28/05/2008

Les Radicaux plagient l'UDC...

Bonjour à toutes et à tous,

hier, je lisais les lignes du très talentueux M. Hugues Hiltpold, conseiller national Radical qui a le mérite de pointer du doigt deux dysfonctionnements avérés de l'instruction publique.

Dont le nombre des élèves non-francophones dans les classes et l'utilisation des élèves comme cobayes pour des expérimentations psycho-éducatives désastreuses en terme de résultats...

Il faut saluer ici l'intelligence du propos et du problème de fond que soulève sa prise de position.

Cependant, il s'agit du plagia pur et simple du programme de l'UDC Genève qui soutient exactement ce que M. Hiltpold vient de déclarer . Le lire ?

En effet, en tant que formateur bureautique pour des adultes au chômage, j'ai des groupes composés de francophones et de non francophones.

Le problème se fait très vite sentir, car lorsque vous donnez une explication, les non francophones n'arrivent souvent pas à suivre, vous devez donc expliquer plus simplement encore et en faisant cela vous prétéritez les francophones parce que le rythme d'apprentissage est saccadé.

Que l'on se comprenne bien, il n'est pas lieu de priver les non francophones d'une quelconque formation, juste que si vous souhaitez offrir et transmettre le meilleur de vos compétences à vos "élèves", vous devez impérativement stimuler ceux qui apprenent vite... en les séparant des non francophones qui doivent avant tout développer leur compréhension de la langue pour pouvoir leur apprendre à elles et eux aussi.

Soutenir les classes mixtes est sans doute "très politiquement correct" mais d'un point de vue professionnel, c'est un manque de respect tant pour les francophones que les non francophones car vous n'êtes pas en mesure de remplir votre mission.

Et tous les enfants, les élèves, ont le droit d'être formés et instruits.

Il faut simplement fixer des priorités dans l'enseignement des matières, pour les non francophones l'accent doit être mis sur l'apprentissage du français.

C'est simplement une question de bon sens.

Si avoir du bon sens c'est être xénophobe, favoriser l'illétrisme chez les enfants non francophones et francophones en créant des calsses résolument mixtes est-il le meilleur gage d'une intégration et d'une instruction réussie ?

En professionnel, j'en doute...

Bien à toutes et à tous,

Stéphane


 

Les commentaires sont fermés.