14/11/2008

Le Conseil Européen contre la torture a raison !

Bonjour à toutes et à tous,

menottes.jpgeffectivement le Conseil européen contre la torture a raison d'épingler notre police. Notamment en ce qui concerne les techniques d'étranglement permettant de faire recracher les boulettes de cocaïne que les dealers ingèrent afin d'éviter les arrestations.

En effet, une retranscription fidèle d'une arrestation m'a laissé songeur... jugez par vous même, la vérité fait peur :

Le méchant flic :

-"Eh toi ?"

Le gentil dealer innocent de boulettes de cocaïne mal aimé et incompris de notre société :

-"Oui M'sieur l'agent des forces de l'ordre ?"

Le méchant flic :

-"Tu deales ? crache tes boulettes..."

Le gentil dealer innocent de boulettes de cocaïne mal aimé et incompris de notre société :

-"Non M'sieur l'agent des forces de l'ordre, je ne deale pas, biensûr M'Sieur le policier, les voilà mais elles ne sont pas à moi..."

(retranscription fidèle et ultra confidentielle parue dans le rapport : "Geneva's Police, one day in Hell" :o)

Après ce constat au combien évocateur des procédés de notre police avec les innocents petits dealer de boulettes de cocaïne, nous ne pouvons que rester sceptique face aux problèmatiques soulevées par les techniques de l'étranglement. Surtout qu'avaler une boulette de cocaïne est absolument anodin.

Lire l'article  ?

Ô grand jamais ces boulettes ne se déchirent pour provoquer la mort quasi instantanée de la malheureuse personne qui les ingère par erreur. C'est pas à moi M'sieur :o)

Et surtout, la Police n'a t'elle rien de mieux à faire que d'embêter ces jeunes entrepreneurs somme toute victimes de la société de consommation ?

Franchement, les arrestations incessantes de ces petits entrepreneurs perturbent le bon déroulement du Business, ça tue les petites entreprises naissantes.

ATTENTION la suite de ce billet pourrait choquer les âmes sensibles.

caniche.jpgASSEZ ! Notre Police doit se concentrer sur les vrais problèmes de notre société, notamment les caniches sans laisses, les crottes sur les trottoirs, en somme les vrais problèmes. Voir la photo ci-après :

Je sais c'est effrayant, vous étiez prévenu(e)s :o)

D'ailleurs c'est tellement vrai que je n'ose plus sortir de chez moi par peur de croiser un essaim de flics assoiffés de violence, qui ne manqueront pas de m'embarquer de manière totalement arbitraire pour me torturer afin de me faire "cracher" la recette millénaire de la fondue moitié-moitié vacherin gruyère.

Bref, Genève est une ville dangereuse où la Police terrorise les honnêtes citoyens, Mesdames Messieurs, restez cloitrés chez vous.

Trève de déconnade.

Dans tous les cas, notre police est toujours au mauvais endroit, au mauvais moment et quoi qu'elle fasse, elle a toujours tort.

Admettons qu'un jour, un prévenu décède d'une overdose dans un poste ? Qu'allons nous dire à notre police ? Vous n'avez rien fait pour éviter ça !

Les techniques d'étranglement sont peut être brutales, mais elles évitent que les boulettes ne se rompent dans l'estomac provoquant la mort instantanée.

Décidément... c'est juste n'importe quoi...

Après on s'étonne le manque de vocation dans cette profession ?

L'Europe en lieu et place de nous emm*ç%&... ferait mieux de passer le balai devant sa porte et taper du poing sur la table pour que nos deux compatriotes puissent être libérés, encore un petit milliard de cohésion pour les motiver ???...

TRIPOLIDAY S.A. vos vacances en méditerrannée :

OFFRE EXCEPTIONNELLE

114 jours à 0 .-

Vos réservations directement auprès du Ministère de l'Intérieur Libyen

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg114ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

Commentaires

Faut pas tout mélanger Stéphane: le Comité contre la Torture du Conseil de l'Europe n'a rien à voir avec l'Union Européenne. Le Conseil de l'Europe, même la Suisse en est membre.

Écrit par : Philippe Souaille | 14/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Philippe,

comme vous le savez, je suis un Euro sceptique convaincu.

Lorsqu'une instance européenne, clairement définie comme telle, prend des positions sur notre Police, j'ai de la peine à dissocier l'une de l'autre.

De plus, les reproches formulés contre notre Police relève de la pure bêtise car lorsqu'un dealer avale une boulette, la police doit le conduire d'urgence à l'Hôpital pour une radio et, le cas échéant, un lavage d'estomac car le risque qu'une boulette se rompe est énorme.

Notre police, avec cette technique controversée, évite aux jeunes et moins jeunes trafiquants une mort quasi instantanée.

Alors au lieu de taper une fois de plus sur notre Police qui accompli un travail admirable, nous devrions saluer leur souci d'éviter le pire.

Mais non, on vient encore leur reprocher de sauver des vies.

Franchement Philippe, parfois j'ai de la peine à comprendre...

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/11/2008

Votre amour pour les policiers est tel qu'à vos yeux - attention, la cessité guette - toute critique à leur égard devient un danger pour la sécurité publique. Il faut juste savoir que la technique de l'étranglement est aussi contestée en Suisse et même par le milieu policier et médical. De même, le délégué à la déontologie du Conseil d'Etat, chargée des affaires de police, a également fait connaître ses réserves. Mais dites-nous, quand vous affirmez que nous avons une des meilleures gendarmeries du monde, pourquoi n'est elle pas la meilleure tout court ? Auriez-vous besoin de points de comparaison ?

Écrit par : Dixit | 14/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Dixit,

effectivement j'apprécie notre gendarmerie et notre police.

Ensuite, comme expliqué, si la technique de l'étranglement peut susciter des contreverses, elle a le mérite d'éviter le pire.

Aussi, ayant eu à travailler avec différentes polices étrangères dans le cadre professionnel il y a quelques années, la police suisse reste l'une des meilleures à mon sens. Disponible, efficace, et très bien formée.

C'est un constat que j'ai pu faire.

Et puis, même si il existe comme dans toute institution des "moutons noirs", l'ensemble du corps de Police fournit un travail exemplaire dans des conditions de plus en plus difficiles.

De toute manière la police on l'aime que lorsqu'on en a besoin.

Bien à vous Dixit,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/11/2008

Mon Cher Stéphane,

tu auras apprécié, je l'espère, la retenue qui fut la mienne dans le domaine des munitions et ce en vertu de la conscience qui est la mienne de mon incompétence en la matière.

toutefois, permets moi d'intervenir sur le sujet des bouletteux, pour lequel je dispose, une fois n'est pas coutume, d'une certaine expérience (j'ai du, n'en déplaise au tenant d'une tolérance zéro et de la loi du talion dont nos démocraties ne cessent de prôner le retour, en défendre des dizaines).

et ce même si je crains que les propos d'un avocat de la défense ne soit pas nécessairement apprécié sur ce site...

Des bouletteux, des mulets, bref ceux qui transportent la dope, arrivent par dizaine chaque jour à l'aéroport d'orly en provenance notamment des antilles et de la guyane, avec des kilos de cocaïnes sous forme d'une soixantaine de boulettes in corpore...(pour les cas les plus impressionnant)

Pour une grande partie, ils traversent Paris pour se rendre gare du Nord et rejoindre Amsterdam.

1ere observation:

lesdits bouletteux ont systématiquement le même profil: analphabète, pauvre, sans ressource, sans formation et casier vierge car en général ils ne le font qu'une fois.

Une fois, parce que le processus d'ingurgitation, par voie oral, anal ou vaginal selon les cas, prend des heures (de souffrance) sous la pression parfois armée, des fournisseurs.

Une fois, parce qu'au regard du risque que prennent ces malheureux, et je revendique fermement ce terme, le gain est en moyenne de 500 à 700 € ce qui chez eux représente une somme importante, mais chez nous...

Une fois, parce que lorsqu'ils se font prendre, ils se retrouvent, faute de "garanties de représentation" c'est à dire de domicile, de famille, d'emploi en France ou de somme suffisante pour obtenir une caution, dans les geôles françaises (dont l'état est à l'honneur de notre grande démocratie), et ce, pendant plusieurs années (le temps nécessaire à une instruction diligenté dans l'illusion de retrouver les commanditaires, ce qui n'arrive qu'une fois sur... en fait je n'ai pas vu un seul dossier aboutissant à l'arrestation des commanditaire généralement protégés derrière les frontières guyanaise)...

une fois parce qu'à l'issue de la procédure, les peines prononcées varient entre 18 mois et 5 années d'emprisonnement.

une fois parce qu'en vertu de la fabuleuse invention que constitue l'amende douanière et surtout la rétention douanière, les malheureux sont en outre condamnés à payer aux douanes, et donc à l'état, les sommes que celui-ci aurait pu prendre, à titre de taxes, si la marchandise avait été duement déclarée et ce nonobstant son caractère illégal...

l'amende est alors calculé en fonction du "prix du marché", soit le prix du gramme dans la rue... (plusieurs centaines de millier d'euros!!!)

Or, si l'amende n'est pas payer... le gus reste en tôle!!! ou obtient sa libération après des mois de négociation avec les douanes...

une fois encore parce qu'effectivement le risque mortifère est des plus élevé et ce d'autant plus, lorsque, comme ce fut le cas dans certain pays non éloigné du tient, certain policier s'érigeait en justicier et n'hésitaient pas, sous couvert des autorités, à caresser fermement le ventre de ces malheureux pour leur faire avouer ce qu'en général ils ignoraient c'est à dire qui leur à donnéla dope et qui doit la réceptionné. (il faut en effet s&voir qu'ils ne disposent d'aucune information, les commanditaire les interpelant sur photo à leur arrivée à l'aéroport ou à la gare...)

(selon certaines statistiques le pique de ces pratiques a pu entrainer la mort de 68 personnes en 2003...)


2ème observation:

et je serai plus bref car tu auras compris le fond de ma pensée, ces personnes là ne sont pas à proprement parler les gentils entrepreneur que tu évoques dans ton billet mais de simple pion que la misère à acculé à ces extrémités...

Pour les avoir rencontrés, pour les avoir écoutés et avoir tenté, dans la mesure de mes moyens de les aider je ne tolèrerai jamais d'être traité d'âme sensible ou de vulgaire "droitdel'hommiste"... c'est la fierté de mon métier et la raison pour laquelle je me suis levé tôt pendant plusieurs années, je me suis rendu dans les geôle du centre de rétention des aéroports parfois au milieu de la nuit, je les ai visité en prison, je les ai assité devant des magistrats ne parlant pas leur langue, (et ce pour faire taire tout éventuelle polémique au tire de l'aide judiciaire soit au final instruction + audience: 328 €...)


3ème observation:

comme tu peux le constater, une fois arrivée sur le territoire national, la dope n'est que très rarement transportée in corpore, de sorte qu'il n'est pas nécessaire de procéder à je ne sais quel étranglement pour leur sauver la vie...

au demeurant je ne suis pas certain (mais je ne suis ni médecin ni bouletteux) qu'une boulette perforé dans la gorge ne soit pas tout autant mortifère que si elle devait éclaté dans l'estomac...

alors s'il te plait Stéphane, tu peux défendre la police, mais je t'en prie considère l'espace d'un instant que les gens en face ne soint pas forcément des capitalistes prêts à tout pour gagner du blé ... que parfois ils n'ont eu que des choix très restreint...

il m'arrive de défendre la police comme toi, car je sais combien ils sont payé en france, dans quelles conditions ils exercent leurs missions. J'ai cependant cru comprendre que tel n'était pas le cas à Genève...

enfin, Stéphane et j'avais déjà eu l'occasion d'attirer ton attention sur ce point, peu m'importe ton euroscepticisme, c'est ton droit et je le respect mais ne confond pas tout, le Conseil de l'Europe est probablement l'une des institutions dont les européens devraient être le plus fier et ce même si elle n'est certainement pas parfaite...

bien à toi

Matthieu

Écrit par : matthieu | 14/11/2008

Les excés de la police doivent être dénoncés. Cependant il faut replacer chaque cas dans chaque situation.Si on fait des jugements hors contexte comme le fait ce conseil de l'europe cela est injuste.

Dixit c'est quoi ta technique pour empécher un dealer d'avaler les boulettes de coke qu'il cache dans sa bouche?

De plus les "excès" qui sont reproché à notre police concernent des dealers et autre délinquants non coopératifs et non pas des exactions contre des citoyens lambda.Je ne veux pas dire que les criminels n'ont pas de droits mais la police représente la force publique. Si le délinquant est non coopératif il doit être forcé à coopérer. Sinon on va où? La prochain rapport va critiquer le fait qu'on les met en prison alors qu'ils ont pas envie?

Écrit par : Papageno | 14/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Matthieu,

Bonjour Papageno,

Matthieu, que dirais tu si un dealer avalait une boulette et qu'avant d'être conduit d'urgence à l'hôpital, il ne s'effondre d'une overdose ?

Là l'avocat, que tu es, fustigerait l'inaction de la police.

Et tu aurais entièrement raison.

Papageno, il est clair que beaucoup ne mesurent pas d'une part que la drogue ça tue et que celles et ceux qui en vendent sont des criminels. Ensuite comprendre que faire cracher les boulettes permet de sauver des vies, démontrant au passage que notre police est soucieuse d'une part de mettre en frein au trafic et de l'autre de "protéger" la vie du dealer présumé contre son gré.

Mais bon... le monde il est rose et tout le monde il est gentil.

La police on l'aime que quand on en a besoin.

Bien à vous Messieurs,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/11/2008

Stéphane aime toujours avoir le dernier mot, même quand on lui montre par A+B que ses propos sont alambiqués :

Alors, pour se justifier, il invente des petits scénario, le dealer qui avale sa boulette, le psychopathe sous PCP(*), bref, une grande carrière de scénariste de série policière s'ouvre à lui !

(*) ou PCB selon les jours ;-)

Écrit par : Djinius | 14/11/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Djinius,

il est vrai que j'apprécie de débattre et avancer des arguments qui, contrairement aux vôtres, tiennent la route.

Je ne me justifie de rien, lorsqu'un dealer avale une boulette de cocaïne il se met lui même en danger. Ce n'est pas un scénario que j'invente, ce sont des faits vérifiables. La rupture d'une boulette dans l'estomac, c'est la mort quasi instantanée dans d'atroces douleurs.

Renseignez vous auprès de la faculté de médecine Djinius.

Merci Djinius, une fois de plus vous me permettez d'enfoncer encore le clou.

Décidément vous êtes mon sauveur :o)

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/11/2008

Non stéphane je ne peux te laisser dire cela...

il arrive malheureusement fréquemment que des "transporteurs", des "mulets" ou que sais-je encore (et certainement pas des dealers: ils ne vendent pas!) décèdent dans l'avion, dans des commissariats, dans des hopitaux ou dans la rue à la suite de l'ouverture d'une boulette.

Pour autant, sauf à ce que l'action de la police en ait été la cause, jamais aucun journal, ni aucun avocat n'a accusé la police de ne pas être intervenu et ce pour une raison simplissime: le policier n'est ni médecin ni ambulancier ni pompier. Il ne dispose d'aucune compétence pour pénétrer le corps d'un individu pour y retirer des boulettes.

Le meilleur exemple est que lors des interpellations de personnes soupçonnées de transporter in corpore des boulettes, c'est un médecin qui se déplace pour le désormais célèbre: à 4 pattes, tousser!!! TOUSSER PLUS FORT !!! TOUSSE PLUS FORT ENCULE DE METEQUE S'IL TE PLAIT...

Ok je caricature, mais j'utilise tes armes!!! (non expansives)

pour ta gouverne il m'arrive aussi de défendre des policiers et dans ces cas là il se trouve que si effectivement je n'ai pas besoin d'eux... eux si!

le monde n'est ni rose ni gentil, il est violent par nature, egoïste et cynique... avocat ou humaniste ne signifie pas necessairement inconscient

Écrit par : matthieu | 14/11/2008

Bonjour Stéphane,

Vous démontrez, à mon grand contentement, que l'action de la police n'est pas soutenue.

Encore une fois, au nom du droit de l'homme, nous allons les blâmer, leur donner des nouvelles directives "humanistes" afin que personne ne les remarque lorsqu'ils font leur boulot. En gros, ils ne servent plus qu'à distribuer des amendes pour des fautes bien plus graves que la vente de drogues dures : le parking sauvage et la ceinture de sécurité qui n'est pas bouclée !

Toute cette controverse dévalorise le travail des gardiens de la paix.

Personnellement, je n'ai jamais subi d'étranglement ou de violence policière... Bizarre... Pourtant il parait que c'est monnaie courante à Genève. Il parait qu'il y a une "Genève" aux USA, peut-être que le Conseil de l'Europe y faisait allusion... ;-)

Trèfle de plaisanterie... Le travail des gendarmes est difficile, assez peu rémunéré mais bien payé en congés. Aujourd'hui, ils ne prennent plus aucun risque et ils ont bien raison ! Personne ne les défendra.
Il faut continuer comme ça, c'est bien. L'angélisme de Monsieur Mou-tinot fera diminuer encore les effectifs bien maigres de notre corps de police.

Pendant cette période où les divers corps de police se plaignent de leurs conditions de travail et du soutien inexistant de la part de leurs supérieurs, il est irrésponsable de les blâmer et les démotiver encore plus.

Je veux bien être celui qui serrera la main de chaque agent pour le remercier de me protéger ainsi que ma famille.

Et si de temps à autres ils doivent sévir, et bien ils ont mon consentement, surtout en ce qui concerne les dealers qui font leur business sur le dos de nos enfants (et pas uniquement...).

Bien à vous Stéphane, à demain.

Mirko

Écrit par : Mirko Righele | 14/11/2008

Etonnant que la police genevoise soit épinglée par le Conseil européen contre la torture. Quelles ont été leurs sources pour définir ses abus ? des retranscriptions de police ? des témoignages ? des vidéos ? je pense que le Conseil a pu le faire car la Suisse est une vraie démocratie directe et que précisément Genève a pu dénoncer ces faits car la police est régulièrement mise sous les feux parce qu'il existe un réel creuset anti-policier et une mouvance de défense des droits humains dans le Canton. Je pense que le même travail d'investigation en Roumanie, Kosovo, Albanie ou Géorgie... auraient été moins fructueux et les conclusions impossibles. Donc, il faut se réjouir que les membres de ce Conseil aient pu travailler sans entrave. Ceci dit la police face aux attaques des dealers et voleurs souvent très brutaux et sans grande moralité doit aussi s'adapter et arrêter les personnes avec le peu de moyens logistiques et humains dont elle dispose. On sait que le recrutement est difficile car plus la délinquance est présente à Genève, plus la critique contre la police est forte. C'est comme cela, tous souhaitent une politique plus dure en matière de répression mais dans les faits nombreux sont ceux qui reprochent les manières des policiers. Il n'y a pas 36 manières de le faire...Donc, ce lynchage médiatique et populaire de nos policiers ne tend pas à revaloriser le métier.

Écrit par : sirène | 14/11/2008

Si vous êtes flic et que vous savez que l'ordure que vous venez d'arrêter va ressortir le jour après en vous faisant un bras d'honneur...vous n'avez qu'une envie... c'est cogner dessus le plus fort possible ! et les flics ont raison...

Car si nous avions une vraie JUSTICE et s'il y avait de vraies peines de prison...je suis sûr que la Police se comporterait autrement... Je pense qu'au Conseil de l'Europe, ils ne sont pas au courant que ces "merdeux" ne risquent aucune peine de prison ni extradition une fois arrêté !

Écrit par : Café | 14/11/2008

Bonsoir Stéphane,

Bonsoir Matthieu,

Matthieu, il me semble que vous ne parliez pas du même sujet. Les étranglements ne sont pas pratiqués sur les mulets mais sur les dealers qui avalent leur boulette en voyant arriver la police. Ces dealers n'ont rien avoir avec les victimes que vous nous décrivez. Ils ont choisi de vendre de la drogue malgré l'illégalité et la dangerosité de cette substance.

Stéphane, bien que je sois pour réduire au minimum les contraintes physiques exercées par la police, l'étranglement me parait être effectivement la meilleure solution. Evidemment, si une autre technique permettait d'atteindre les mêmes résultats en diminuant cette contrainte, elle serait la bienvenue. Mais actuellement, celle-ci ne semble pas exister ...

Meilleures salutations

Céline Roy

Écrit par : Céline Roy | 15/11/2008

Et bien vu ce qui précède et ce que pense le Conseil de l'Europe, don la Suisse est entièrement membre, il n'y a qu'à obéir et LAISSER CREVER CES DEALERS, je pense que pour une fois le Conseil de l'Europe a tout à fait raison, et ces dealers une fois morts couteront moins chers à la société !

Écrit par : Café | 15/11/2008

Les commentaires sont fermés.