13/09/2008

Lorsqu'un député parle d'insécurité...

Bonjour à toutes et à tous,

Vernier-drapeau.giflorsqu'un député du Grand Conseil parle de l'insécurité dans ma commune d'adoption, je suis Onésien de naissance, il met en avant les chiffres, exercice admirable qui souligne son souci de s'informer, jugez par vous même, quelques extraits choisis :

-"35 agressions ont eu lieu à Vernier durant le premier semestre 2008. Naturellement, ce sont 35 de trop ! Mais ce chiffre est au-dessous de celui de l’an passé, puisqu’en 2007, 81 agressions ont été recensées sur le territoire verniolan, soit en moyenne 40 par semestre."

Cependant, il est relativement triste de constater comment ces chiffres sont interprétés. Relisez bien...

Pour ma part, une agression = une victime. Donc, ce sont 35 victimes de trop. Et la moyenne, ne se situe pas à 35 victimes par semestre, mais bien à 1 agression tous les 5 jours environ.

Ensuite, il poursuit, toujours avec le même souci d'être précis et l'on peut saluer, là encore, la compilation des statistiques :

-"En pourcentage, les agressions touchent à Vernier, en 2008, 1,1 % de la population, alors qu’en Ville de Genève, le pourcentage atteint 1,9 %. Le pourcentage de Vernier est équivalent à celui de Carouge."

L'avantage avec les chiffres, c'est que les victimes apparaissent toujours comme une minorité, au fond que sont 1,1% de victimes sur le territoire verniolan en comparaison des 1,9% de notre belle ville de Genève ?

Sauf que, ces chiffres ne parlent pas de la gravité des agressions subies par les victimes.

De plus, ces chiffres parlent uniquement des agressions qui ont été répertoriées par notre police... dans la commune de Vernier, les habitants en ont juste un peu assez de faire appel à la police qui, en sous effectif chronique, ne peut pas toujours répondre rapidemment.

Porter plainte c'est bien, mais lorsque 3 jours après, vous croisez votre agresseur "libre comme l'air", vous vous résignez à vous dire qu'au fond à quoi ça peut bien servir de faire la démarche ?

A ce titre, n'est ce pas M. Moutinot, qui adressait une lettre à la magistrature récemment pour demander moins d'emprisonnement ?

Mais revenons à Monsieur le député... Il termine son admirable billet, très bien travaillé, par une phrase que je pense que tout verniolan saura apprécier :

-"Le MCG devrait encore savoir que les statistiques d’insécurité découlent directement de celles liées à la fracture sociale. C’est aussi sur ce dossier qu’il faut agir !"

En tant que "petit nouveau" en politique, notamment à Vernier, je sais que les partis de droite, notamment le MCG et l'UDC soutiennent "mordicus" cette approche. Nous devons effectivement être en mesure d'offrir des perspectives d'emplois et donc d'avenir à nos habitants. Le droit élémentaire de vivre en parfaite sécurité n'étant qu'un pilier de ce que nous appelons : la cohésion sociale.

Là encore, j'admire l'approche du député en question qui met l'accent sur une réalité.

Dans cet esprit, j'aimerai beaucoup qu'il m'explique pourquoi son parti et ses alliés ont bloqué durant 10 ans le projet Ikéa de notre belle commune ?

Ensuite je termirai ce billet par : lorsqu'on ne connaît pas la problématique d'une commune aussi importante que celle de Vernier, on prend soin de s'informer auprès des habitants qui, eux, ressentent à tort ou à raison l'insécurité au quotidien.

De plus, il est relativement insultant pour cette catégorie de la population en proie à ce sentiment, d'arriver avec une hotte pleine de chiffres, les traitant au passage de "demeurés en proie à un sentiment virtuel d'insécurité".

Cher M. Brunnier, lorsque vous aurez la même considération pour les victimes que pour vos chiffres savamment orchestrés, nous pourrons peut être prendre les problèmes "à bras le corps" et les régler ?

Vous reprochez aux partis de droite d'instrumentaliser l'insécurité, c'est normal c'est le jeu politique, néanmoins à force de faire de la politique politicienne, vous oubliez les victimes et vous nous laissez, à nous, les méchants gens de droite, le "sale boulot", parce que le politiquement correct vous empêche d'agir concrêtement.

C'est un positionnement quelque peu facile Monsieur le député.

Pour ma part, 1,1% de victimes, soit en moyenne une agression tous les 5 jours, Monsieur le député, ces chiffres m'interpellent et exigent de nous que nous répondions aux attentes légitimes de la population.

Le droit élémentaire de vivre en parfaite sécurité est la base de toute société.

Heureusement, je suis certain que les élus verniolans, toutes tendances confondues ont à l'esprit le problème que pose l'insécurité et je reste persuadé que nous pourrons diminuer le nombre de victimes.

Et je garde à l'esprit, nos deux compatriotes victimes, eux aussi, toujours assignés à résidence...

Avec eux,

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg57ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

PS. Lorsque votre président joue sur la peur de la population genevoise en publiant un billet sur le LHC, vous appelez ça comment ?

Commentaires

J'aimerais chopper celui qui a une voix de "fiotte" (selon ses propres dires) et secouer le cocotier...mais bon, on ne peut pas...les commentaires sont fermés.
Vous disiez ... dialogue ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/09/2008

Bravo M. Valente

encore une fois, vous venez de démontrer que Thierry Cerutti est pleins centre de la cible, lorsqu'il dénonce l'insécurité qui règne en tout omerta à Vernier
et plus particulièrement aux Avanchets, aux Libellules et à Châtelaine.

La population en a marre et veux des patrouilles de police municipale, ce que Cerutti et le MCG ont demandé

Etrange, car le libéral Ronget a refusé, alors que l'Entente est pour

Thierry Cerutti a également été le 1er a dénoncé et défendre les habitants des Avanchets en s'engageant au Contrat de Quartier des Avanchets et a se battre pour le retour d'un Centre Commercial digne de se nom aux Avanchets

Etrange, les 2 autres sont totalements absents dans cet enjeux.

Oui, bien naturellement, ils veulent faire croire qu'ils vont s'engager et agir pour concrétiser ou revitaliser le centre

Mais voilà Thierry Cerutti, lui s'est engager, s'engage et continue à s'engager pour ;

- la concrétisation d'un contrat de quartier aux Avanchets

- la revitalisation du centre commercial des Avanchets

Avec Thierry Cerutti, la population de Vernier est écoutée, entendue dans le Respect.

Votez et faite votez pour Thierry Cerutti - Unis dans l'Action

Écrit par : antoine | 13/09/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Victor,

Bonjour Antoine,

M. Brunnier joue à merveille avec les chiffres et les interprêtent comme bon lui semble. En fermant les commentaires sur son blog

Mais dire des Verniolans qu'ils sont en proie à un sentiment virtuel d'insécurité alors que les chiffres démontrent qu'il y a statistiquement 1 victime d'agression tous les 5 jours, c'est juste aberrent d'entendre un député parler de la sorte de ses concitoyens.

Antoine, je me permettrai de rappeler que, si Monsieur Cerutti est extrêmement actif, M. le Conseiller Municipal Antoine Bertschy (UDC) a déposé une motion devant le Conseil municipal de Vernier, il y a environ un an, demandant exactement cela, à savoir : une présence policière, un renforcement des ASM, et à la police de sûreté de traquer les dealers qui gangrainent la vie de nos cités.

Il est lieu de souligner, contrairement à M. Brunnier, M Cerutti policier au civil connaît très bien la problématique de l'insécurité au quotidien.

Il n'en reste pas moins, le billet du député Brunnier sous entendant à demi mot que ses concitoyens sont des "demeurés en proie à un sentiment virtuel d'insécurité" est consternant.

Il pourra toujours aller lui même faire de la pérvention en distribuant à nos "loulous locaux" des prospectus sur le bien fait de la camomille sur le système nerveux.

Si le nombre de victimes de violence n'était pas aussi élevé, on pourrait presque en rire.

Un dernier point que je partage avec le député, c'est celui d'être en mesure d'offrir des boulots à nos jeunes. Pour avoir été discuter avec eux, ils m'ont tous dit : "mais monsieur, je deal parce que je trouve pas de boulot..." Alors M. Brunnier, devrait insister lourdement pour qu'Ikéa voit le jour. Il y a là des 220 places assurées pour toutes les catégories. On pourrait imaginer que nos jeunes paumés, pourraient peut être, trouver un job ????

Bien à tous deux,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 13/09/2008

", M Cerutti policier au civil connaît très bien la problématique de l'insécurité au quotidien."

Ce qui fait qu'il en a justement une vision fort déformée par rapport au citoyen lambda : sont travail étant justement de courrir après le voleur, il a évidemment l'impression qu'il y en a plus ... remarquez, au MCG, c'est normal, y'a tellement de flic, ca va devenir le parti de l'insécurité !

Écrit par : Dji | 13/09/2008

"Un dernier point que je partage avec le député, c'est celui d'être en mesure d'offrir des boulots à nos jeunes. Pour avoir été discuter avec eux, ils m'ont tous dit : "mais monsieur, je deal parce que je trouve pas de boulot..." Alors M. Brunnier, devrait insister lourdement pour qu'Ikéa voit le jour. Il y a là des 220 places assurées pour toutes les catégories. On pourrait imaginer que nos jeunes paumés, pourraient peut être, trouver un job ???? "

Un paumé qui se fait en une semaine, ce qui'il pourrait se faire en un mois en irant bosser à IKEA.... Vous pensez vraiment qu'il va lacher le deal pour aller pousser des chariots à IKEA? Quelle naïveté!

Écrit par : Riro | 13/09/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Dji,

Bonjour Riro,

La police sait mieux que personne les problèmes que rencontre la population. Leur prêter des véléïtés... me paraît pour le moins déplacé.

Riro, autant j'avoue n'avoir aucune forme de compassion pour le deal et ceux qu'ils le pratiquent au quotidien, notamment aux abords d'écoles primaires, autant il nous faut assumer de leur offrir des possibilités de trouver un emploi.

Cela est du ressort des politiques qui doivent favoriser le développement des entreprises, au même titre, que nous devons veiller à la tranquilité et la sécurité des habitants.

C'est juste une question de bon sens.

Merci pour vos commentaires,

Bien à tous deux,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/09/2008

Plus que l'on parle de dealers, étrangers et requérants d'asile, j'aimerais savoir pourquoi sont-ils partis de chez eux ?
Pour fuir la politique ou bien pour s'enrichir en vendant de la mort programmée ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 14/09/2008

Bonsoir à toutes et à tous,

Bonsoir Victor,

bien évidemment, nous avons des dealers étrangers ou d'autres qui sont "demandeurs d'asile", il est impossible de nier cette réalité.

Mais nous avons aussi, des autochtones et nous devons agir car la came tue et détruit des Vies.

Soyons sûrs Victor, que la majorité de nos concitoyens n'ont aucune empathie pour ceux qui abusent de notre hospitalité en violant nos lois.

Pour ma part, je ne fais aucune différence entre un dealer étranger et un suisse, sauf pour un détail, sa destination après le jugement.

Bien à vous et à Madame,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/09/2008

Il est évident nécessaire d'ouvrir Ikea afin de donner du travail à ceux qui ont envie de travailler. Cependant, il faut savoir, et c'est un fait, dans nos pays occidentaux, qu'un petit jeune qui peut se fait 3.200 francs par mois chez Ikea en bossant 42 h. par semaine, sera tenté de vendre de la drogue pour gagner, au moins 10x plus ! Voilà ce que la drogue a comme effet dévastateur pour notre jeunesse. Donc, il faut avant tout ASSAINIR le paysage... et pas en déplaçant le problème (exclusion) d'un quartier à l'autre en balladant les dealers ! Il faut vraiment nettoyer la région des dealers et leur enlever l'envie d'empoisonner et ceci avec des méthodes dissuasives ! Commençons par construire de vraies prisons et pas des chambres avec service 4* payées par la population svp ! il semblerait qu'une nouvelle prison s'ouvre sur le canton de Genève avec 62 PLACES !!!!! RIDICULE ! ce ne sont pas 62 places qu'il faut mais au moins 3.000 places !

Écrit par : Café | 14/09/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Café,

merci pour votre commentaire.

Si les dealers sont très contents de pouvoir dealer, c'est simplement parce que plus personne ne les inquiète. Plus de place en prison, plus assez de policiers, des magistrats qui reçoivent des invitations à moins emprisonner... Des partis qui soutiennent la légalisation, pardon, la dépénanananalisation... à ce train là convaincre un petit gars q'il n'y a pas d'avenir dans le deal... va être une vraie gageure.

C'est pourquoi, il faut que nous ramenions l'Etat de droit dans nos rues, dans nos cités, c'est l'avenir de toute une génération qui se joue.

Le deal est illégal et c'est à l'Etat de le rappeler.

Nous manquons de policiers.

Nous n'avons pas de places en suffisance pour aplliquer les peines que les magistrats prononcent.

Super.

Bien à vous Café,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/09/2008

Article intéressant avec des informations utiles et intéressantes commentaire bloggers, qui sera utile à beaucoup.

Écrit par : mdma detox pills | 02/12/2008

C'est vrai, ce matin les gardiens de Champs-Dollon avertissaient par voie de presse que des clans albanais/géorgiens sévissaient avec violence au sein même de la prison.
Résumons :
Les dealers maghrébiens, kosovars, africains,des pays de l'est et leurs consommateurs suisses dans la ville font leur activité sans problème par manque de présence policière et surtout à cause de peines non dissuasives et surtout parce que Berne n'a pas entamé les procédures de renvoi dans les pays concernés.
Ceux qui sont incarcérés avec ou sans jugement dans nos prisons surpeuplés sont tout aussi dangereux à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Le politique semble complètement dépassé. Il projette de faire des prisons à 90 millions mais le fond du problème reste insoluble. Un durcissement des lois, une répression plus ciblée de la petite délinquance, des accords de renvoi dans leurs pays, une collaboration avec les polices européennes et pourquoi pas de financement de prison hors sol dans d'autres pays ou encore un travail avec les banques pour le blanchiment d'argent, peuvent être des solutions sur le long terme.

Écrit par : demain | 02/12/2008

Les commentaires sont fermés.