05/12/2007

Mieux réglementer le Cannabis ?

Bonjour à toutes et à tous,

 

selon une information de l'ATS datée de ce jour, le Conseil national n'a pas avancé sur le l'initiative populaire en faveur de la dépénalisation du chanvre.

Une feuille...  

En se masquant derrière une réponse du genre : "ce serait une banalisation de la fumette" revient à dire que les jeunes et moins jeunes ne fument donc pas ouvertement...

 

Une preuve une fois de plus que nos politiques ne sortent pas assez. Ils verraient plus facilement un(e) jeune avec un joint qu'avec une canette de bière...

 

En plus, maintenir le cannabis dans l'illégalité permet aux trafiquants de faire entrer tout et n'importe quoi et de le mettre en vente sur le marché... et de là les jeunes et moins jeunes fument "tout et n'importe quoi".

 

Facile pour les trafiquants d'ajouter par exemple quelques gouttes d'amoniac pour le rendre nettement plus addictif. D'ajouter des produits de coupe tel que des bris de verre, de l'énée etc...

 

Sans parler des millions qui échappent à l'impôt et qui disparaissent dans les filières...

 

Bref, aucun contrôle sur rien.

 

La répression a prouvé depuis bien longtemps sa totale inefficacité tant pour prévenir que pour réprimer le trafic.

 

Les gens en fument quand même...

 

En outre, comme cette substance est illicite, elle n'est pas encore recherchée de manière systématique, notamment dans les contrôles routiers.

 

Alors pourquoi ne pas dépénaliser afin d'avoir le contrôle sur les produits importés et / ou fabriqués ici, que ce trafic soit enfin soumis aux taxes et aux impôts et que la réglementation devienne, comme pour l'alcool, très drastique.

 

Est-ce que le texte de l'initiative populaire prévoit un durcissement de la réglementation de la consommation du cannabis parallèlement à sa dépénalisation ?

 

Parce que qu'on le veuille ou non, la fumette n'est pas si annodine qu'il n'y paraît, comme d'autres produits psychoactifs, le THC peut être facteur de nombreux effets secondaires indésirables et qu'à ce titre, la consommation d'un produit psychoactif quel qu'il soit, doit être réglementer clairement.

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

 

 

PS. Avec ce débat, je continue à me demander si nos politiques ont suffisamment de temps libre pour sortir parce qu'il est clair qu'ils vivent en total décalage avec la réalité.

 

 

Commentaires

Une fois de plus bravo Stephane,

Le problème des drogues alcool compris et oui ce n'est pas moi qui le dit (Institut suisse de prévention de l'alcool et autres toxicomanies) est un phénomène alarmant. Voir une gamine de moins de 15 ans ivre à 7 heures du matin, fait mal. La prohibition ne règle pas le problème et ce pour n'importe quelle drogue.
J'abonde dans votre sens maintenir le cannabis dans l'illégalité c'est céder le contrôle aux trafiquants.
Il faudrait peut-être chercher les raisons qui poussent une partie de notre jeunesse à chercher à s'identifier dans un acte de destruction.

PS.
Nos politiques deviennent probablement une sorte d'antimatière.

Écrit par : Jean-Pierre | 05/12/2007

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Jean-Pierre,

effectivement il s'agit d'être lucide face à un problème de société.

La prohibition qui n'est que théorique à l'heure actuelle, favorise effectivement les activités criminelles qu'engendre le trafic, sans parler de ce que l'on peut retrouver dans ces produits. Qui ne se rappelle pas de l'affaire du verre pilé dans l'herbe qui a provoqué bien d'autres conséquences chez les consommateurs...

De plus, comme cette substance est "illégale", elle ne fait l'objet d'aucune réelle réglementation, et donc c'est la porte ouverte à "j'en consomme quand je veux ou je veux" et notamment avant de prendre le volant vu que l'on ne recherche principalement que l'alcool.

Aussi, il est plus facile pour une jeune de 12 à 16 ans de se procurer un bout de shit, que de s'acheter une bière... il y a là un vrai problème.

Donc on se masquant de la réalité, en fin de compte, on ne contrôle rien, ni la qualité de ce que nos jeunes et moins jeunes fument, ni où vont les sommes conséquentes que génèrent ce business, ni rien...

La pénalisation a démontré depuis longtemps ses limites, alors la dépénalisation qui cèderait le pas à une réglementation stricte est de loin plus judicieuse.

En outre la dépénalisation subordonnée à une réglementation stricte, il ne s'agit pas de libéraliser n'importe comment non plus, permettrait à notre police de s'ateler à la lutte contre les drogues durs car il y a là un vrai problème nettement plus grave vu la dégringolade des prix à la consommation notamment de la cocaïne, de l'héroïne et de l'ecstasy.

Comme vous le dites si bien, c'est triste de voir un jeune "pété" que ce soit sous alcool ou autre...

Mais bon, loin de moi l'idée d'être moraliste sur le sujet, vu mon expérience d'une jeunesse oubliée desdits produits... heureusement avec l'age on apprécie d'autres plaisirs nettement moins destructeurs et beaucoup plus agréable.

Lire un de vos textes par exemple...

Bien à vous Jean-Pierre,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 06/12/2007

Les commentaires sont fermés.