30/05/2008

Naturalisation par les urnes... tous xénophobes!

Bonjour à toutes et à tous,

les votations approchent... et comme à chaque votation, j'irai déposer mon vote directement dans l'urne accompagné par l'une ou plusieurs de mes filles.

Une manière sans doute, de faire ce petit quelque chose par civisme, pour jouir de ce droit fondamental d'exprimer sa voix et transmettre cet idéal à mes enfants.

Même si, évidemment il faut se lever, se préparer, et aller au local de vote. Dommage, à ce titre, que l'on y serve pas un "apéro"... il est certain que nous serions beaucoup plus nombreux à aller voter :o)

Après avoir lu tout et son contraire sur les naturalisations par les urnes, je constate une chose : chaque fois qu'on parle d'éléction par les urnes, on pense que les Suisses voteraient obligatoirement contre toutes les naturalisations.

Sous entendez par là, nous sommes tous des gros xénophobes complètement fermés incapables de discernement.

Pas une voix ne fait état que les naturalisations par les urnes pourraient déclencher l'inverse, à savoir : qu'un ou plusieurs de nos compatriotes prennent la défense d'un candidat à la naturalisation...

Prenons un exemple simple, nous avons toutes et tous des voisins étrangers, pour ma part j'ai des voisins Kosovars, des gens admirables au demeurant... si ils présentaient une demande de naturalisation, je pourrais intervenir en leur faveur auprès de la commune, soutenir leur demande, parce que je les connais bien, eux ainsi que leurs enfants.

Trop souvent durant la campagne a été insinué que nous, Suisses, sommes des xénophobes incapables de reconnaître le droit de cité de nos amis étrangers qui travaillent dur pour s'intégrer, qui partagent nos valeurs, et qui veulent par leur démarche de naturalisation, transmettre à leurs enfants cette nationalité simplement parce qu'ils aiment notre pays.

Les opposants à cette initiative n'ont à aucun moment pris en compte cet aspect des naturalisations par les urnes : le peuple qui défendrait une naturalisation...

C'est tout simplement un manque de respect pour leurs concitoyens.

ABE, nous sommes donc tous des xénophobes,

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

29/05/2008

Le souhait de dire : -"merci"

Bonjour à toutes et à tous,

un billet un peu particulier pour remercier les enseignants.

La fin de l'année approche et une fois de plus mes filles scolarisées auront appris, se seront enrichies du savoir que leurs professeurs, leur maître leur ont transmis tout au long de cette année.

Et lorsque l'on est parent, qu'y a t'il de plus beau que de voir son enfant grandir et s'instruire...?

Ce travail de fourmis qui se fait à l'abris des regards, sans gloire particulière, sans autre reconnaissance que le devoir accompli, mérite que l'on soutienne ces personnes qui s'investissent pour nos enfants, alors je souhaite leur dire :

-"merci"

De plus, ils et elles, nos enseignants font leur maximum dans des conditions parfois difficiles pour assurer la meilleure instruction possible à nos "chères petites têtes blondes" et aussi, ils et elles se démènent pour emmener nos enfants en "sortie" avec leur classe, tissant ainsi un lien fort avec leurs élèves pour leur faire découvrir des endroits riches d'Histoire...

Saluer aussi leur patience, parce que déjà avec 1 ou 2 ou 3 enfants... des fois, la crise de nerf nous guète... et eux avec 20 25 élèves arrivent à leur but... une prouesse à saluer.

Alors merci, Mesdames, Messieurs, du corps enseignant pour votre travail au quotidien aux côtés de nos enfants.

C'est un bien petit merci pour vous témoigner la gratitude que je vous porte,

A quand des Tshirt's Thak's teachers ?

481955892.jpg

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

05:58 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : école, profs, instruction |  Facebook |

28/05/2008

Mme Widmer Schlumpf et les Grisons...

Bonjour à toutes et à tous,

depuis l'affaire Widmer Schlumpf, je me demande pourquoi les membres de l'UDC des Grisons défendent cette dame alors qu'elle est diamétralement opposée aux grande lignes de son parti...

  1. Elle est favorable à une hausse de la TVA.
  2. Elle veut conserver les criminels étrangers en Suisse.
  3. Elle est favorable à l'adhésion de la Suisse à l'UE.

En dehors de ces considérations politiques, ce canton au combien magnifique que je vous invite tous à visiter, La Suisse des cartes postales est là...

Eh bien, peut être que notre faute réside dans le fait que nous, Suisses, avons abandonné ce canton pauvre.

Bien évidemment, notre système confédéral offre toutes les subventions, toutes les garanties à nos amis et compatriotes grisons, mais nous avons oublié trop souvent ce canton.

Un sentiment de culpabilité s'insinue, à défaut d'avoir aidé et favorisé ce canton, en temps et en heure... alors on se récupère dans un éaln de bonne conscience en soutenant une "figure" de ce canton dont nous ne nous préoccupons que peu, voir pas.

Nous n'aiderons pas les Grisons en soutenant à outrance l'une de ses figures...

Peut-être qu'au lieu d'aller en vacances à Tahiti, Floride, Ile Maurice, Bora Bora, etc..., peut être devrions-nous nous intéresser à ce petit morceau de Suisse si mal connu... si financièrement pauvre... si reculé de notre pays.

Pourquoi ne pas apprendre ce canton merveilleux, d'une beauté sauvage encore préservée des ravages urbains, prendre le temps de  ses parcourir ses vallées, découvrir ses monts, ses lacs, ses gens...

2122050207.jpg1209540448.jpg

On oublie dans nos grandes villes, nos grands Cantons si prospères, les Grisons... qui se sentent isolés d'une Suisse qu'ils ne perçoivent qu'à travers Zürich, Genève, Bâle... les donneurs de leçons.

Soyons humbles et regardons l'Histoire, il n'y a pas si longtemps que notre pays est prospère, les Grisons sont l'un de nos cantons et nous leur devons respect, écoute, et surtout nous nous devons de leur dire haut et fort : nous sommes à vos côtés.

J'aime ce canton et j'ai eu de nombreuses occasions de le dire et de l'écrire ici...

Et je continuerai à le faire,

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

Les Radicaux plagient l'UDC...

Bonjour à toutes et à tous,

hier, je lisais les lignes du très talentueux M. Hugues Hiltpold, conseiller national Radical qui a le mérite de pointer du doigt deux dysfonctionnements avérés de l'instruction publique.

Dont le nombre des élèves non-francophones dans les classes et l'utilisation des élèves comme cobayes pour des expérimentations psycho-éducatives désastreuses en terme de résultats...

Il faut saluer ici l'intelligence du propos et du problème de fond que soulève sa prise de position.

Cependant, il s'agit du plagia pur et simple du programme de l'UDC Genève qui soutient exactement ce que M. Hiltpold vient de déclarer . Le lire ?

En effet, en tant que formateur bureautique pour des adultes au chômage, j'ai des groupes composés de francophones et de non francophones.

Le problème se fait très vite sentir, car lorsque vous donnez une explication, les non francophones n'arrivent souvent pas à suivre, vous devez donc expliquer plus simplement encore et en faisant cela vous prétéritez les francophones parce que le rythme d'apprentissage est saccadé.

Que l'on se comprenne bien, il n'est pas lieu de priver les non francophones d'une quelconque formation, juste que si vous souhaitez offrir et transmettre le meilleur de vos compétences à vos "élèves", vous devez impérativement stimuler ceux qui apprenent vite... en les séparant des non francophones qui doivent avant tout développer leur compréhension de la langue pour pouvoir leur apprendre à elles et eux aussi.

Soutenir les classes mixtes est sans doute "très politiquement correct" mais d'un point de vue professionnel, c'est un manque de respect tant pour les francophones que les non francophones car vous n'êtes pas en mesure de remplir votre mission.

Et tous les enfants, les élèves, ont le droit d'être formés et instruits.

Il faut simplement fixer des priorités dans l'enseignement des matières, pour les non francophones l'accent doit être mis sur l'apprentissage du français.

C'est simplement une question de bon sens.

Si avoir du bon sens c'est être xénophobe, favoriser l'illétrisme chez les enfants non francophones et francophones en créant des calsses résolument mixtes est-il le meilleur gage d'une intégration et d'une instruction réussie ?

En professionnel, j'en doute...

Bien à toutes et à tous,

Stéphane


 

23/05/2008

Lettre ouverte à M. H. Ramadan

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Ramadan,

tout d'abord Monsieur Ramadan, je sais que vous lirez ce billet et je vous remercie de l'attention que vous lui accorderez.

En effet, je ne partage pas votre point de vue sur l'Islam...

A de nombreuses reprises j'ai lu le Saint Coran, saint parce que des millions de fidèles le lisent, et je n'ai aucun apriori sur ce livre, pas plus que pour les personnes qui pratiquent ce culte.

A ce titre, aucun paragraphe, aucune sourate ne demande le port du voile... mais bon c'est secondaire...

Vous défendez votre culte et, même si je suis athée, j'apprécie celles et ceux qui croient en une pseudo sacralité. Je les envie pour être juste. J'aimerai connaître cette paix de l'esprit qui consiste dans le fait de croire aveuglèmement en un message...

Cependant, lorsque des "djihadistes" menacent notre territoire d'attentats, vous restez silencieux....

En tant que penseur de cette religion, le silence ne vous est pas permis.

Il arrive un moment où des "élites", comme vous l'êtes, doivent prendre position : terrorisme ou paix... vous devez prendre position.

Donc ma question est simple : allez vous condamner les djihadistes qui se sont permis de proférer des menaces sur l'Euro 2008 ?

Aussi, mesurez vous l'impact qu'aurait un attentat durant l'Euro pour l'ensemble des musulman(e)s de ce pays ?

A mon humble sens, mais je ne suis pas un "leader d'opinion", vous devriez faire court à tous débordements qui pouraient avoir lieu.

Sachez, M. Ramadan, que de nombreuses personnes risquent leur vie au quotidien pour défendre la liberté de culte, dont le vôtre, et ces personnes apprécieraient beaucoup que vous défendiez la liberté de vivre en paix et de vivre leur culte de chaque citoyen(ne) de ce pays, musulman(e)s on non.

Maintenant la balle est dans votre camp,

Bien à vous,

Stéphane