29/04/2008

A Genève on fascise l'école...?

Bonjour à toutes et à tous,

il y a quelques jours, ma fille me fait signer une information du cycle d'orientation qu'elle fréquente...

Bla, bla, bla...

les élèves qui ne seraient pas vêtu de manière décente...

Bla, bla, bla...

Persuadé qu'on parle ici de "fringues propres" et d'une tenue d'ado plus au moins respectueuse.

Quelques jours plus tard, je discute avec mon aînée, là elle m'apprend qu'en fait, le cycle se donne le droit de renvoyer un élève chez lui si par exemple il ou elle porte une "tête de mort" (drapeau des pirates), avec un message contraire à la morale, ou encore une minijupe, etc...

En résumé une très large palette totalement subjective.

Là évidemment ça me pose un problème, de deux choses l'une, ou l'on autorise les jeunes à se vêtir comme bon leur semble, ou alors on décide d'uniformiser l'habillement.

Parce que ce genre de décision arbitraire et subjective propre à chaque professeur ça me dérange.

C'est une porte ouverte à toutes les dérives et chaque fois qu'on se prend à la liberté de tout un chacun, ça me pose un problème.

Alors j'aimerais beaucoup, Mesdames, Messieurs, lecteurs et lectrice de ce blog, avoir votre avis :

Seriez vous, comme moi, pour l'uniformisation des tenues de nos adolescents ?

Bien à vous,

Stéphane

 

 

20:17 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

27/04/2008

L'Europe de Bruxelles, je n'en veux pas.

Bonjour à toutes et à tous,

Les Suisses l'avaient refusée.

L'Europe, nous n'en voulions pas et nous l'avions dit dans un vote clair.

A l'époque, qui n'a pas entendu que notre refus de l'Europe autocratique Bruxelloise allait nous conduire à la catastrophe, que nous serions mis au banc de la "european way of thinking"...

Mais dans les faits, c'est l'Europe de Bruxelles qui démontre qu'elle n'est, dans les faits, qu'une centralisation des pouvoirs dans les mains d'une élite intellectuelle qui ne la perçoit qu'à travers des chiffres et des rapports d'experts.

Simple exemple demandez aux paysans de l'Europe ce qu'ils et elles pensent de la belle Europe qu'on veut absolument nous faire avaler ici. Il n'y a pas plus anti européen, qu'un européen.

Quelle belle Europe, les Roms ces gens qui vivent dans la misère... un bel exemple de gestion des richesses européennes et de sa capacité à affronter les problèmes.

Quelle belle Europe qui a laissé les guerres de Bosnie, du Kosovo, dégénérer incapable qu'elle est de lever une seule et même armée et d'intervenir dans son voisinage propre.

Quelle belle Europe celle qui part en guerre en Irak incapable de dire : non.

Cette même belle Europe qu'aujourd'hui encore on nous fait avaler petit à petit par les bilatérales... alors que je le répète ici, nous n'en voulions pas.

Mais c'est vrai avec cet accord, nous Suisses, pouvions aller travailler en France, en Allemagne, passant du statut de sédentaire qui jusqu'à preuve du contraire est une avancée de l'Humanité, au statut de nomade.

Super avancée n'est il ?

Les bilatérales, quel mot magique... sur le papier, super... théoriquement, une merveille d'accord qui devait nous protéger des effets pervers, notamment le "dumping salarial", hausse du chômage...

Qu'est ce que nous ont prouvé les dernières bilatérales ?

Les craintes légitimes que nous avions se sont toutes réalisées : le dumping salarial et la hausse du chômage pour ne parler que de ces deux facteurs négatifs sur notre économie.

Ensuite, à part quelques rares Suisses à s'être expatriés... quels sont les avantages pour nous simples "pékins" ?

Aucun.

Ah oui, c'est vrai, nous avons pu envoyer quelques uns de nos chômeurs en France voisine sur des chantiers... Bravo M. Longchamp.

Avec le paquet que nous a concocté le Palais, cette fois - ci, non seulement nous devrons nous prononcer sur le renouvellement de l'accord bilatéral, mais aussi sur l'ouverture à la libre circulation aux 27 pays qui composent notre merveilleuse Europe.

Quitte à me faire beaucoup de nouveaux amis, personnellement, cette Europe là, celle de Bruxelles : je n'en veux pas.

Une Europe incapable d'avoir une seule et même police, impuissante militairement à tel point qu'elle ne peut arrêter des criminels de guerre qui y vivent en toute quiétude, médiocrement inconséquente pour parler d'une seule et même voix, démocratiquement dans les mains de quelques élites politiques complètement déconnectées de la réalité concentrées à Bruxelles.

L'Europe d'aujourd'hui, qu'on veut me faire avaler, je n'en veux pas.

Mais le pire, c'est la manipulation de la Berne fédérale qui en ficelant le paquet des bilatérales, nous enlèvent notre libre arbitre sur deux enjeux bien distincts des prochaines votations...

C'est une atteinte à nos droits démocratiques.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

19:13 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

25/04/2008

A quoi ressemble la démocratie ?

Bonjour à toutes et à tous,

la question du jour :

-"savez - vous à quoi ressemble la démocratie ?"

mais avant d'y répondre...

dans un billet diponible ici je me demandais si les Genevées et les Genevés avaient mesuré les incidences de leur vote en faveur de la révision de la Constitution.

Voter quelques amendements, encore... mais la revoir dans son entier va demander une extrême prudence, une vision des implications à long terme.

Mon avis est d'autant plus conforté : entre les Radicaux et leur proposition concernant les cultes; hier avec un militant socialiste bien connu de ce blog, qui lui veut inscrire le droit de vote cantonal pour les étrangers; certains socialistes qui eux veulent s'attaquer au mode éléctif du pouvoir judiciaire; le tout dans l'acte fondateur du Canton...

Tout ceci laisse présager le pire, parce que nous allons assister à la réinvention de "la roue ronde", le développement de "bélier à enfoncer les portes ouvertes", à des atteintes de la souveraineté populaire sur différents domaines, et j'en passe.

Les anciens, en 1847, avaient un tout autre sens des valeurs, un ego moins surdimensionné et je me demande bien combien de personne ont lu notre Constitution avant de proposer des modifications ?

L'acte constitutif restera bien après nous, survivra aux partis, aux associations, à nos enfants et petits enfants...

Sans doute y a t'il quelques articles à dépoussiérer, mais il va surtout s'agir d'éviter toutes les dérives imaginables et inscrire à "tout va" les desiderata de tout un(e) chacun(e).

Parce qu'il suffit de lire quelques blogs, ici ou là, pour se rendre compte que la Constituante, partie comme elle est, ça va juste être la "foire" aux idées et toutes ne seront pas forcément bonnes...

Du moins, avec ce que j'ai lu et entendu jusqu'ici, démontre surtout que peu ont pris le temps de lire notre Constitution actuelle, d'autres confondent cette dernière avec les lois qui en découlent et ne savent pas faire la différence, et d'aucun pour le moment ne semble réellement mesurer l'impact de leur propos sur les générations futures.

Heureusement, les travaux dureront 3 ans et le texte final sera soumis aux votations, il reviendra donc au peuple souverain d'avaliser ou non ces trois années de travail.

A ce titre, je terminerai ce billet sur l'Article 1, alinéa 2 de notre Constitution :

2. La souveraineté réside dans le peuple; tous les pouvoirs politiques et toutes les fonctions publiques ne sont qu'une délégation de sa suprême autorité.

 

Cette simple phrase, résume à elle seule l'attention que nous devrons porter aux dérives possibles, car cette phrase dans son esprit n'est autre que la démocratie.

Eh oui ! La Démocratie n'est qu'une simple phrase aposée sur le texte constitutif... j'espère que de ce constat, naîtront l'intérêt et l'attention que les citoyen(ne)s doivent porter à cette révision.

Voilà la première modification que nous pourrions envisager, ajouter l'alinéa 5 :

5. L'article 1 de la présente Constitution est inaliénable et ne peut être modifié sous aucun prétexte.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

07:46 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : démocratie |  Facebook |

24/04/2008

Savez-vous ce qu'est la LFIS ?

Bonjour à toutes et à tous,

c'est la question du jour... :

-"Savez-vous ce qu'est la LFIS ?"

La Fédération des Indisciplinés Sauveteurs...?!

Ligue Francophonoise pour l'Instinct de Sociabilité ?!

KNUUUUUUUUUUP <- Sonnerie lourde qui signifie que vous avez tout faux :o)

 

C'est la Loi Fédérale sur l'Investigation Secrète (LFIS).

Cette loi est une avancée notable pour nos services de sécurité et voilà que l'avocat, d'un criminel ayant voulu se débarrasser de l'amant de son épouse, voudrait remettre en cause cette dernière.

Ce bien heureux défenseur de la vertu, va t'il prétendre que sans la LFIS... son client n'aurait "Ô grand jamais" voulu se payer un tueur pour liquider l'amant de sa femme ?

C'est toujours la faute des flics...

Personne ne se souviendra que durant de nombreuses années, la police n'avait pas le droit d'infiltrer ses agents, grâce à la LFIS c'est désormais possible et en plus cela permet de fixer des règles claires sur l'engagement des agents infiltrés sur le théâtre d'opération.

Nous devons cette avancée à des gens tels que M. Fausto Catanéo qui, à l'époque où la LFIS n'existait pas, était un précurseur de l'infiltration. On lui doit, notamment, les plus importantes saisies de drogue et d'argent jamais opérées en Suisse.

N'en déplaise au défenseur du "commanditaire", vouloir assassiner l'amant de sa femme est une chose... payer l'exécutant après avoir vu l'exécution, heureusement factice, c'est bel et bien un crime, un assassinat de sang froid.

Il sera difficile de plaider le crime passionnel, la folie passagère ou encore ce que j'ai pu lire ce matin, ici : la légitime défense.

Cet homme doit être puni sévèrement d'une part parce qu'il a voulu assassiner quelqu'un, mais aussi pour avoir fait appel aux "services" d'une organisation criminelle.

Espèrons, en plus de cette condamnation qui devrait être exemplaire, que conformément au droit pénal en vigueur les avis d'expulsion à vie du territoire pour l'ensemble des intervenants seront prononcés, nous n'avons pas besoin de ce genre de "prestataires externes".

La LFIS est une arme indispensable dans l'arsenal législatif de notre pays, la seule à même de permettre l'infiltration d'agent(e)s dans les organisations criminelles qui gangrènent notre pays.

Remettre en cause cette loi est une atteinte inacceptable à notre sécurité nationale.

La défense des criminels a des limites.

Le sécurité des citoyen(ne)s n'est pas un droit... c'est un dû.

Bravo encore à ce policier infiltré et à toutes celles et ceux qui, aujourd'hui, demain, travaillent et continueront à le faire dans l'ombre pour veiller à notre sécurité.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

 

PS. En d'autres temps... la LFIS n'existait pas... et pourtant... ;o)

22/04/2008

Courage M. Moutinot...

Bonjour à toutes et à tous,

M. Moutinot est un homme plein de surprise et pour une fois, s'en est une bonne... Lire l'article ?

Il va falloir beaucoup de courage à ce dernier pour appliquer la loi fédérale sur les stups.

Si le GREA trouve la position de M. Moutinot effarante, celle du GREA ne l'est pas moins.

J'expliquais, ici même sur mon blog, dans un billet intitulé La Clairière et l'Angélisme, que sans l'intransigeance de la Justice à mon égard, j'aurai probablement fini ma vie comme une "épave".

Aller soyons "cool" laissons les scènes ouvertes de la dope à Genève, on ne parle pas ici des fumeurs de joints, mais bien de came... au fond, la came s'est festif, et puis se sont tous des victimes, on les a forcé à prendre leur premier rail... quoi de plus normal que de voir des gens s'acheter de la dope en toute illégalité en pleine ville aux yeux de tous ?

Ne dissuadons surtout pas les " nouveaux clients " potentiels de venir se servir... et devenir accros.

Je cite ici les propos effarants du secrétaire général de cette association :

-"«A la limite, cette technique peut dissuader les petits consommateurs, occasionnels et festifs." 

Les addictions commencent toujours comme ça, par une consommation occasionnelle et festive.

Dieu merci que ce genre d'associations n'avaient pratiquement aucun écho à l'époque où je déconnais sec et que la Justice a su me dire clairement : STOP petit gars...

La répression des consommateurs de came, c'est bien de cela dont parle M. Moutinot, et pas du fumeur de joint, fait partie d'un tout. Le consommateur crèe la demande, le dealer y répond, c'est donc bien sur les deux volets, offre et demande, qu'il faut agir.

L'Angélisme à deux balles de certaines associations me fera toujours bondir, parce qu'en tenant ce genre de discours "lénifiant", des gens comme moi seraient déjà mort ou pire encore... devenu une "épave".

Aider n'est pas s'apitoyer.

M. Moutinot faites moi plaisir, ne déviez pas d'un millimètre de votre ligne parce que si ce genre de mesure dissuadait même un seul nouveau consommateur (festif et occasionnel soit - il), vous feriez bien plus pour lui que toutes ces associations qui ont perdu de vue que la came ça tue à petit feu et que tout ça coûte très cher à la collectivité tant en terme humain, que financier.

La dope n'est ni festive, ni drôle, elle tue. A court ou moyen terme, la dope ça rend con... et ça tue.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

07:18 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |