, Genève, Bâle commencent à supporter les effets pervers prévisibles qu'entraineraient lesdites bilatérales.

 

Même nos ami(e)s suisses allémaniques s'en mordent les doigts, surtout celui qui pointait Genève le mauvais élève, parce que le chômage gagne chez eux aussi...

 

La réflexion facile : ils et elles n'ont qu'à accepter tout emploi... encore faudrait il qu'il y en ait et lorsque c'est le cas, cet emploi soit, à compétence égale, attribué à un demandeur d'emploi domicilié dans le canton.

 

La réforme est en elle même coûteuse, inadaptée et n'apporte aucune innovation, les emplois-formations étant déjà prévus dans la législation actuelle, sauf pour la Confédération qui pourra économiser quelques millions sans résoudre en rien la problématique de l'emploi qui répond aujourd'hui à des réalités fédérales et non cantonales spécifiques à notre canton où "chômeurs = glandeurs".

 

Renforcer l'autorité de la commission tripartite à deux avantages simples et faciles à comprendre :

 

1) moins de chômeurs / chômeuses donc plus de recettes pour l'Etat, moins d'assisté(e)s à court et moyen terme

 

2) moins de circulation, donc moins de dépenses pharaoniques pour adapter nos artères principales au trafic toujours croissant

 

Ni droite, ni gauche, juste la moindre de bon sens.

 

Le chômage actuel obéït à une problématique fédérale et non cantonale.

 

Alors c'est bien à la Confédération de supporter les bourdes commises à Berne et non à nous Genevées z'é Genevés d'assumer seul(e)s.

 

Louable effort M. Longchamp parce que je ne doute pas que vous ayez été guidé par un bon sentiment et une volonté détérminée pour proposer des solutions, simplement ce ne sont pas les bonnes.

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

 

 

 

PS. Je sais "chuis un chieur" mais bon... faut être réaliste.

Commentaires

Bonjour Stéphane,

Je veux juste vous expliquer la base du raisonnement de Monsieur Longchamp pour l'établissement de cette nouvelle loi.

Il faut savoir que l'assurance chômage est une assurance fédérale et pas cantonale. Depuis des années, Berne nous montre du doigt avec ces emplois cantonaux qui ouvraient une nouvelle période de prestations.
Le tribunal fédéral a décidé que dès le 1er janvier 2008, ces emplois cantonaux ne donneraient plus droit à une nouvelle période de prestations de l'assurance chômage. Nos emplois cantonaux devenaient donc inutiles car ils avaient été créés justement pour ça.
Il était donc urgent de trouver une solution pour améliorer les prestations actuelles de l'ORP à Genève.

Cette loi est une base sur laquelle les élus devront encore travailler, mais c'est une bonne base, en adéquation avec les exigences fédérales.

Meilleurs messages

Mirko Righele

Écrit par : Mirko Righele | 21/11/2007

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Mirko,

c'est toujours un plaisir de vous lire.

C'est bien dans le contenu de votre commentaire qu'il y a un gros malaise.

Ces emplois cantonaux ne donneront plus le droit à l'indémnité de l'assurance chômage alors que les prélèvements obligatoires eux sont perçus.



Ensuite, la conséquence directe de la nouvelle loi sur le chômage sera une baisse effective des statistiques mais par effet de vase communiquant au détriment de l'assurance sociale, non par une résolution réelle de la problématique.

C'est bien là que le bas blesse.

Loin de moi l'idée de faire un procès d'intention à M. Longchamp qui a travaillé d'arrache pied à cette loi... mais force est de constater qu'elle ne résoud rien et sera au combien dispendieuse dans ses effets.

Zürich, Bâle, commencent à ressentir les problèmes aussi... le chômage actuel dépend de notre politique fédérale, c'est donc bien à Berne de corriger le tir et d'assumer le manque d'accompagnement des bilatérales.

Le problème "genevois" n'est que la pointe de l'iceberg.

Bien à vous Mirko,

Meci pour votre commentaire,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/11/2007

Sur ce point je vous suis entièrement, c'est à Berne qu'il y a un réel travail de fond à effectuer, les cantons ne peuvent pas gérer seuls les dérives d'une assurance fédérale.

Je comprends parfaitement les craintes que peuvent faire surgir cette loi et ai moi-même posé de nombreuses questions concernant les personnes en fin de droit.
Je suis peut-être naïf, je vous le concède, mais, connaissant les méthodes de Monsieur Longchamp et son engagement pour les plus démunis, je suis persuadé qu'il va créer une vraie alternative aux emplois temporaires cantonaux, comme il le propose dans cette loi.

L'ORP a déjà changé de visage, ne serait-ce que par la rapidité avec laquelle les inscrits sont appelés à se présenter (10 jours au lieu de 6 semaines d'attente...).

Pour poser des questions au magistrat concerné et à un détracteur en la personne de Monsieur Christian Grobet, ancien conseiller d'état et avocat, je vous invite à venir à la conférence-débat du 27 novembre 2007, à la salle des Délices au Grand-Saconnex, à 20 heures.

Personnellement j'y serai et espère voir nombreux tous ceux qui se posent des questions et qui attendent des réponses concrètes de la part de Monsieur Longchamp.

Merci Stéphane de soulever des sujets comme celui-ci, qui sont vitaux pour notre canton. Je continuerai avec plaisir à vous lire et à vous répondre.

Meilleurs messages

Mirko

Écrit par : Mirko Righele | 21/11/2007

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Mirko,

c'est avec grand plaisir que je me rendrai à cette conférence.

M. Longchamp a "hérité" d'un département au combien difficile et il a beaucoup de mérite et il n'est pas question de lui faire un procès d'intention.

Juste qu'effectivement, on se retrouve à devoir gérer une situation qui ne dépend de notre canton... mais bien de la Confédération.

En appliquant la loi actuelle, en donnant les moyens à la commission tripartite bien avant... nous aurions fort probablement une situation moins extrême qu'aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, merci pour l'invitation.

Débattre avec vous est un plaisir.

Au plaisir de vous relire,

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/11/2007

Les commentaires sont fermés.