27/01/2009

Héro des temps modernes : le retour...

Bonjour à toutes et à tous,

comme beaucoup j'ai été dévasté par l'annonce du drame survenu en Belgique. Un individu armé d'un couteau qui s'en prend à des bébés et à une puéricultrice.

Trois morts : deux bébés et une puéricultrice.

Si bien évidemment, au delà du drame, cela pose la question de la sécurité des "petites têtes blondes" chères à nos coeurs de parents ou de simple citoyen, il pose une toute autre question que j'abordais dans un autre billet.

A savoir le traitement réservé par les médias de ce genre de tragédie... parce que j'avoue que ça me fait "tiquer" de lire dans la presse : "l'individu a cessé de s'alimenter" ; "l'individu n'a pas su expliquer son acte" ; "l'individu a été transféré parce que ..."

Pauvre chose...

Pire encore... les télévisions, telles des charognards, se ruant dans le quartier où vivait le gars : "pour ses voisins, c'était un gars sans histoire", "il vivait au deuxième étage de l'immeuble", "ses voisins le croisait à la boite aux lettres"...

Petite pub...

Bientôt, en exclusivité sur "Télégogols", les parents expliqueront l'enfance difficile du tueur.

Petite pub...

Mais qu'est ce qu'on peut en avoir à f..tre ? (je suis désolé, mais ça m'énèrve à un point... vous imaginez pas)

Une démarche pour "comprendre" son acte ? Une démarche pour savoir si l'un de nos voisins serait capable du pire ?

En fait, les médias en font un héro, ça se trouve il trouvera même un journaliste.. ou un psy... pour écrire sa vie, le genre : " Comment je suis devenu un héro en massacrant deux bébés ". Les dessous de l'affaire "Termonde" la lente dérive d'un jeune adulte... que sais-je.

Ce taré, à qui tout humain digne de ce nom devrait soulager la souffrance, est devenu en l'espace de quelques jours un "héro" international, non pas au sauvant quelqu'un, mais en assassinant l'avenir de l'humanité.

Ce genre d'affaires démontrent, si besoin était, que n'importe quel "allumé" peut se faire une notoriété en comettant le pire. Cette fois c'était un jardin d'enfants... et la prochaine... ? Une maternité ?

Un moyen facile de devenir quelqu'un dans une société qui perd toutes ses marques. Et là, les médias tiennent une responsabilité importante dans la propagation de ces actes.

Toutefois, Il y a des personnes qui forcent mon admiration... dans une telle affaire... les policiers qui ont procédé à son arrestation d'une part ; et de l'autre : les gardiens de prison qui surveillent ce débri afin qu'il réponde de ses actes devant les Tribunaux.

Parce que dans les deux cas, être confrontés à la lie de la société dans ce qu'elle a de plus monstrueux, de plus immonde : des tueurs d'enfants ; doit demander un self contrôle que j'avoue ne pas avoir...

Au même titre, j'admire nos diplomates qui eux aussi sont confronté à des défis relevant du domaine de l'impossible, expliquer le droit dans un pays démocratiquement libre et socialistement islamique, relève aussi d'un self contrôle pour le moins admirable :

TRIPOLIDAY S.A. vos vacances en méditerrannée :

OFFRE EXCEPTIONNELLE

187 jours à 0 .-

Vos réservations directement auprès du Ministère de l'Intérieur Libyen

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg187ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane 

 

Commentaires

Bonjour Stéphane,

Merci pour la rédaction de ce billet. J'avoue ne pas avoir eu la force d'écrire sur ce sujet tellement il m'est difficile de me contenir lorsque l'on parle de violence gratuite, d'autant plus sur des enfants...

Je constate avec stupeur que la vente de quotidiens est plus importante pour le commerce éditorial que la justice qui doit être faite. Avez-vous déjà connu le sort d'un assassin ? Pas vraiment... Ca n'est pas vendeur d'expliquer qu'ils ont pris 3 ans avec sursis car nos grands penseurs "humanistes" ont fait de notre code pénal la pâle copie d'une fable de oui-oui dans sa voiture rouge !

Autant je condamne la peine de mort, car vivre mal est, selon mes sources, plus contraignant que de mourir et que je ne m'abaisserais pas à ôter une vie, je ne suis ni dieu ni maître, autant je suis bien plus enclin à accepter les 2387 ans de prisons pour ce genre de résidus....
Je me demande pourquoi il faut essayer de comprendre. Pour que ça n'arrive plus ? Mon oeil !!! Personne ne pourra éviter ces dérives...
Il faut juste éloigner ces individus du reste de la population.

Mais là encore, je vais passer pour un extrêmiste que je ne suis pas... Tant pis, j'aime assumer mes faiblesses bien humaines et inoffensives...

Bien à vous mes grands intellectuels assassins !

Bien à vous Stéphane et merci encore pour vos billets éclairés.

Mirko

Écrit par : Mirko Righele | 27/01/2009

"Toutefois, Il y a des personnes qui forcent mon admiration... dans une telle affaire... les policiers qui ont procédé à son arrestation d'une part ; et de l'autre : les gardiens de prison qui surveillent ce débri afin qu'il réponde de ses actes devant les Tribunaux."

Il y a aussi les co-détenus, qui vont se faire une joie de lui souhaiter la bienvenue en prison.

Écrit par : Riro | 27/01/2009

C'est un crime horrible. Je comprends votre émotion et je la partage. Sans toutefois verser dans votre extrémisme fascisant allant jusqu'à réclamer la peine de mort. Ce que je ne comprends pas du tout par contre c'est que vous n'avez pas ressenti la même émotion, en aucun cas pareille en intensité, quand d'autres bébés ont été massacrés. Récemment.

Je n'ai jamais lu les lignes suivantes sous votre plume:

Bonjour à toutes et à tous,
comme beaucoup j'ai été dévasté par l'annonce du drame survenu à Gaza. Des individus armés d’armes de destruction massive qui s'en prennent à des bébés, à des femmes, à des ambulanciers et à des médecins.
Des centaines de morts : 400 cents enfants dont des bébés et du personnel hospitalier.
Si bien évidemment, au delà du drame, cela pose la question de la sécurité des "petites têtes brunes" chères à nos coeurs de parents ou de simple citoyen, il pose une toute autre question que j'abordais dans un autre billet.
A savoir le traitement réservé par les médias de ce genre de tragédie... parce que j'avoue que ça me fait "tiquer" de lire dans la presse : "c’était de la légitime défense" ; "seul le hamas était visé " ; "des tirs provenaient des hôpitaux, des écoles ..."
Pauvre chose...
Pire encore... les télévisions, telles des charognards, se ruant dans le quartier où vivaient les soldats : "pour leurs voisins, c'étaient des gars sans histoire", "il vivaient au deuxième étage de l'immeuble", "leurs voisins les croisaient à la boite aux lettres"...
Petite pub...
Bientôt, en exclusivité sur "Télégogols", les politiciens expliqueront l'enfance difficile de l’Etat d’Israël, son passé douloureux.
Petite pub...
Mais qu'est ce qu'on peut en avoir à f..tre ? (je suis désolé, mais ça m'énèrve à un point... vous imaginez pas)
Une démarche pour "comprendre" leurs actes ? Une démarche pour savoir si l'un de nos voisins serait capable du pire ?
En fait, les médias en font des héros, ça se trouve il trouvera même un journaliste.. ou un psy... pour écrire leurs vies, le genre : " Comment je suis devenu un héro en massacrant des bébés ". Les dessous de "Tsahal" la lente dérive de jeunes adultes... que sais-je.
Ces tarés, à qui tout humain digne de ce nom devrait soulager les souffrances, sont devenus en l'espace de quelques jours des "héros" internationaux, non pas au sauvant quelqu'un, mais en assassinant l'avenir de l'humanité.
Ce genre d'affaires démontrent, si besoin était, que n'importe quels "allumés" peuvent se faire une notoriété en comettant le pire. Cette fois c'étaient des hôpitaux et des écoles... et la prochaine... ? Une bombe atomique ?
Un moyen facile de devenir quelqu'un dans une société qui perd toutes ses marques. Et là, les médias tiennent une responsabilité importante dans la légitimation de ces actes.
Toutefois, Il y a des personnes qui forcent mon admiration... dans une telle affaire... les Israéliens qui ont refusé d’aller massacrer d'une part ; et de l'autre : ceux qui en appellent à la justice afin qu'ils répondent de leurs actes devant les Tribunaux.
Parce que dans les deux cas, être confrontés à la lie de la société dans ce qu'elle a de plus monstrueux, de plus immonde : des tueurs d'enfants ; doit demander un self contrôle que j'avoue ne pas avoir...
Bien à toutes et à tous,
Stéphane

Alors je m'interroge. Pourquoi aviez-vous gardé votre self contrôle quand des centaines d'enfants se faisaient massacrer, et le perdez-vous quand deux se font trucider? Deux poids deux mesures?

Ou du racisme ordinaire?

Écrit par : Johann | 28/01/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Mirko, Riro, Johann,

Mirko effectivement lorsque les lois ne sont appliquées qu'au coup par coup, lorsque les places de détention le permettent... qu'un "spécialiste" n'a pas décidé de faire sa prochaine thèse sur un type de criminel... on peut comprendre la différence entre l'acte et la sanction qui souvent me paraît light.

Riro, effectivement il y a encore cette dernière "justice" que les condamnés appliquent aux bourreaux d'enfants... certains crimes sont difficilement pardonnable...

Johann, me traiter de raciste ou même le supposer parce que j'ai pris le parti de rester neutre face aux événements tragiques survenus à Gaza... franchement, je pense que vous y allez un peu fort, mais évidemment, vous ne me connaissez pas, pas plus que vous ne connaissez mon parcours... UDC sois je, j'ai la chance de compter parmis mes proches des officiers étrangers "noirs et musulmans". Des gens qui ont couvert mes petites fesses pendant que je couvrais les leurs dans un contexte qui vous dépasse quelque peu. Nous devenus comme des frères. Voilà pour le racisme et une éventuelle supposée islamophobie. Quant à une supposée xénophobie latente, mon épouse est étrangère... Voilà pour xénophobie que vous pourriez me prêter.

Sur les événements de Gaza, je ne prendrais parti ni pour les uns, ni pour les autres, précisant au passage qu'il n'y a pas de "race palestinienne" et donc le mot racisme est hors sujet.

Je pense vous dédier un billet 1dc4 Johann, à vous, et aux pseudos intellectuels bobos qui sont allés se pavaner à Gaza prenant de fait parti pour l'un ou l'autre des belligérants.

Pour vous permettre de patienter Johann et entamer une réflexion, vous pouvez lire ce billet :

http://doum.blog.tdg.ch/archive/2008/07/21/politiquement-correct.html

Il se réfère à un tout autre conflit, dans une toute autre zone géographique, mais de là, je sais pourquoi je suis euro sceptique convaincu, que je n'ai aucun parti pris dans les conflits qui se déroulent dans le monde parce que je sais quelle odeur a la mort au petit matin.

Donc que je n'ai besoin de personne pour me dicter ma conscience. Ni vous, ni les 4 chevaliers de l'apocalypse...

Bien à vous Messieurs,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/01/2009

"me traiter de raciste ou même le supposer parce que j'ai pris le parti de rester neutre face aux événements tragiques survenus à Gaza..."

Vous ne savez pas lire. Je parle de "racisme ordinaire". A aucun moment je n'ai écrit que vous étiez "raciste". C'est curieux cette manière de vouloir à tout prix vous justifier. Pathétique même. Normalement la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe. Peut-être n'est-elle pas si blanche après tout. Et d'une.


"précisant au passage qu'il n'y a pas de "race palestinienne" et donc le mot racisme est hors sujet."

Aurais-je dû écrire "antisémitisme ordinaire"? Les Palestiniens sont des Sémites et ne sont donc ethniquement pas des Indo-européens... Le qualitatif de "petites têtes blondes" alors même que vous ne savez rien de l'identité des bébés, en dit très long sur votre manière de penser. Vous n'avez pas été "dévasté" quand de "petites têtes brunes" (généralement les Palestiniens ne sont pas blonds) ont été assassinées. Vous êtes resté "neutre".

Donc je ne fais que constater votre très grande émotion lisible tout au long de votre billet pour le meurtre de 2 bébés européens allant jusqu'à souhaiter l'assassinat du criminel ("Ce taré, à qui tout humain digne de ce nom devrait soulager la souffrance," - vous-même en tant qu'être humain, qu'attendez vous pour joindre l'acte à la parole? Autrement c'est de l'hypocrisie.) et votre "neutralité" en ce qui concerne l'assassinat de 400 enfants sémites. A moins que les bébés palestiniens ne soient pas "l'avenir de l'humanité". Et de deux.


"Donc que je n'ai besoin de personne pour me dicter ma conscience."

Je pense personnellement que ce n'est pas avoir de conscience que de ne pas dénoncer des crimes de guerre. QUEL QUE SOIT LE COTE. Dans le conflit israélo-palestinien, je condamne les assassins des deux bords et TOUTES les atrocités. C'est une autre façon de ne pas prendre parti. C'est une façon de prendre le parti de la JUSTICE que de demander la condamnation de tous les assassins. Vous, sous le prétexte mensonger de rester "neutre", vous ne manifestez aucune émotion, vous ne vous "énervez" pas***. Vous ne demandez pas de traduire les criminels (des deux bords!) devant un TPI. C'est bien ce que je qualifie du racisme ordinaire. Et de trois.

En tous les cas, votre réaction montre que j'ai vu juste.

Un dernier mot. Ce monsieur est fou. Un fou criminel et meurtrier. Vous vous proposez donc d'éliminer les fous criminels en rétablissant la peine de mort. Encore bravo pour votre "humanité". Je n'ai lu nulle part que vous souhaitiez traduire en justice ceux qui assassinent en toute connaissance de cause et par calcul.


*** Alors qu'ici: "Parce que dans les deux cas, être confrontés à la lie de la société dans ce qu'elle a de plus monstrueux, de plus immonde : des tueurs d'enfants ; doit demander un self contrôle que j'avoue ne pas avoir..." curieusement les "deux cas" ne se réfèrent en aucune manière aux tueurs d'enfants du conflit israélo-palestiniens qui n'ont jamais été qualifiés comme "lie de la terre" ou "immondes" ou "monstrueux". Je comprends aussi pourquoi vous êtes prêt à cracher votre venin contre ceux qui sont allés en Palestine pour témoigner. Si vous y étiez aller vous n'auriez pas pu garder votre "self-contrôle" face aux tueurs d'enfants du hamas et de tsahal, contrairement à ces bobos intellos qui se "pavanent" et qui "prennent parti". Oui, ils prennent parti contre les crimes et c'est tout à leur honneur. Quant au vôtre...

Écrit par : Johann | 28/01/2009

"Pour vous permettre de patienter Johann et entamer une réflexion, vous pouvez lire ce billet :

http://doum.blog.tdg.ch/archive/2008/07/21/politiquement-correct.html"

Oui et alors? Vous évitez soigneusement de nous parler du contexte. Quel est ce contexte? Où? Quand? Comment? Pour l'instant, et pour moi: mercenaire = salopard. Que faisiez-vous dans ce pays étranger et au profit de qui? Où était votre "neutralité"?

Une telle expérience devrait vous inciter d'autant plus à dénoncer tous les assassins de quel côté qu'ils se trouvent. Qu'avez-vous fait pour que justice soit rendue à ce village assassiné? Quel est le nom de ce village? Dans quel pays? Qui étaient les assassins? Pourquoi ce silence?

Écrit par : Johann | 28/01/2009

très cher stéphane,

si j'apprécie régulièrement ton sens de la provocation je ne peux que prendre ma plume à la lecture de ton dernier article lequel me semble par trop empeint d'approximation et d'amalgame ce qui au regard du sujet et de l'ambiance générale actuelle, dont la suisse n'est pas indemne, revêt une dangerosité intrinsèque particulièrement grave.

d'une part tu entretiens, volontairement ou non, une ambiguité entre la motivation des médias et le mobile du déséquilibré en cause...

que les médias montent en épingle ou offrent une couverture disproportionnée lors du début de telles affaires pour s'en désintéresser aussi vite relève malheureusement de la loi du marché et du secteur ultracompétitif des médias poussant ceux-ci à faire du sensationnalisme au préjudice du fond et de l'analyse.

au demeurant les lecteurs sont libres de choisir leurs journaux et de favoriser les plus sérieux.

de surcroît cette médiatisation outrancière ne sert pas la justice par les préjugés qu'elle véhicule lesquels influencent nécessairement les juges qui auraont à terme à connaitre de cette affaire.

en revanche ton analyse dérape lorsque tu affirmes que tel était le but recherché par le criminel.

il est toujours présomptueux et dangereux de porter des opinions sur des affaires aussi graves et dramatiques alors même que le nombre d'intervenants susceptibles d'avoir eu accès au dossier et capable d'en faire une analyse objective et exhaustive est par définition extrêmement limité (les journalistes en étant nécessairement exclu comme toi et moi...)

ceci étant les quelques informations, ne relevant pas du jugement de valeur, qui ont pu être portées à ma connaissance (un individu, le visage peinturluré de blanc et les yeux cerclés de noirs, se serait présenté à l'accueil d'une crèche et aurait pu avoir accès aux salles accueillant les enfants où il en a poignardé deux...)me laisse à penser qu'il s'agit probabalement d'un déséquilibré délirant et mortifère.

or, à titre rappel la responsabilité pénal d'un individu repose sur les actes commis, le caractère illégal de ceux -ci et surtout la conscience qu'avait l'auteur au moment des faits du caractère illégal de ses agissements.

cette dernière condition supose que l'auteur présumé était, au moment des faits, en pleine possession de ses moyens.

si les éléments sus rappelé m'amène à envisager très sérieusement la possibilité que l'individu en cause était totalement délirant, cela exclu d'une part toute recherche de célébrité médiatique de sa part, mais plus encore et d'autre part toute responsabilité au sens pénal du terme (ce qui n'élimine pas la possibilité d'une responsabilité civile et les dédommagements éventuels, malgré la conscience qui est la mienne de l'impossibilité de la moindre "réparation")

or, et j'en suis désolé pour les tenants du "tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens", les expertises psychologiques et psychiatriques imposent un examen précis et fouillé du passé et du présent de la vie de l'individu, de sorte que les parents sont susceptibles d'être sollicités pour évoquer l'enfance du prévenu...

alors malheureusement, si on veut que la justice fasse correctement son travail sans être influencée par les médias, on doit tous en avoir quelque chose à foutre de la vie de ce malade mental!

en conclusions, et à la suite de l'évocation des peines de prisons démentielles évoquées ou sur le sort réservé çà celui-ci en détention, je vous rappelle qu'il est de notre responsabilité de citoyen d'apporter les soins nécessaires à ce type de pathologie et surment pas de s'en débarasser en le remttant entre les mains de futurs bourreaux ou de l'enfermer dans un univers pénitentiaire totalement incapable de le soigner et de le protéger.

Protéger dites vous? oui parceque de tels individus en détention sont des éléments à risque et tout élément à risque présent en détention constitue un danger pour les détenus, les surveillants et en cas de débordement pour les alentours et donc pour nous.

il est de la responsabilité de nos Etats, européens ou non, de prendre en charge par le biais de l'hospitalisation forcée les soins nécessaires...

cordialement

matthieu

Écrit par : matthieu | 28/01/2009

Monsieur Stephane,

Inutile, n'est-ce pas, de participer à votre duel avec Johann.

Quelque chose toutefois me chiffonne (!?) dans votre réponse à ce dernier:"pseudos intellectuels bobos".

C'est une étrange manie de dénigrer par ces termes des personnes qui ne partagent pas votre point de vue.
Cela me paraît aussi mal venu que lorsqu'on vous traite de raciste...

Quant au sujet qui motive votre billet: Il est évident que l'assasin de la crêche est très gravement perturbé. Ce qui peut se passer dans un cerveau "malade" dépasse très souvent l'entendement commun. C'est pourtant l'honneur de notre civilisation de ne pas traiter les "fous", même dangereux, comme des animaux à éliminer.

Tout ça pour dire que votre presque apologie du lynchage me semble déplacée.

Écrit par : Azrael | 28/01/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Johann, Matthieu,

Johann... petites têtes blondes... mes enfants ont les cheveux chatains... dois je vous expliquer que c'est une expression entrée dans les moeurs ou cherchez vous à déplacer le débat sur des points qui n'ont pas leur place ici ?

Quant au conflit israélo palestinien... et cette affaire, il y a un monde qui obéït à une longue tradition de violence...

Insinuer que les enfants palestiniens morts ne me touchent pas sous prétexte qu'ils ont les cheveux bruns... vous n'êtes simplement pas en mesure de le faire et je ne vosu permets pas de porter un tel jugement.

Contrairement à vous, je ne fais aucune différence entre un mort palestinien et un mort israélien. Comptabiliser le nombre de morts de part et d'autres afin de justifier une position ou l'autre... pathétique disiez vous ?...

Neutre ne signifie pas être dépourvu de conscience... et je vous le répète, ma conscience n'a ni besoin de vous, ni besoin de 4 cavaliers de l'apocalypse...

Lorsque vous réaliserez l'énormité de vos propos et de vos insinuations, nous pourrons peut être envisager de dialoguer.

Matthieu question provocation tu te poses là... :o)

Pour ma part, j'admets volontier ne pas avoir le détachement nécessaire pour faire la part entre l'instinctif paternel qui me guide et le fait que ce criminel doit être jugé, d'ailleurs mon propos est clair :

Toutefois, Il y a des personnes qui forcent mon admiration... dans une telle affaire... les policiers qui ont procédé à son arrestation d'une part ; et de l'autre : les gardiens de prison qui surveillent ce débri afin qu'il réponde de ses actes devant les Tribunaux.

Force est de constater que je ne serai jamais magistrat, ni policier, ni gardien de prison... d'ailleurs je n'en ai pas la prétention.

Bien à vous Messieurs,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/01/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Azrael,

oui intellectuels bobos... car aller à Gaza les mains vides, juste pour constater des ravages et au passage se faire un brin de pub, obéït à une démarche "bobos" bien pour être vus, bien mignonne, mais dans les faits complètement inutile.

Quant à mon billet, j'admets volontier ne pas avoir le détachement nécessaire qui ferait de moi le magistrat, l'avocat, le policier, ou le gardien de prison idéal.

Toutefois, j'ai bien écrit que j'admirais ceux qui y arrivent... afin que ce criminel réponde de ses actes devant les tribunaux.

Ce n'est donc pas un appel au lynchage, mais l'emportement instinctif d'un père de famille qui n'ose pas imaginer la douleur des parents.

En revanche c'est une critique acerbe du traitement réservé par nos médias dans le traitement des affaires de ce genre...

Distribuer cette information au plus grand nombre à quelle fin ? Nous l'assaisonner de détails croustillants aussi inutiles que : l'individu refuse de s'alimenter... est sensé nous émouvoir, nous apporter des solutions afin que ce genre d'événements ne se reproduisent ? Détecter les éventuels criminels avant un passage à l'acte... ?

La réponse ne se situe t'elle pas dans deux mots : audience et vente ?

Cette surenchère médiatique profite à qui au final ? Aux victimes ou aux criminels ?

Au delà, si cette surenchère médiatique intervient... elle répond à une demande... ne devons nous pas nous poser la question de notre propre besoin d'assouvir une soif du morbide ?

Ce que je décris dans mon billet s'adresse à chacun d'entre nous... car quelque part, nous sommes le reflet de ce que nous consommons. Et j'y vois une dérive malsaine des valeurs humaines.

Bien à vous Azrael,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/01/2009

Cher Stéphane,

j'adhère beaucoup plus à ce dernier propos de sorte que je m'interroge sur la parfaite compréhension qui fut initialement la mienne de ton billet...

nous devons tenter par notre comportement citoyen et républicain d'influer sur les déviances médiatiques que tu stigmatises à juste titre et ce d'une part dans la mesure où les victimes, en tout cas celles que j'ai pu croiser dans le cadre de ma profession, en souffrent incontestatblement, d'autre part, parce que la sérénité et la protection qui devrait être réservé à notre justice font dès lors défaut avec des risques de pression, de dérives ou de jugements populistes...

bien à toi

matthieu

Écrit par : matthieu | 28/01/2009

"Les médias en font un héro". Franchement, vous n'avez pas honte d'écrire des inepties pareilles? Personne, dans les médias, n'a fait de cet individu un héros. Par contre, les informations récoltées permettent de confirmer que l'individu appartient à la catégorie de ceux qu'on appelle les prédateurs psychotiques. Renseignez-vous un peu avant de faire des pseudo analyses à deux balles sur un sujet que de toute évidence, vous ne maîtrisez absolument pas.

Écrit par : Patriote | 28/01/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Patriote,

si j'avais honte d'écrire des inepties pareilles, je ferais comme vous, je me voilerais de l'anonymat et je viendrais pondre des commentaires à deux francs six sous sur des blogs d'autres à défaut d'avoir le courage de mes opinions.

Quant au sujet que je ne maîtrise pas, j'en maîtrise 1 : mon droit élémentaire de m'exprimer sur ce que bon me semble, quand il me semble et pour n'importe qu'elle raison qu'il me semble.

Dussais - je susciter des réactions aussi courageuse et experte que la vôtre.

:o)

Il faut savoir s'assumer dans la Vie... Patriote, savez cette notion que l'on acquiert vers l'age adulte, en règle générale, qui nous permet de dire ce que l'on pense sans avoir à rougir de nos propos ou de nos actes. Je vous souhaite d'y arriver un jour...

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/01/2009

"Johann... petites têtes blondes... mes enfants ont les cheveux chatains... dois je vous expliquer que c'est une expression entrée dans les moeurs ou cherchez vous à déplacer le débat sur des points qui n'ont pas leur place ici ?"

C'est fou ce que les udcistes ont recours aux "expressions entrées dans les moeurs"... mouton noir, corbeaux,...

C'est bien une expression tout à fait parlante (on dirait presque un lapsus significatif) qui veut dire que vous vous intéressez à ces bébés parce qu'ils sont "blancs" et pas "bruns".


"Quant au conflit israélo palestinien... et cette affaire, il y a un monde qui obéït à une longue tradition de violence..."

Donc c'est normal... une tradition c'est fait pour être entretenu, n'est-ce pas?


"Insinuer que les enfants palestiniens morts ne me touchent pas sous prétexte qu'ils ont les cheveux bruns... vous n'êtes simplement pas en mesure de le faire et je ne vosu permets pas de porter un tel jugement."

Je n'ai pas besoin de votre permission pour le penser, ni pour m'exprimer. Et je n'insinue rien. Je constate. Où est l'expression de votre empathie concernant les enfants palestiniens? Votre condamnation des meurtriers? Où?


"Contrairement à vous,"

Cela démontre que vous ne savez pas lire.


"je ne fais aucune différence entre un mort palestinien et un mort israélien."

Vous faites une différence entre des enfants belges et des enfants palestiniens. Nuance. Mais peut-être cela vous a-t-il échappé?


"Comptabiliser le nombre de morts de part et d'autres afin de justifier une position ou l'autre... pathétique disiez vous ?..."

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. C'est un leitmotive chez vous. Vous "comptabilisez" les meurtres en Belgique:

"Trois morts : deux bébés et une puéricultrice."

Et si vous ne faites aucune différence entre 11 tués contre environ 3000, vous êtes à plaindre. C'est encore une fois ce que je qualifie de racisme ordinaire.

Bis repetita placent. Je condamne chaque assassinat et chaque acte terroriste. Tous. Quel que soit le pays et les assassins. Je prends parti contre ceux qui massacrent au moment où ils massacrent.


"Neutre ne signifie pas être dépourvu de conscience... et je vous le répète, ma conscience n'a ni besoin de vous, ni besoin de 4 cavaliers de l'apocalypse..."

Votre "conscience" ne s'exprime avec violence qu'au sujet de l'assassinat d'enfants belges par un fou. Aurais-je manqué votre prose condamnant les tout récents assassinats d'enfants palestiniens? Je ne peux juger que ce que vous écrivez. S'il vous plaît, montrez-moi l'expression de votre émotion au sujet du massacre d'enfants bébés à Gaza. Et je vous présenterais mes sincères excuses pour avoir manqué la lecture de l'expression de votre douleur.

Allez, je vais vous aider:

"la lie de la société dans ce qu'elle a de plus monstrueux, de plus immonde : des tueurs d'enfants ;" : les protagonistes à Gaza qui tuent des enfants sont-ils aussi "la lie de la société dans ce qu'elle a de plus monstrueux, de plus immonde"?


"Lorsque vous réaliserez l'énormité de vos propos et de vos insinuations, nous pourrons peut être envisager de dialoguer."

Enormité de mes propos? Contrairement à vous, je n'ai aucunement perdu mon calme. Et en tout les cas, mes remarques sont bien peu de chose en regard des vôtres. Appel au lynchage, perte de self contrôle, etc.


"Pour ma part, j'admets volontier ne pas avoir le détachement nécessaire pour faire la part entre l'instinctif paternel qui me guide et le fait que ce criminel doit être jugé, d'ailleurs mon propos est clair :
Toutefois, Il y a des personnes qui forcent mon admiration... dans une telle affaire... les policiers qui ont procédé à son arrestation d'une part ; et de l'autre : les gardiens de prison qui surveillent ce débri afin qu'il réponde de ses actes devant les Tribunaux.
Force est de constater que je ne serai jamais magistrat, ni policier, ni gardien de prison... d'ailleurs je n'en ai pas la prétention."

Une personne qui prétend faire de la politique et qui pète un câble, ce n'est pas mieux, ça peut même être très dangereux si cette personne parvient à un niveau de responsabilité.


Et à propos des "4 cavaliers de l'apocalypse"... C'est l'hôpital qui se fout de la charité. (Tiens encore des expressions toutes faites. Même si vous démontrez votre inculture religieuse.) Il y a beaucoup à dire sur les 3 mercenaires qui ont fait preuve d'une lâcheté politiquement correcte. Mais c'est une autre histoire. N'est-ce pas? (Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais [bis].)

Écrit par : Johann | 29/01/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Johann,

désolé de vous le dire ainsi, mais je pense sincèrement que je ne perdrai plus mon temps à vous répondre.

Parler de lâcheté alors que vous vous contentez de publier des commentaires sous le couvert de l'anonymat pour soutenir une cause qui vous tient à coeur, je comprends.

En revanche, juger de la position de trois hommes, en pleine zone de conflit, face à des détachements véhiculés et en surnombre, vous me paraissez un peu léger. C'est bien d'être ici, bien au chaud devant votre ordi et juger une situation de combat.

Vos commentaires, vos réactions, votre attachement à sortir mes propos de leur contexte, est simplement pathétique.

Par conséquent, je ne perdrais plus mon temps à vous répondre, parce que je viens de vous classifier dans la rubrique : moraliste de salon.

Allez, un jour vous deviendrez adulte, vous traverserez peut être une zone de guerre et nous de là, nous verrons si vous êtes capable d'évoluer.

Vu d'ici, vous me faites juste sourire.

Bien à vous Johann,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 29/01/2009

"En revanche, juger de la position de trois hommes, en pleine zone de conflit, face à des détachements véhiculés et en surnombre, vous me paraissez un peu léger. C'est bien d'être ici, bien au chaud devant votre ordi et juger une situation de combat.

Vos commentaires, vos réactions, votre attachement à sortir mes propos de leur contexte, est simplement pathétique."

Justement, je n'attends que ça: le contexte, car dans votre témoignage, il n'y en a justement pas de contexte, ou si peu. Quel conflit? Pourquoi hors zone? Pourquoi mercenaire?


"Allez, un jour vous deviendrez adulte, vous traverserez peut être une zone de guerre et nous de là, nous verrons si vous êtes capable d'évoluer.

Vu d'ici, vous me faites juste sourire."

Si vous saviez... je peux sourire à mon tour.
Et le style "ancien combattant", à d'autres, surtout quand on est un mercenaire. Et ceux qui traversent une zone de guerre n'évoluent pas forcément dans le bon sens. Ou alors seulement après une psychanalyse. Arrêtez donc de monter sur vos grands chevaux et de vous montrer outragé et expliquez-nous le contexte. Je suis prêt à vous entendre et à vous croire. Ou vous ne voulez peut-être pas que le contexte se sache?

Écrit par : Johann | 30/01/2009

Stéphane,

Vous revendiquez votre liberté de vous exprimer, et moi je condamne cette habitude chez certains hypocrites et fanatiques de votre genre de modifier la réalité à leur guise et de présenter cette réalité faussée comme étant un fait incontestable. C'est ce que vous faites en prétendant que "les médias en font un héros". C'est tout simplement ridicule, et c'est ce qu'on appelle de la PROPAGANDE, à savoir l'art de travestir la réalité dans ses propres intérêts. Je suis plus que vous outré par l'ignominie qui consiste à s'attaquer à des enfants, mais, contrairement à vous, je ne profite pas de ce genre d'horribles faits divers pour faire passer mes conceptions politiques.
Et s'il-vous-plaît, ne ressortez pas votre couplet pathétique sur l'anonymat des intervenants. Si l'anonymat de vos interlocuteurs ne vous plaît pas, vous n'avez qu'à pondre un texte avertissant que vous ne publierez désormais que les messages des personnes qui vous auront fait parvenir leurs coordonnées complètes, uen copie de leur passeport, un extrait de casier judiciaire et un prélèvement ADN.

Et ayez donc le courage de recontrer le débat sur mes arguments et non pas sur ma personne. Votre tentative de diversion à la Schopenhauer est un tantinet maladroite

Bien à vous

Patriote

Écrit par : Patriote | 30/01/2009

Les commentaires sont fermés.