08/04/2008

Le souverain derrière sa conseillère

Bonjour à toutes et à tous,

Si on peut déplorer que notre conseillère, en charge des affaires étrangères, ait consenti au port du voile en Iran…

En revanche notre politique énergétique ne regarde personne.

Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes un pays souverain qui n’a aucune leçon à prendre de quelconques associations bien pensantes…

Nous accuser de soutenir le terrorisme parce – que nous achetons du gaz en Iran ?

Depuis quand, notre pays, en tant que tel, doit-il demander l’aval à quiconque pour assurer son approvisionnement énergétique ?

C’est une atteinte inacceptable à notre souveraineté.

Si sur la forme nous pourrions débattre des heures durant, sur le fond Mme Calmy-Rey a rempli sa mission en rapportant un contrat commercial entre nos deux pays.

Nous n’avons de leçon à recevoir de personne lorsqu’il s’agit de notre souveraineté nationale et c’est pourquoi, je vous invite à soutenir notre conseillère fédérale en charge des affaires étrangères.

Que personne ne se trompe, ce n’est pas Madame Calmy-Rey qui est visée dans ces attaques, mais bien notre pays et son souverain et curieusement, ces atteintes inacceptables à notre souveraineté interviennent à un moment où nos banques traversent des turbulences...

 

Curieux non ? ça ne vous rappelle rien ?

 

Moi si...

 

Rappelons que ce symbole :

1233182705.jpg

Est celui de notre souveraineté.

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

 

 

Commentaires

Permettez-moi, pour une fois, d'être dans le camp adverse.
C'est pas bien de financer des terroristes ( et ce, sur la base de preuves de versement aux familles des kamikazes, qui se font sauter en Israël ).

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 08/04/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Dumitrescu,

vous avez le droit le plus strict de vous exprimer pour ou contre le contenu de mon billet et je vous remercie pour votre commentaire.

Il faut bien comprendre le sens de mon billet, je ne cautionnerai jamais, Dieu à témoin, le terrorisme. Pour les avoir combattu, j'avoue n'avoir aucune empathie pour ce genre de personnage et leurs actes, quelle que soit leur "motivation".

L'Iran est un pays souverain dans le concert des nations et c'est à l'ONU, éventuellement au Conseil de sécurité de prendre les mesures qui s'imposent.

A ma connaissance, il n'y a pas d'embargo sur les produits iraniens et en achetant notre gaz chez eux, nous Suisses, ne violons aucune loi, ne finançons rien d'autre que notre gaz.

Ensuite, peut être, et même sûrement, nous aurions dû acheter notre gaz ailleurs... La question que nous Suisses sommes en droit de nous poser : qu'avaient ils dans la tête au Conseil fédéral quand les premières tractactions ont commencé ?

Si quelqu'un porte la responsabilité, c'est l'ensemble du collège de sages.

Un contrat de ce genre se négocie des mois et des mois à l'avance et ne peut être l'oeuvre de notre seule conseillère aux affaires étrangères... de là, c'est l'ensemble du collège qu'il faut remercier... allons nous demander le départ de tous nos conseillers et conseillères ?

Même dans ce cas de figure, mon problème est tout ailleurs et tout autre : maintenant ce que ce contrat est conclu c'est la Suisse tout entière qui est accusée de soutenir le terrorisme.

La Suisse c'est vous... c'est moi... et à ce titre, il est inacceptable qu'une association, ou que quiconque salisse notre drapeau et tous les gens qui vivent dessous, et pire encore, s'en prenne à notre souveraineté car c'est exactement ce qu'il se passe.

Si des voix devaient s'élever contre ce contrat gazier, elles doivent venir de l'intérieur et non de l'extérieur. Du moins tant que le drapeau à croix blanche flottera en haut des mâts de nos villages, de nos communes, de nos villes, et sur la Coupole fédérale.

C'est bien là le propos de mon billet.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 09/04/2008

A la suite de votre commentaire, cher Stéphane, j'adhère totalement.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 09/04/2008

100% d'accord avec vous: en Iran, MCR n'avait pas le choix pour le port du foulard lors des entretiens officiels - elle a eu le courage de descendre de l'avion SANS, c'était déjà un message.
La Suisse n'est pas coutumière des diplomaties fracassantes, c'est aussi ce qui fait sa force: les journalistes sont-ils témoins de toutes les négociations qui se font loin de leurs micros et de leurs caméras à sensations ?

Écrit par : Blondesen | 10/04/2008

je suis sérieusement étobnnée par le peu de vommentaires laissés à ton billet ! ;)

Écrit par : MrBark | 05/08/2008

Les commentaires sont fermés.