11/11/2008

Dotation de munitions expansives pour la Police...

Bonjour à toutes et à tous,

munition_expansive.jpgNotre police souhaite être équipée de munitions dites : expansives.

Ici à gauche, crédit de l'image Keystone

Ces munitions présentent l'avantage, et non des moindre, de ne pas traverser le corps. Aussi, elles permettent d'avoir un "stoping power" conséquent.

Actuellement, un policier qui utiliserait son arme pour neutraliser un individu armé, risque de blesser plusieurs personnes simplement parce que la balle dite "blindée" traversera l'individu et ira se loger ou dans un passant ou encore provoquera un ricochet sur un mur, un trottoir, et finira sa course en se logeant quelque part.

Les munitions expansives sont effectivement dangereuses mais nettement moins que les balles dites blindées.

D'ailleurs, malgré la mauvaise presse qui est faite à notre police, il est rare que nos policiers usent de leurs armes et le font uniquement dans des circonstances prévues par la loi et son règlement.

Nos policiers ne sont pas des Cow Boy, nous avons l'une des meilleures gendarmerie du monde. Il est lieu de le souligner.

De fait, en dehors de l'état de nécessité et de la légitime défense, ils n'ont pas le droit d'utiliser leurs armes.

Faire le procès de la munition expansive est déplacé pour trois raisons :

  1. une balle blindée déviée par le corps d'une personne présente un réel danger pour des tiers car elle ne se déforme que peu et conserve son pouvoir perforant,
  2. la trajectoire balistique d'une balle expansive, une fois qu'elle a percuté un individu, perd de sa capacité perforante et est donc moins dangereuse pour les tiers,
  3. la police n'utilise pas ses armes à tort et à travers.

Imaginons le pire :

un forcené en pleine foule commence à tirer, un gendarme passant par là tire, sa balle traversera l'individu et finira sa course dans un ou plusieurs passants.

De plus, dans ce cas de figure, le "stoping power" pouvoir d'arrêt en français des balles étant quasiment nul, l'individu en question pourrait encore faire quelques victimes.

Il existe des balles plus perfomantes en matière de "stoping power" et sont utilisées par les agents embarqués dans les avions. Ces dernières s'ouvrent à la manière d'un "mini parachute" et freinent d'elles-mêmes dès la sortie du canon et ce qu'elles heurtent ou non un "obstacle".

Mais évidemment, là c'est une question de prix... nous les utilisions sur certains vols et à 11 francs / pièce... on comprend que l'on ne souhaite pas la mettre en dotation pour nos forces de l'ordre.

Amnesty International se trompe de combat en s'en prenant à ces munitions.

La Police ne peut et ne doit pas en mettre en danger des tiers lors de ses interventions et la munition expansive permet justement de réduire les risques collatéraux.

Mais allez expliquez ça " au politiquement correct ".

D'ailleurs en matière de politiquement correct... nous avons là un bel exemple :...

TRIPOLIDAY S.A. vos vacances en méditerrannée :

OFFRE EXCEPTIONNELLE

111 jours à 0 .-

Vos réservations directement auprès du Ministère de l'Intérieur Libyen

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg111ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

Commentaires

Bonjour,

Il me semble que les policiers sont déjà dotés de ces munitions a "expansion controlée".

Comme vous le soulignez il est effarant de voir l'absence totale de connaissance du sujet de certains "journalistes" qui se basent uniquement sur les rumeurs et les dires d'un fondamentaliste anti-armes primaire pour pondre des pleines pages d'anneries pour se défouler contre la police.

Quand a amnesie international il me font bien marrer. Ils sont contre le spray au poivre, contre le taser,bref contre toutes les armes... mais ne se prononcent jamais sur l'augmentation constante de la violence et de la dangerosité des criminels qui ne se gênent plus pour frapper voir tuer des policiers pour des banalités.

Il y a encore un cetains nombre de naïfs profonds qui ne savent pas que notre monde est malheureusement violent par nature et qu'on n'arrête pas des criminels avec des politesses.

Écrit par : Papageno | 11/11/2008

Quand on regarde l'actualité (*) il existe un scénario alternatif et manifestement plus probable à votre "la balle traverse le malfrat et risque de blessé un passsant", c'est celui du "quelques balles atteignent des passants, qui sont rapidement et malheureusement neutralisé, suite à la maladresse d'un membre des forces de l'ordre".

Et dans ce cas, je me demande s'il est judicieux d'équipé nos forces de l'ordre de munitions si dangereuses.

(*) http://www.tdg.ch/actu/suisse/policier-tire-coups-feu-lausanne-inculpe-2008-11-07

Écrit par : Djinius | 11/11/2008

Bonjour Stéphane (et futur Président) ! ;o)
Vous abordez là une question qui relève du simple bon sens.
Cependant, puisqu'elle appartient au domaine du politiquement incorrect, je pense qu'il faudrait recommander - dès le moment que les policiers se déplacent en général par 2 - que l'un porte une arme et l'autre des munitions à blanc, et que tous les fonctionnaires de police soient enfermés à l'arsenal pendant leurs heures de service.

:O)

Écrit par : Blondesen | 11/11/2008

Bonsoir Stéphane,

Vous avez absolument raison.

Je n'ai jamais compris la croisade contre ces munitions. Lorsqu'un policier est contraint d'utiliser son arme, le plus important est la sécurité des tiers et non pas la santé de l'individu à neutraliser. Cela paraît logique pourtant ...

Meilleures salutations

Céline Roy

Écrit par : Céline Roy | 11/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Papageno,

Bonjour Djinius,

Bonjour Sir Blondesen,

tout d'abord, à Genève j'ai cru savoir qu'un temps, nos policiers étaient munitionnés avec des munitions à expansion limitées, et non à fragentation comme j'ai pu l'entendre ici ou là. Ensuite, je sais que le politiquement correct a fait son apparition dans le concordat fédéral et de là, les munitions ont été retirées puis remises... mais j'avoue ne pas avoir suivi. En revanche, on doit cette "une" de l'info au fait que les policiers vaudois veulent introduire cette munition. D'où mon billet, parce que tout professionnel des armes le dira haut et fort, les ogives blindées sont réellement dangereuses pour les tiers, en plus de n'avoir aucun "stoping power".

Djinius, décidément, malgré nos désaccords récurents, je crois que je vous aime bien... vous exprimez vos désaccords et cela me permet d'enfoncer le clou... mais avant de commenter votre biller, vous devez savoir deux trois petites choses sur je, moi et moi même que je m'aime...

De fait, je n'ai pas toujours été un gentil "nain formaticien" hautement diplômé... Avant... et durant onze longues années... j'exerçais une toute profession qui m'a obligé à porter des armes aux quatre coins du monde pour protéger, et pas seulement, des personnalités Suisses et étrangères, dans des endroits que vous ne pouvez même pas imaginer.

La problèmatique des armes je la connais bien, très bien, mieux que bien... automatiques, semi automatiques, etc... et je sais une chose... lorsque vous sortez votre arme, c'est pour vous en servir... de là... lorsque vous pressez sur la détente, le temps s'arrête et vous pourriez décrire l'entier de la scène avec la précision du plus puissant des appareils photos. Dans la ligne de mire, si un passant passe derrière votre cible, vous savez pertinnement qu'une balle blindée traversera cette dernière pour aller se loger dans un tier, voir d'autres... car une "blindée" dispose d'une capacité de perforation que vous n'êtes pas à même d'imaginer. Tirer dans ces circonstances, vous fera perdre ces quelques microsecondes qui font de vous un homme vivant, d'un homme mort.

Je parle donc par expérience. Comme pour beaucoup de mes billets, Djinius, j'aborde souvent des sujets qui me touchent de près, ou dont j'ai une expérience.

D'ailleurs, dans les années 90... les premières NTTC permettaient le tir de deux balles au coeur et une troisième à la tête. Depuis le politiquement correct est passé par là... alors on admet les deux tirs au coeur, mais le politiquement correct pense que la tête c'est pas admissible. Donc, on tire deux fois au coeur, sauf que... si votre "cible" porte un gilet... le mort c'est vous.

Voilà le monde qui sépare la théorie de la pratique dans ce domaine là... La vie et la mort.

A ce prix, vos arguments, certes intéressant mais théoriques, me font sourire.

Voulez vous que nous parlions d'armes et de munitions Djinius parce que vous pensez pouvoir m'apprendre quelque chose ?

Blondesen, comme expliqué à Djinius, c'est simplement du bon sens... si une balle traverse une "cible" elle est beaucoup plus dangereuse qu'une balle qui s'arrête dans le corps, ou perdra de son pouvoir perforant immédiatemment après le premier impact.

Mais je comprends Djinius qui mal informé, reprend bêtement l'argumentaire de gens qui n'y connaissent rien. J'espère que ma réponse lui permettra de réfléchir avec un autre point de vue.

Une balle, blindée ou non, est dévastatrice, alors autant qu'elle s'arrête dans la cible... et pas dans un piéton qui passait par là.

Paradoxalement, la munition expansive sauve des vies.

Bien à vous Messieurs,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 11/11/2008

Tu as raison Djinius, il est pas normal de mettre entre les mains des flics des munitions dangereuses ! Il faut leur donner des munitions qui ne font pas de mal, des fleurs par exemple! Contre les voyous, cela sera très efficace !
Tu n'est jamais à jeun ?

Écrit par : Octave Vairgebel | 12/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Octave,

vous savez, à décharge pour Djinius, il est difficile pour des néophytes de comprendre les implications que comporte l'utilisation d'un type de munition plutôt qu'un autre.

Les balles perdues représentent un vrai danger pour des tiers "non impliqués". Plus une balle se déforme à l'impact, moins elle a de chance de blesser un innocent.

De plus, l'utilisation de ce genre de munition, permet une rapidité de réaction expliquée dans mon prédédent commentaire. Tirer sur un Etre Humain n'est pas un exercice facile, ajouter à cela une microseconde de réflexion supplémentaire...

Si en plus, par exemple, vous avez à faire à un individu "défoncé" au PCP (poudre d'ange), vous pourriez vider votre chargeur de blindées... rien ne l'arrêtera... alors que deux expansives suffiraient à le terrasser.

Céline à parfaitement raison, du moment ou un individu se place dans la situation où un policier doit faire usage de son arme, dans 98% des cas, c'est qu'il y a mise en danger d'autrui et le policier doit faire son devoir.

Une balle, quelle qu'elle soit provoque des dégâts énormes, alors autant limiter ces derniers au seul individu que vous visez. C'est une question de bon sens.

Il est difficile de parler d'un tel sujet, car d'une manière ou d'une autre, utiliser une arme a des conséquences directes et indirectes.

Le rôle de la police est clairement défini, elle doit agir en réduisant les risques collatéraux au minimum acceptable soit proche du zéro. Ces munitions permettent justement celà.

Bien à vous Octave,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 12/11/2008

Stephane,

La condescendance avec laquelle vous prenez mes arguments me consterne.
Il n'est pas besoin d'étaler arugments d'autorités et son cursus du GIGN ou d'agent SAS pour comprendre la problématique. Des connaissances de physique de base suffisent.

J'ai donc bien compris qu'une munition expansive disperse plus d'énergie dans sa cible qu'une munition normale, ce qui a pour conséquence qu'elle aura plus tendance à arrêter sa course dans le premier obstacle rencontré et éviter de faire des dégats collatéraux sur des passants en ayant continué sa course. De part ces même propriété la première cible rencontrée sera considérablement plus endomagée que si elle avait été frappée par une munition conventionnelle.

Si à ce stade je me trompe sur les faits techniques, j'attends de l'expert en ballistique bardé de diplôme que vous êtes qu'il me corrige.

Ainsi, dans le scénario du gentil policier expert en tir devant arrêter le psychopate défoncé au PCB menaçant de son pistolet une innocente otage, ceci au milieu de la foule, OUI, les munitions à expansion sont idéales!

Sauf que quand on quitte les scénarii de séries télévisées américaine (1) pour revenir en suisse, on se retrouve avec le cas d'actualité (voire mon lien dans ma première réaction) où un policier utilise son arme de façon disproportionnée pour arrêter un fuyard, lui tirer trois fois dessus sans qu'aucune des balles ne lui arrive dessus.

Ainsi, dans ce scénario qui me semble plus réaliste que le votre, on voit bien que si cet agent des forces de l'ordre avait été équipé de munitions a expansion, et bien chacune de ces 3 balles aurait pu être mortelle pour 3 innocents passants.

Bref, pour moi, le risque de dégat direct du à une balle à expansion qui atteint directement un passant et non pas sa cible est plus élevé que celui de la balle traditionnelle qui traverse ca cible pour arriver dans ledit passant.

Il n'y aurait qu'à améliorer la formation des policiers me diriez vous ? Certe, mais nos braves policiers de chez nous, surtout pré-occupés par leur fiche de salaire, et qui n'ont à utiliser leur armes en conditions réèelles qu'un nombre infime de fois dans leur carrière, auront-ils un jour la classe et l'habilité du héro de série américaine ? J'en doute.

(1) En passant, le PCB, c'est complêtement has-been, de nos jours, le méchant, il est défoncé au crystalmeth !

Écrit par : Djinius | 12/11/2008

Les arguments en faveur de ces balles me semblent valables, par contre les ricochets et autres bavures ne vont pas disparaître pour autant. D'un côté vous évitez "l'effet traversant" si un civil est dans la ligne, de l'autre vous l' exposez à des balles perdues potentiellement plus invasive et dangereuses...

Comment balancer le pour et le contre dans ce contexte? Comme je ne connais rien aux armes, je laisse la décision aux spécialistes.

Pour les tirs dans la tête c'est vraiment n'importe quoi, effectivement, au nom de valeurs "gentilles" on expose les policiers...

Vous avez déjà tué un homme dans le cadre de vos missions?

Écrit par : Carlos Lopez aka Carlitos de Unamuno | 12/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Djinius,

une fois de plus ce sont vos arguments qui me sidèrent.

Vous prenez un cas isolé où un policier fait usage de son arme de manière disproportionnée pour justifier la généralisation d'une munition dangeureuse pour nombre de "non impliqués".

Quant à mon vécu, il est difficile de m'en séparer et contrairement à vos connaissances strictement théoriques du problème, mon expérience en situation me paraît tomber fort à propos.

D'ailleurs à force d'écouter, de lire, des personnes qui abordent les sujets de manière purement théorique sans la moindre expérience du terrain, on en arrive à des prises de position qui frisent la bêtise profonde.

Et la bêtise ne se soigne pas.

Concernant le PCP, et non le PCB... vous trouverez les infos ici :

http://www.etape.qc.ca/drogues/pcp.htm

Alors, vous seriez gentil avant de corriger les autres de vérifier vos infos.

Bien à vous et sans la moindre condescendance,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 12/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Carlitos,

l'usage d'une arme n'est jamais annodine. D'autant plus lorsque c'est une arme à feu.

C'est dans les conditions d'engagement du feu qu'il faut être drastique.

La munition blindée est beaucoup plus dangereuse dès lors qu'il y a engagement, tous les professionnels du domaine en conviennent.

Il y a donc deux phases très claires et distinctes,

1) l'engagement du feu en situation

2) les dégâts engendrés par l'utilisation de l'arme

Donc, la priorité c'est d'abord de cadrer l'usage du feu et en deuxième position, réduire les risques liés à l'engagement du feu.

Ce sont deux éléments ne sont pas antagonistes, ils se complètent pour atteindre un risque collatéral proche du zéro.

Comme expliqué plus haut, ouvrir le feu sur un autre Etre Humain n'est pas chose aisée et laisse des traces et des images indélébiles.

Bien à vous Carlitos,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 12/11/2008

Stéphane, c'est bien domage que vous ne répondiez pas à mon argumentation. Je la répète de façon conscise, sans trop d'espoir ...

Une balle à expansions, dans le cas où un policier rate sa cible, sera plus dangereuse pour les passants qui munition traditionnelle. L'actualité récente nous montre que cela arrive, ainsi la pertinence d'équiper la police de ces munitions se pose.

Voila ... si c'est pour ressortir des arguments d'autorité ou pour relever des fautes de frappes (oui, je connais la différence entre du PCB et du PCP), économisez vos forces ... pas besoin de répondre ....

Écrit par : Djinius | 12/11/2008

(désolé pour le post multiple, mais le sujet est fort intéressant)

Stéphane, vous me répondez : "Vous prenez un cas isolé où un policier fait usage de son arme de manière disproportionnée pour justifier la généralisation d'une munition dangeureuse pour nombre de "non impliqués"."

Je ne fais pas mention d'un cas "isolé" comme le serait la mention d'un accident de la route particulier parmis les milliers d'autres qui arrivent chaque année. Le fait qu'un policier utilise sont armes en suisse est un évènement relativement rare, ce qui rend ce cas isolé très représentatif. Ainsi, votre argumentation tombe.

Écrit par : Djinius | 12/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Djinius,

le problème, comme expliqué à Carlitos, est dans l'engagement du feu et de là, réduire le risque potentiel pour des "non impliqués".

Sans engagement du feu, aucune munition n'est dangereuse.

C'est bien dès lors que le feu s'engage qu'il faut réduire les risques liés à l'utilisation d'un type de munition plutôt qu'un autre.

Deux phases très distinctes.

Et on doit agir sur les deux pour réduire au maximum les risques.

Devenu simple citoyen lambda non armé dans mon quotidien et heureux de l'être, je n'ai pas plus envie de recevoir une balle d'un policier que d'un criminel et que celle ci soit blindée ou non.

Donc, dans ce débat on se trompe de problème, voilà le propos de mon billet.

Vous répondre n'est pas un fardeau, j'ai engagé la discussion dès lors, je me dois de vous répondre s'il y a lieu.

Bien à vous Djinius,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 12/11/2008

@Stephane

En tous les cas, vos arguments sont pour le moins... perforants! @;-) Vous m'avez convaincu!

Écrit par : Carlos Lopez aka Carlitos de Unamuno | 12/11/2008

Pour ce débat certe intéressant il ne me semble pas inutile d'attirer votre attention sur l'information, que vous pourrez trouver dans la Tribune de ce jour, qui fait état des inquiétudes du conseil de l'europe (je te sais, mon cher stéphane, friand de cette institution dont la confédération est un membre éminent) sur les pratiques de la police genevoise.

Au moment où vous vous interrogez sur la nécessité d'équiper cette police en munitions, probablement plus efficaces mais aussi certainement plus meurtières, il semblerait que les pratiques utilisées par celle-ci soient assez peu conciliables avec les droits de l'homme (fut-il un délinquant...) de sorte que la crainte m'apparaît légitime!

Écrit par : Matthieu | 13/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Matthieu,

les autres cantons cités en exemple dans le rapport en question ne sont pas en proie à la délinquance genevoise.

De fait, ce qui choque le plus les commissaires européens ce sont les techniques d'étranglement que nos policers appliquent aux dealers présumés pour leur faire recracher les boulettes de cocaïne.

A ce titre, si un policier laissait un dealer avaler ses boulettes, le risque que cette boulette n'éclate en raison des acides gastriques et ne provoque la mort quasi instantanée du présumé dealer ferait la une des journaux et nous traiterions là aussi nos policiers de criminels.

De toute manière, quoi que fasse notre police, ils ont toujours tort. Ces pauvres trafiquants, franchement, et notre police qui lutte contre ces petits entrepreneurs...

Assez, notre police doit se cantonner à délivrer des amendes aux vieilles dames qui promènent leur chien sans laisse.

Pire encore, lorsque ces mêmes propritaires de toutousmignons les laissent faire leur besoin sur la chaussée, il faudrait les abattre de deux "prunes expansives".

Tu as raison Matthieu, notre police est un cauchemar, tapie dans le coin des rues, prête à sauter sur les honnêtes citoyens, qui les arrête et les torture à loisir dans ses locaux.

D'ailleurs, je ne sors plus de chez moi de peur de tomber un essin de "flics corrompus" qui à défaut de me tirer dessus, me torturerons dans leurs locaux.

Tu m'excuseras du peu Matthieu, mais tu es juste à côté de la réalité.

Bien à toi,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 13/11/2008

Quelqu'un a une statistique du nombre d'utilisation d'armes à feu par les polices et/ou gendarmeries des cantons sur une année? Combien y-a-t-il de blessés, dont combien de "passants", de morts?
Je ne pense pas qu'il y en ait tant que cela. Est-il vraiment utile de polémiquer sur ce sujet?

Écrit par : salegueule | 13/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Salegueule,

pour ma part, il n'existe pas de statistique, car derrière chaque nombre il y a une / ou plusieurs victimes.

Si ce genre de munitions pouvaient en éviter une seule... ce serait déjà une victoire.

Les chiffres sont les chiffres, une balle perdue c'est une victime potentielle de plus.

A ce prix, ça vaut la peine de débattre intelligemment. Car selon, nous pourrions l'éviter.

La Vie d'autrui importe encore à mes yeux.

Bien à vous Salegueule,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 13/11/2008

Il semble que le débat du Taser jugé dangereux dérive sur celui des balles,un peu technique pour moi...pourquoi pas lors d'arrestations musclées d'utiliser un filet comme les gladiateurs le faisaient ou une lampe super éblouissante, cela existe-t'il ?

Écrit par : sirène | 14/11/2008

@Stéphane,
J'ai du mal m'exprimer. Il y a beaucoup de gens avec de bons arguments sur cette question qui, à mon avis, perdent leur temps. Il y a tant d'autres sujets intéressants à débattre, sujets sur lesquels nous serions peut-être amené à voter.
Le cas du choix des balles me laisse franchement indifférent. Je préfère que les spécialistes s'occupe de ça.

Écrit par : salegueule | 15/11/2008

Salut,

Pour ne pas revenir sur les multiples points dit et redit

Je rejoins l'une des affirmations à savoir qu'une personnes non impliquée soit touchée est une personne de trop.

Si un policier doit faire usage de son arme autant que cela le moins de fois possible et surtout le moins de coup de feu possible par action. De ce fait une balle expansive permettrait de diminuer le nombre de coup nécessaire à neutraliser un individu et donc statistiquement de réduire le nombre de tir hors cible.

En dernier lieu il est évident que si notre police est dotée de cette munition un encadrement efficace et constant dans le temps doit être mis en place. Ce qui devrait déjà être le cas avec les balles blindées...

Bien à vous

Crakoukas

Écrit par : Crakoukas | 21/11/2008

Bonjour,

Selon mon expertise à ce sujet, pour une efficacité optimale en matière de tir à moins de 30 mètres sur un sujet adulte, la munition qui n’engendra pas ou très peu de dommage collatéraux est la .45 Automatic Colt Pistol munie d'une ogive de 14.6 grammes de diamètre 11.43mm 200 grain hollow point de marque Bulk ou Federal à $42.97 dollars par boite de 50.

En effet, une seule de ces balles suffit à mettre "hors de combat" un ennemi potentiel, mais ne dépasse pas 255 mètres seconde et pourra s'arrêter facilement après son contacte avec l'obstacle.

Dois-je rappeler que la police Suisse utilise du 9x19mm parabellum à ogive full metal jacket de 9 grammes 125 grain qui dépasse 360 mètres seconde, de ce fait le pouvoir pénétrant est important, il traversera une portière de voiture, continuera sa trajectoire, traversera le siège cuire, le passager assis à l'arrière puis finira sa course dans l'épaisseur du siège arrière, voir peut être dans le coffre, selon la densité de la mousse du siège.

Amnesty INtl. et les politiques devraient s’occuper de ce qui les concernent, soit régler les problèmes, pas les créer.

Pour les naïfs et ceux qui ont une perception vague des armes, faites appel à des experts, armuriers ou autre, sinon vos décisions sont vouées à l'échec.

Tout comme les armes blanches; ne possédez pas de couteaux si vous ne maîtrisez pas l'art martial qui s'y accorde.

C'est important de s’entraîner, toute la vie.

à bientôt

Le Crotal

Écrit par : Le Crotal | 28/05/2013

Pourquoi se focaliser sur les balles qui ne touchent pas leur cible.

Si la force de l'ordre fait usage d'une arme, c'est qu'il y a un danger mortel imminent ou en cours. Il s'agit donc d'empêcher qu'il y ait des victimes ou des victimes supplémentaires. L'effet attendu est la cessation aussi rapide que possible de l'agression meurtrière. Pour cela, il faut de l'énergie.

Les balles dont on parle ici sont conçues pour en libérer un maximum avec un minimum de pénétration et elles permettre d'atteindre plus efficacement et rapidement l'objectif de faire cesser l'agression.

Elles neutralisent plus efficacement un meurtrier certain avec un risque hypothétique d'accident.

Quand aux balles perdues "mais pas pour tout le monde", la solution de la balle blindée peu déformable n'est vraiment pas convaincante et rassurante. Je préfère des forces de l'ordre bien entraînées.

Écrit par : archi-bald | 28/05/2013

Les commentaires sont fermés.