14/04/2008

La Clairière et l'Angélisme

Bonjour à toutes et à tous,

beaucoup d'entre vous ont lu le même article aujourd'hui au sujet de l'institution qui s'occupe de détenir nos jeunes délinquants.

Une maison d'arrêt pour adolescent à 150% de son taux de remplissage est une poudrière. De plus est-ce bien normal de faire dormir des Êtres Humains à même le sol ? Sur un matelas certes, mais à deux dans une cellule pas bien grande... un peu moins de 6 m carrés si mes souvenirs sont exacts.

C'est scandaleux et inadmissible dans un pays comme le nôtre, dans une ville aussi riche, que nous n'ayons pas les moyens d'enfermer des délinquants dans des conditions "normales".

Ils servent à quoi nos Conseillers d'Etat...?

De quoi je me mêle Stéphane ?...

La Clairière c'est une part notable de mes souvenirs d'ado... eh non !? je n'ai pas toujours été le sage et calme père de famille que je suis devenu et que vous lisez en ce moment... ;o)

Un long séjour de plusieurs mois... une fois... m'aura servi de leçon.

A l'époque, lorsque la capacité de Clairière était dépassée, on envoyait les jeunes "au secret" à Champ d'Ollon... avec la surpopulation carcérale aujourd'hui, ce n'est plus possible... Nos Conseillers dorment profond... ne les réveillons pas... ;o)

Aussi..., aujourd'hui même, l'ancien "jeune voyou" que j'ai pu être... a lu un billet, sur les blogs de la TDG, sidérant, ouais sidérant, le mot est faible... sur les dealers des Eaux Vives et du Jardin Anglais... du genre, les pauvres n'ont pas de jeunesse, ils sont influençables, au fond si ils se droguent c'est la faute des gros bonnets, et puis si ils agressent des personnes, c'est sous l'emprise de drogue... ils ne sont pas violents au fond.

Faisant partie des adolescents qui ont eu un lourd vécu, qui ont connu les drogues, la violence, l'enfermement, etc... quand j'entends ce genre de fadaises ça me fait hurler.

De l'angélisme à deux balles...

Parce qu'on choisit son chemin... sa vie et personne ne le fait à notre place.

Le propos de mon billet est double, d'une part la Justice doit avoir les moyens de punir de manière décente les délinquants et les criminels, parce qu'ils faut savoir être ferme tout en restant humain.

Sans la fermeté de la Justice à l'époque, je serai resté une "victime de la société" qui se regarderait le nombril en se disant : je suis une pauvre chose.

Aujourd'hui, père de trois enfants, ayant eu un parcours professionnel et social hors du commun, je ne peux que remercier les policiers qui m'avaient arrêté, le Juge qui m'avait fait enfermer, les éducateurs et éducatrices qui m'avaient accompagné durant mon long séjour.

L'angélisme m'aurait conduit non à la Clairière, mais à la lisière d'une vie d'assisté.

Etre un loulou ou un gars rangé c'est un choix... pas une fatalité.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

19:48 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est excellent d'avoir cette capacité de reconnaissance envers ceux qui vous ont aidé à devenir ce que vous êtes aujourd'hui, contrairement à ceux qui pensent ( et cela ne date pas d'aujourd'hui ), que c'est uniquement à cause des conditions de leur famille que des jeunes arrivent à dépasser les bornes.
Cela veut dire aussi qu'on oublie la force de l'entourage, qui vous pousse à forcer les limites de l'acceptable, de l'éducation et des règles établies.

Certains oublient que dans une "meute" de jeunes, il y a aussi un autre sentiment, celui du teribilisme, pour faire comme les autres et démontrer que l'on est aussi capables que le chef de "meute".

Après l'interdiction de vente d'alcool aux mineurs de moins de 18 ans, on constate que dans la classe des 10-25 ans, il y a de plus en plus d'accidents dûs au fait de braver l'interdit de la part de jeunes de plus en plus jeunes.

Commencer a boire et a fumer de plus en plus jeune, est aussi du à l'interdiction.
Lorsque j'ai commencé à fumer, ma mère m'a demandé au bout de 3 jours de fumer à la maison 5 cigarettes, plutôt que dehors et en cachette 20.

Accepter le vice de son enfant, le pousser à devenir responsable c'est aussi de la prévention.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 15/04/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Dumitrescu,

c'est la moindre de reconnaître le mérite de ceux qui nous aident.

Aider n'est pas s'apitoyer.

Jeune j'ai déconné parce que je le voulais. Personne ne m'a jamais forcé à fumer mon premier joint, snifer ma première ligne de Coke, avaler ma première Ecstasy, diluer mon premier LSD... je l'ai fait par choix délibéré.

C'est trop facile de dire que c'est la faute des autres, de la société, des dealers, des copains, des flics, du système... nous vivons dans une société qui victimise et ne responsabilise plus.

J'ai fait le con pour utiliser un doux euphémisme, les policiers me sont tombés dessus au sens propre et figuré du terme, la Justice m'a condamné, j'ai fait mon temps accompagné d'éducateurs responsables et Dieu merci qu'ils étaient là... pour me rappeler le cadre d'une vie en société. L'armée s'est ensuite chargée du reste.

En plus, en Suisse, le code Pénal prévoit pour ce qui concerne les mineurs (en dehors des crimes graves) "l'effacement" du casier. La Justice nous donne donc une chance, une fois la limite franchie, de devenir des adultes "blancs comme neige" et de nous reprendre, là c'est le choix de chacun...

Lorsque l'on est en cellule, nous sommes seuls face à nos choix.

Et je me souviens avoir fait du mal à ceux qui m'entouraient et les victimes s'étaient eux, non pas moi.

Bien à vous et merci pour votre commentaire,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 15/04/2008

Les commentaires sont fermés.