20/01/2009

Annulation de la votation sur le vote par Internet

Bonjour à toutes et à tous,

safe_network.jpgl'enjeu de la votation par Internet est trop important, tant au niveau cantonal que fédéral.

Il faut absolument reporter cette votation pour différentes raisons qui tombent sous le bon sens.

De fait, si Genève accepte, la Confédération projette d'élargir cette forme de scrutin à toute la Suisse et donc aux votations nationales.

Nous sommes le 20 janvier, le matériel de vote est arrivé dans la plupart des ménages avec une brochure explicative curieusement vide d'arguments contre. Lire l'article ?  Un citoyen, bien inspiré a décidé de faire appel au Tribunal Administratif qui espérons le concluera au report de cette votation.

Ici à l'image, le seul réel moyen de protéger une connexion à Internet ! :o)

Tout d'abord, comme expliqué dans l'article en question, il y a une disparité trop importante entre les arguments pour et la place laissée aux contre arguments.

Ensuite, il n'y a pas eu de vrais débats sur cette question en dehors de Radio Cité qui y a consacré un 8h à 9h... mais aucun vrai débat avec des partisans et opposants.

Pour terminer, non seulement nous voterons pour le mode de scrutin par Internet mais aussi pour la modification de l'Article 48 alinéa 4 de la Constitution qui concentre le pouvoir d'élire la commission éléctorale au seul Grand Conseil.

En résumé, sur une question aussi importante où les experts essaient de se faire entendre, en l'absence de réel débat, avec cette brochure explicative qui ressemble au parfait manuel marketing d'une publicité, les citoyens ne pourront pas s'exprimer en connaissance de cause.

pc-casse.jpgC'est pourquoi, bien évidemment, je voterai NON si le report n'était pas avalisé par le TA, mais si le Tribunal Administratif décidait de reporter l'objet, j'invite les médias télévision et quotidien à s'emparer du sujet pour que nous puissions informer nos concitoyens afin qu'ils puissent décider en toute connaissance de cause.

Ce qui n'est pas le cas actuellement.

Les affirmations contenues dans la brochure n'ont pas été débattues auquel cas, nous pourrions affirmer qu'elle contient des contre vérités faciles à démentir.

D'ailleurs vous aurez sans doute remarqué que plusieurs professionnels, des spécialistes, des Universités de renom, des centres de recherche affirment tous que c'est une erreur et que le vote par Internet n'est pas fiable... seuls quelques amateurs et politiques mal informés s'en font les défenseurs...

Il est essentiel qu'il y ait un réel débat sur ce sujet qui dépasse largement du cadre du Canton.

Mesdames, Messieurs, si le Tribunal Administratif ne tranche pas pour un report et en l'absence d'un réel débat sur un sujet particulièrement important pour les générations futures, je vous invite à voter NON.

Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, je suis ingénieur systèmes certifié et, comme nombre de confrères tous opposés à ce mode de scrutin, j'ai donc l'avantage de savoir de quoi je parle, votez NON.

Vendons ce genre de système à des pays démocratiquement libre et socialement islamique... là bas, nul doute personne ne verrait la différence de scrutin... suivez mon regard... : 

TRIPOLIDAY S.A. vos vacances en méditerrannée :

OFFRE EXCEPTIONNELLE

180 jours à 0 .-

Vos réservations directement auprès du Ministère de l'Intérieur Libyen

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg180ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

Commentaires

Et ceux qui « savent » votent OUI…
Car le savoir n’appartient pas uniquement aux experts. Une République qui se fie trop au experts ne peut plus revendiquer ce nom.

Écrit par : Charly Schwarz | 20/01/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Charly,

en l'état, il n'y a pas eu de débat sérieux sur un sujet important. Les votants ont donc le droit le plus strict d'être informés.

Ce qui n'est pas le cas.

Et ce n'est pas l'excellente opération marketing menée à travers la brochure "explicative" et aux frais des contribuables qui les informera sur les risques avérés que présente cette plateforme.

Les citoyens ont le droit d'avoir un vrai débat et d'être informés avant de prendre leur décision.

Bien à vous Charly,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/01/2009

Monsieur Valente, mon message ne concerne pas ce sujet mais un autre sujet que vous avez publié le 25 novembre et qui concernait une agression au Parc Brot. Dans le même style, je vous informe qu'il y a 3 ou 4 semaines une vieille dame, connue dans tout le quartier par ses cris stridents et se déplaçant toujours avec son caddye, a été agressée devant chez elle au 67 Bois-de-la-Chapelle, elle a le visage lacéré, un bras cassé et s'est fait volé son porte-monnaie qui ne devait pas contenir une bien grosse somme. Elle est toujours hospitalisée. Je ne connais pas le nom de cette personne mais ces informations circulent dans les divers commerces d'Onex.
Bonne journée

Écrit par : Octave Vairgebel | 21/01/2009

Monsieur Schwartz,

"Une République qui se fie trop au experts ne peut plus revendiquer ce nom."

Je suis d'accord avec vous et c'est pourquoi je ne veux pas remplacer un système simple contrôlé par des citoyens par un système complexe que seuls les experts comprennent.

C'est pourquoi je voterai NON

Comprenez-vous que d'une part vous êtes opposés à une démocratie d'experts tout en acceptant de confier le processus votations à des experts informatiques ?

Le système actuel est transparent et compris de tout le monde et vous voulez le remplacer par une boîte noire.

Salutations

Écrit par : Barbidulle | 22/01/2009

Si il est humainement possible de contrôler le bon déroulement d'une votation matérielle, dans le cas d'une votation immatérielle même une équipe d'experts en informatique et en électronique ne pourrait déceler une fraude.

D'autant plus si la fraude avait lieu avant la transmission du vote, par le biais d'un cheval de troie ou d'un virus, voir au niveau électronique.

Même si il n'y avait pas de fraude lors des premières votations, la possibilité d'une fraude ultérieure, quand les esprits se seraient habitués à cette manière de voter et que la fiabilité du procédé ne serait plus remise en question, pèserait comme une épée de damoclès, quelques pourcents pouvant suffire à faire pencher la balance.

Pire, la fraude pourrait provenir d'une puissance économique quelconque qui aurait les moyens de consacrer le nombre de milliers d'années/homme nécessaires pour y parvenir.

Adieu "démocratie", si le vote par internet est instauré, voter ne voudra plus rien dire.

http://formats-ouverts.org/blog/2008/12/31/1824-un-cas-exemplaire-le-loto-on-y-voit-tout

Écrit par : Luc Deschenaux | 25/01/2009

Les commentaires sont fermés.