28/07/2008

Une rencontre Khadafi-Couchepin ?

Bonjour à toutes et à tous,

10ème jour de captivité pour nos compatriotes

après le silence assourdissant de ce Week End de la part des médias sur nos deux compatriotes retenus en otage par Tripoli... on lit ce matin que notre Président se propose de rencontrer M. Khadafi.

Dans la Tribbune de Genève de ce matin on pouvait lire :

-"Sur le front politique, le président de la Confédération Pascal Couchepin s'est dit prêt dans la presse à rencontrer son homologue libyen Mouammar Kadhafi. Pour lui faire des excuses? «La question est la suivante: est-ce que l'arrestation (ndlr: d'Hannibal Kadhafi) était justifiée? Si la réponse est non, la justice corrigera cette décision», a répondu Pascal Couchepin"

Sauf erreur de ma part, ce n'est pas à un politique d'intervenir dans une décision de Justice...?

En Suisse la séparation des pouvoirs n'a pas à souffrir de déclaration de ce genre du plus haut fonctionnaire de l'Etat, à savoir, notre président.

Donc, en plus de baisser le pantalon, nous allons contrevenir à l'un des principes fondateurs de la démocratie : la séparation des pouvoirs !

En lieu et place de décider d'un gèle complet des avoirs libyens dans notre pays... qui serait nettement plus efficace et permettrait une négociation d'égal à égal.

Qu'en dites vous M. le Président ?... car soyons sûrs avec une mesure pareille, le gouvernement libyen comprendrait très vite l'intérêt de négocier.

El flouz... c'est El flouz... pour tout le monde... y compris pour le dirigeant d'un pays... 

Mais évidemment, je ne suis pas Président, vous oui... un peu de cran soupoudré d'un brin de poigne, dans une situation pareille relèverait votre côte de popularité... et aurait le mérite d'amener le respect chez votre interlocuteur...

Tout ça parce qu'un "fils à papa" s'est vu rappeler à l'ordre pour la première fois de sa vie et qu'il est immédiatement allé dans les "jupes" de papa pour se plaindre...

Pathétique.

Le Colonel Khadafi doit être bien emprunté avec un fils pareil... au comportement digne d'un gamin de première primaire.... d'ailleurs si j'étais le Colonel... je me méfierais de mon rejeton, parce que les signes sont clairs, c'est typiquement le genre à lui planter un couteau dans le dos pour devenir à son tour Raïs à la place du Raïs...

Mais je ne suis pas non plus Colonel...

Mes pensées vont à ceux qui sont retenus en otage,

Bien à eux,

Bien à toutes et à tous,

Stéphane 

boycott_libya.jpg

 

 

 

 

06:32 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : khadafi, couchepin |  Facebook |

Commentaires

Cher Stéphane, vous êtes cette fois à côté de la plaque. Pascal Couchepin ne fait que dire que c'est à la justice de décider si l'arestation était justifiée ou non. A aucun moment il ne lui dicte ce qu'elle doit faire.
Par ailleurs, le plus important, pour l'instant, c'est de sortir de prison ces deux Suisses qui n'ont rien à y faire. Râler qu'il ne faut pas baisser son pantalon depuis son ordi à Genève ne fait en rien avancer la chose. Vous le savez, pour avoir été plus actif en d'autres occasions si j'ai bien compris.
Sur le fond, nous sommes tous d'accord, Kadhafi ne doit pas l'emporter au paradis. Mais d'abord faire sortir les deux Helvètes, puisqu'il semble que la maman marocaine pourrait avoir été libérée... mais sans avoir pu rentrer chez elle au Maroc, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle.

Écrit par : Philippe Souaille | 28/07/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Souaille,

tout d'abord, je vous remercie de l'intérêt que vous avez porté à mon billet.

Cependant, j'ai bien peur de lire entre les lignes de la Tribune que le politique invite la Justice à revoir sa copie... et vous le savez, c'est un début de communication qui permet d'insinuer que l'arrestation n'étit peut être pas justifiée... Vous le savez comme moi, ce genre de pratique est courante chez les diplomates et les politiques.

Effectivement, je râle depuis mon ordi bien au chaud, bien planqué, depuis Genève, parce que je ne peux pas rester sans rien faire face à l'injustice qui frappe nos deux compatriotes retenus en otage.

Quant à la personne relâchée, personne n'a de confirmation et c'est plus inquiétant qu'autre chose... le désert est grand.

Maintenant, je vous rejoins, l'essentiel réside dans la libération, ou au pire dans l'amélioration des conditions de détention de nos compatriotes. Et pour faire cela, il faut être ferme. M. Couchepin doit être ferme et disposer d'atouts majeurs pour négocier.

Merci pour votre commentaire M. Souaille,

Avec nos otages,

Bien à vous

Stéphane





PS. L'idée d'une opé clandé m'aura traversé l'esprit... vous l'avez bien compris.

Écrit par : Stéphane | 28/07/2008

Bonjour Stéphane,

Je vous rejoins. Je trouve que la baisse des frocs qui s'annonce est inquiétante, elle démontre hélas une fois de plus le manque de courage et de respect de notre démocratie par les élus.
Il m'apparaît que pour nombre de nos décideurs, les intérêts à cours terme des copains sont prioritaires. Alors que du peuple, ils n'en ont cure.

Cordialement

Jean-Pierre

Écrit par : Moll | 28/07/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Jean-Pierre,

avant tout, j'ai lu avec délice votre dernier billet... toujours ce calme que je retrouve uniquement dans vos écrits, des écrits dans lesquels je me sens si bien, la nuit venue...

Ceci dit, effectivement la situation actuelle demanderait de la poigne, de la fermeté, une ligne diplomatique d'égal à égal... et nous un panel de mesures applicables en l'état pour faire plier n'importe quel dictateur.

Evidemment, la rafinerie Tamoil se trouve en Valais... situation inconfortable pour le Roi de Martigny.

Deux de nos compatriotes sont détenus en otage... et nous en sommes à palabrer... pour palabrer il faut avoir des cartes en mains...

Tout cela m'irrite car il n'y a pas si longtemps... une telle situation n'aurait pas duré plus de 72, voir 96 heures...

Je n'arrive pas à ne pas penser à nos deux compatriotes... je pense à eux et j'aimerai avoir dix ans de moins...

Il m'arrive rarement de ressentir de la colère, mais ces jours, j'admets que je me laisse envahir par un sentiment profond d'une colère rare.

Il faut libérer nos gens par tous les moyens,

Bien à vous Jean-Pierre et merci pour votre commentaire qui me conforte dans l'idée que je ne suis pas le seul à bouillonner.

Merci,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/07/2008

Les commentaires sont fermés.