01/12/2007

2007 l'année d'un triste record...

Bonjour à toutes et à tous,

 

2007 est l'année porteuse d'un record, savez - vous lequel ?

 

Celui du nombre des faillites personnelles en Suisse.

 

L' ATS du 29.11.2007 cite une étude d'un institut de recouvrement pour avancer que l'une des causes principales est le surendettement.

 

C'est sûrement juste...

 

Mais peut-être aussi que le problème est ailleurs, dans la législation qui fixe les barèmes de recouvrement par exemple.

 

A savoir, que lorsque vous faites l'objet d'une saisie sur salaire ne sont pris en compte que :

 

  • les loyers
  • les caisses maladies
  • frais de repas extérieurs (220.-)
  • frais de transport famille complète (230.-)
  • divers (80.-)

 

Laissant le débiteur avec un minimum vital de 1'550.- par mois pour une famille de 5 personnes.

 

D'après vous que manque t'il dans la liste ci dessus ?

 

Aller, cherchez un peu... il manque juste une rubrique et c'est bien là que le bas blesse... vous ne trouvez pas ?

 

Alors je vous le donne en mille : il manque les impôts.

 

Par conséquent, pendant que le débiteur règle ses impayés, il s'en crèe d'autres... On appelle ça un cercle vicieux, le chat qui se mange la queue, tourner en rond...

 

Donc, si la loi ne change pas, si les barêmes de recouvrement ne sont pas réévalués de manière intelligente sous peu... le nombre des faillites personnelles augmentera encore dans les années qui viennent.

 

Aussi, le seul surendettement n'est pas responsable.

 

En effet, prenez une personne lambda au chômage, il touche pour une famille complète à charge 80% de son dernier salaire... les charges elles ne diminuent pas pour autant... ensuite, pas de chance, il passe aux mesures cantonales, et là c'est 4'500.- brut au maximum... et là, les charges ne baissent toujours pas... voilà un moyen très simple de se surendetter sns pour autant contracter le moindre leasing, le moindre crédit.

 

Ensuite par chance, notre chômeur retrouve un emploi, les arriérés se sont accumulés, il est aux poursuites et s'acquitte de ses dernières selon les barèmes en cour... Automatiquement, en payant ses arriérés, il se crèe des dettes par le principe très simple expliqué plus haut...

 

Alors n'y a til pas là un vrai problème ?

 

Surtout que l'économie perd beaucoup d'argent avec ce principe de recouvrement, vu qu'à un certain point, la personne endettée n'a plus d'autre choix pour en finir avec le cercle vicieux que de demander sa mise en faillite personnelle.

 

Car évidemment, si l'on vous prête 50'000 .- pour acheter la voiture de vos rêves, en revanche, on ne vous prête pas 1.- lorsque vous faites une demande de crédit pour racheter vos dettes afin d'étaler les remboursements d'une manière plus saine et surtout viable dans le temps...

 

Vu l'explosion du nombre de personnes faisant l'objet de poursuites, n'est- il pas temps pour les politiques de se préoccuper des mécanismes afin de revoir les barèmes ?

 

Tout le monde y gagnerait, du débiteur au créditeur...

 

Que tout le monde se rassure, bientôt c'est la trève des confiseurs...

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

 

 

Les commentaires sont fermés.