19/05/2008

Le 4ème protocole, M. Blocher et le journalisme...

Bonjour à toutes et à tous,

quand les journalistes se mêlent du quatrième protocole ça donne ceci : lire l'article ?

Mais qu'est-ce que le quatrième protocole ? entends-je jusqu'ici...

Le Quatrième Protocole c'est le terrorisme nucléaire, qu'il soit la résultante d'un Etat ou d'une organisation terroriste.

Voilà qu'on reproche à l'ancien chef du département de Justice et Police d'avoir demandé la destruction de documents impliquant des agent(e)s infiltré(e)s de la CIA dans un trafic de matériel nucléaire en direction de la Lybie.

Mais comment ? la neutralité ? l'aplaventrisme ?

En terme de sécurité de l'Etat contre le terrorisme, de trafic de matériel nucléaire, intérieur ou extérieur, la neutralité n'existe pas. Il ne faut pas mélanger les genres... Heureusement que nos services travaillent en parfaite "intelligence", dans tous les sens du terme, avec l'ensemble des services de sécurité étrangers.

Pourquoi ce soudain sursaut d'une rédaction ? Souhaitait-elle publier la liste des agent(e)s impliqué(e)s ?

Il n'est vraiment pas nouveau que des services de sécurité détruisent des documents sensibles et c'est tant mieux si cela permet d'éviter qu'un jour, un "halluciné" monte sa bombinette où bon lui semble, de préférence dans une grande ville... et fasse l'impensable.

427162764.jpg

Ne serait-ce qu'une bombe sale... ou pire, une arme thermonucléaire, car contrairement à toute idée reçue, une bombe thermonucléaire est de petite envergure, pas que vous imaginiez inconcevable de monter une arme de ce type dans votre grenier.

La protection des agent(e)s impliqué(e)s dans des infiltrations de ce genre dépasse largement le cadre "habituel" des enquêtes traditionnelles de droit commun, car il s'agit de la sécurité de X milliers, millions peut-être, d'individus sur notre magnifique planète.

Les journalistes dont la mission est de nous informer, devraient, à mon humble avis, se recentrer sur des titres moins racoleurs et laisser les agent(e)s continuer à faire leur métier... car si nous avions demandé à ce que la CIA, ou autres, détruisent des documents impliquant nos agent(e)s, il est sûr que nous aurions beaucoup apprécié et que personne n'aurait fait de vagues...

Mais bon, c'est M. Blocher alors ça fait vendre...

Il n'y a pas "d'affaire" dans cette affaire, parce que mettre en parallèle les actions d'un Conseiller fédéral qui aurait pu être de n'importe quel bord politique à ce moment là et qui aurait agi exactement de la même manière... et les votations à venir...?

L'affaire, si il y en a une, c'est comment ce genre d'informations sensibles se retrouvent dans les rédactions et circulent ?

La vraie question est là et nulle part ailleurs.

Ce simple fait, justifie largement que l'on détruise des documents afin de protéger les agent(e)s infiltré(e)s qu'ils et elles soient de la CIA ou non.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

Commentaires

Quoi ? Vous osez parler de mensonges, de manipulation de la presse ? C. Blocher serait vendeur ? "Il ne faut pas mélanger les genres..."

A bon, ce ne serait pas la première fois ? Et la Bibliothèque d'Alexandrie, en Egypte ?

Ptolémée Ier, demanda dans chacun des pays connus à ce qu'on lui envoie les œuvres de tous types d'auteurs, qu'il faisait traduire en grec.
Comme la ville était un port, il demanda aussi à tous les navires qui faisaient escale à Alexandrie de permettre que les livres contenus à bord soient recopiés et traduits.
La copie était remise au navire, et l'original conservé par la bibliothèque.

Il y a trois principales hypothèses pour expliquer la destruction de la bibliothèque d'Alexandrie :

* la guerre civile romaine entre César et Pompée (env. -50) ;
* les conflits de primauté politique et religieuse entre paganisme et christianisme (250 - 350) ;
* les conséquences de la conquête arabe (env. 650).


"Il n'est vraiment pas nouveau que des services de sécurité détruisent des documents sensibles et c'est tant mieux si cela permet d'éviter qu'un jour, un "halluciné" monte sa bombinette où bon lui semble, de préférence dans une grande ville... et fasse l'impensable."

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 19/05/2008

Bonjour Président ! :o)
En réalité, c'est une simple question de vocabulaire.
Il faut que quelqu'un explique aux journalistes que dans "Services secrets" il y a le mot "secret" (sinon on les appellerait "Services hotline", par exemple).
Il est évidemment très ennuyeux pour des gens qui font métier de vendre des "scoops" d'être ainsi tenus à l'écart de certaines réalités, mais tant qu'une organisation terroriste ou une puissance malveillante n'enverra pas des communiqués de presse pour informer les futures victimes d'une action meurtrière, il faudra bien que les "services secrets" gardent leurs secrets pour les contrer.
Mais voilà... il faut bien l'expliquer, comme vous le faites sur ce billet.

Remember everybody: STÉPHANE FOR PRESIDENT !

Écrit par : Blondesen | 19/05/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Dumitrescu,

Bonjour Blondesen,

M. Dumitrescu, dans ce monde là, il est clair que laisser trainer des documents avec les noms d'infiltrés... ça n'existe pas. Et c'est heureux.
D'ailleurs le seul fait que la presse en ait eu vent est le signe clair que certains doivent être détruits...

Depuis quelques temps, on s'apperçoit que des informations confidentielles, voir secrètes circulent... c'est quand même un monde.

Blondesen, l'affaire est bien là... comment ce genre d'informations se retrouvent - elles dans les rédactions alors que ce sont des activités couvertes par le secret... ?

La seule question qui devrait préoccuper les citoyen(ne)s c'est pas bien le nom du Conseiller en charge... mais qui "donne" ou "vend" ce genre d'infos à la presse...?

Mais bon ce que j'en dis...

Merci pour vos commentaires,

Bien à tous deux,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 19/05/2008

Bonjour Président ! ;o)

Je suis content que vous ayez compris mon second degré...

Vivement votre élection !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 19/05/2008

Services, agents, documents secrets, je n'ai pas de commentaires à ce sujet.
Par contre, Mr Blocher, je pensais après son éviction du CF suite au complot
ourdi contre sa personne, que l'on ne parlerait plus de lui dans les médias
et que cela mettrait nombre de journalistes (ou scribouilleurs) au chômage.
On est bien loin du compte, naïf que je suis...!

Écrit par : bidouille | 19/05/2008

Les commentaires sont fermés.