26/02/2009

Mais où est donc passée l'indignation indignée ?

Bonjour à toutes et à tous,

pansement.jpgil y a deux jours, j'entendais Madame Savary (PS-VD) s'exprimer avec fierté sur l'initiative visant à remettre les armes d'ordonnance de nos soldats à l'arsenal.

L'indignation en maître mot, on dépose une initiative, pensant que cette dernière résoudra les problèmes liés aux armes à feu...

De la poudre aux yeux, un plâtre sur une jambe de bois, une rustine sur un Emmental, un arbre pour cacher la forêt...

De fait, je serai très intéressé de connaître les statistiques sur lesquelles se sont basés les initiants pour justifier leur démarche... certe louable... mais tellement à côté de la réalité.

En effet, lorsque l'on creuse un brin le nombre de blessés et de morts par an par armes à feu, les initiants ont dû omettre, pardon oublier, de préciser à quoi correspondent ces statistiques. Oubliant au passage les libellés du genre : " Règlement de compte à Lucerne Coral ". Lire l'article

Donc, les initiants, sûrement partis d'un bon principe mais mal informés, ont désigné les soldats tireurs responsables des tragédies par armes à feu.

La réalité est bien ailleurs, chaque année dans notre pays, les règlements de compte inter-ethniques font plus de morts et de blessés que toutes les armes d'ordonnance en circulation.

L'indignation contre l'armée c'est politiquement correct... inefficace... mais tellement bien vu... ce qui pose l'inévitable question : et pour les autres morts et blessés, que pensez-vous faire Madame Savary ?

Taper sur l'Armée... vous le faites très bien... mais pour régler les autres problèmes bien concrêts l'UDC a bon dos ?

Si l'UDC demain propose d'interdire tout achat d'arme pour des ressortissants des balkans, le PS et autres mettront ils autant d'énérgie pour soutenir la démarche ou se contenteront-ils de nous targuer de xéno ?

Imaginons un instant que dans ce bistrot de Lucerne, il y ait eu une unité de l'armée avec ses fusils... y aurait il eu fusillade ? 

Quoi qu'il en soit, espérons que la Justice sera impitoyable avec ces criminels, ouvrir le feu en plein bistrot... non mais on va où ?... et qu'ils seront jugés et expulsés du territoire.

Et sur un autre point... j'attends toujours l'indignation des politiques et de certains intellectuels de renom... Jean ? Jean ?... veuillez rappeler plus tard, l'abonné désiré ne peut pas être atteint pour le moment... 214 jours que ça dure... 

TRIPOLIDAY S.A. vos vacances en méditerrannée :

OFFRE EXCEPTIONNELLE

214 jours à 0 .-

Vos réservations directement auprès du Ministère de l'Intérieur Libyen

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg214ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

07:44 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : arme, fusillade, savary |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Stéphane,

Comment allez-vous?

Vous voulez garder les armes à la maison, on est en démocratie, chacun peut défendre ces idées.

Mais alors, comment voulez-vous combattre ce fléau qu'est le suicide par l'arme à feu en Suisse?

Les jeunes hommes sont 43,6 % à avoir mis un terme à leurs jours avec une arme à feu en Suisse.

http://www.sonntagonline.ch/pages/index.cfm?dom=151&rub=100212524&arub=100212524&orub=100212524&osrub=100212524&Artikel_ID=101894249

Nous avons tout de même un triste record européen...

Merci de me donner votre point de vue sur la question et vos solutions.

Avec mes meilleurs messages

Michel Tedeschi

Écrit par : Michel Tedeschi | 26/02/2009

Bonjour Stephane,

En fait les anti-armes bien pensants refuse surtout de prendre en compte dans leurs chiffres les crimes commis avec une arme en possession illegale. Et on comprend vite pourquoi.

Quite a passer pour xeno comme vous dites, les permis d'achat d'armes sont depuis longtemps interdits aux nationalités suivantes:

Albanie;
Algérie;
Sri Lanka;
Kosovo;
Croatie;
Macédoine;
Monténégro;
Bosnie et Herzégovine;
Serbie;
Turquie.

Donc a chaque fait divers impliquant une arme a feu et une de ces nationalité, gardez a l'esprit qu'il s'agit deja d'une arme interdite et que donc une nouvelle loi n'y changera rien a part peut-être desarmer quelques honnêtes citoyens.

Mais les vrais chiffres detailés n'interresse de toutes façons ni les initiants, ni le matraquage mediatique qui va avec.

CE

Écrit par : Eastwood | 26/02/2009

@Michel Tedeschi,

Ayez s'il vous plait la dignité de cesser d'instrumentaliser le suicide et de vous servir du malheur de ces familles pour arriver a vos fins, qui on le sait sont ailleurs.

Le taux de suicide est le même en France, et... nettement plus bas au Etat-unis. Alors soyons serieux, ce n'est pas l'arme qui provoque le suicide, mais les soucis existentiels de celui qui appuie sur la detente.

Et pour l'autre faux argument: La violence conjugale, meutre inclus, n'a absolument pas diminué en Grande-Bretagne depuis l'interdiction quasi totale des armes il y a 25 ans.

CE

Écrit par : Eastwood | 26/02/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Michel,

tout d'abord j'espère que vous allez bien aussi... merci pour votre commentaire.

Le suicide est un symptôme, l'arme d'ordonnance un outil.

De fait, j'ai la chance ou le malheur de compter trois suicidés.

1) mon grand père paternel... il s'est pendu,

2) un ami... il s'est jeté du 5ième étage d'un immeuble genevois,

3) un frère d'arme, une balle de 38 en pleine tête.

La démarche de mes proches était le résultat d'un processus réfléchi, pensé, préparé... le premier s'est assuré que personne dans l'appartement ne viendrait le sauver, il a attendu patiemment que tous les familiers sortent... a tiré sa corde et s'est pendu.

Le deuxième a salué ses potes, il m'a appelé pour me saluer une dernière fois, est monté sur le toit d'un immeuble, s'est déshabillé et s'est jeté.

Le troisième a fait une fête d'enfer, saluer tous ses potes, est rentré chez lui, s'est enfermé, a chargé son revolver d'une seule balle et PAN.

Donc sur trois suicidés dont la tragédie m'a touché de près, un seul s'est suicidé par arme à feu.

Si le dernier n'avait pas possédé d'arme à feu, il aurait choisi un autre moyen, mais en serait arrivé à la même extrémité.

L'Arme n'est pas la cause du geste suicidaire Michel... il est juste un outil.

Garder l'arme d'ordonnance n'est pas une incitation au suicide. On en soignera pas le mal-être des suicidés en leur retirant l'arme, c'est un leure.

La démarche de suicide est un long processus réfléchi, pensé et préparé à l'avance, sauf dans de très rares cas...

Cette initiative se trompe de cible tant en terme de suicide, qu'en terme de violence par arme à feu.

C'est bien un pansement sur une jambe de bois car nous ne résoudront pas la "maladie" en se prenant au symptôme.

Dans ce sens, s'en prendre à l'arme d'ordonnance est une illusion aussi brillante qu'inefficace.

Bien à vous Michel,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26/02/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Eastwood,

j'ai cité l'exemple de loi déjà en vigueur pour rappeler une réalité. La violence par arme à feu découle d'autre facteurs que celui de l'arme d'ordonnance.

Quant au suicide... c'est pathétique de lire cet argument rabaché par le Docteur Rielle... repris par Madame Savary qui y ajoute la violence pour justifier cette initiative inefficace.

Le Docteur pense stopper le cancer en interdisant la fumée, Madame Savary pense mettre un terme à la violence par arme à feu en interdisant les armes légales...

Et tous deux pensent mettre un terme aux suicides qui frappent notre pays en interdisant l'arme d'ordonnance.

Avec ce genre de raisonnement, autant interdire les médicaments car un nombre infiniment plus grand de personnes se suicident par ce biais...

Bien à vous Eastwood, merci pour votre commentaire,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26/02/2009

Re.. Bonjour Stéphane,

Vous n'avez cependant pas répondu à ma question en me donnant une solution pour éradiquer le problème du suicide à l'arme à feu. L'étaude et sérieuse, et a clairement démontré que presque un suicide sur 2 en Suisse est causer par l'arme à feu.

Quel serait donc la meilleure solution? Laisser les balles à l'arsenal, mais laisser le fusil à la maison?

Il faudra trouver de toute façon un moyen d'enlever l'option de l'arme aux malheureux qui veulent en finir.

Et pour le "pathétique" c'est un peu fort, car comme je l'ai dis plus haut, vous n'avez pas de solutions.

Bien à vous

Michel

Écrit par : Michel Tedeschi | 26/02/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Michel,

qui peut prétendre aujourd'hui avoir une solution contre le suicide...?

Vous, moi, le Docteur Rielle, Madame Savary... ?

Je suis navré Michel, mais retirer l'arme ne résoudra pas le suicide... vous décompterez moins de suicidés par arme d'ordonnance... peut être, mais le nombre de suicides ne baissera pas.

Pathétique d'aborder le sujet du suicide que sur un OUTIL et non pas sur la maladie qui conduit à ce symptôme... car le suicide par arme ou non, est un symptôme, pas la maladie.

Pathétique parce que cette initiative fait miroiter un espoir... mais n'apporte pas la solution non plus.

Pathétique est donc bien le mot qui convient pour qualifier cette démarche purement électoraliste. Je ne la qualifierai pas de populiste, pourtant c'est bien du populisme de base que de laisser croire au public que nous résoudrons le suicide en retirant l'arme d'ordonnance.

Pour ma part, je n'ai pas la prétention de vouloir résoudre le suicide d'un coup de baguette magique... je ne suis pas Docteur et je ne me nomme pas Rielle.

A ce titre, je vosu trouve bien présomptueux de penser que vous résoudrez le problème du suicide dans ce pays en retirant l'arme d'ordonnance. Nous avons l'un des plus fort taux de suicide chez les jeunes... et ils ne suicident pas avec l'arme de papa...

Une mauvaise solution à un vrai problème de société Michel... et en cela je ne partage pas votre point de vue...

Un suicidé se suicidera, arme ou pas... et là je parle d'expériences vécues.

Rien ne peut influencer une personne décidée. Et encore moins la privation d'arme...

Et c'est un docteur qui défend cette approche... Pathétique argumentaire venant d'un professionnel de la santé... qui plus est.

Bien à vous Michel,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26/02/2009

Instrumentaliser le suicide de la sorte pour des raisons évidentes, de gloriole et demandes de subventions est indignant. D'ailleurs, 3 membres du PS ont du boulot sur cette saloperie genre "Stop au suicide" : cela va sans dire qu'il ne s'y trouve aucune profondeur existentielle, aucune respect de la personne ou de ses descendants; seules l'obséquiosité et la mesquinerie motivent ces actions en question...

Se servir du malheur de ces gens our arriver à de telles fins mériteraient même sanctions pénales, tellement c'est pourri...

Le très haut taux de suicides en Suisse n'est pas dû à la détention d'arme à la maison, vu qu'on peut mettre fin à ses jours de mille manières : la relation de causalité est malhonnête! La mentalité y est pour une grande part responsable, comme par exemple l'absence de dialogue, de valeurs autres que marchandes, de perspectives professionnelles basées sur de réelles compétences dans un pays aussi cher, notamment dans le tertiaire, etc, etc,

La très grande normativité pallie à l'insignifiance des échanges, empêche les gens de réfléchir et de prendre en compte différentes dimensions de l'être humain, ce qui se fait naturellement ailleurs mais qu'on doit acheter ici !!!

La liste est désespérante longue mais il faut remercier Stéphane Valenté de continuer à combattre cette ineptie, qui ne fait qu'apporter de l'eau au moulin de quelques opportunistes, pour leurs propres ambitions personnelles.

Écrit par : Micheline Pace | 26/02/2009

Je suis personnellement contre le fait d'avoir des armes et des munitions à la maison, comme j'estime que la législation suisse sur les armes est de manière générale beaucoup trop laxiste. Il y a par exemple pas mal de Français qui viennent s'acheter des armes ici (des gentils et des méchants) tout simplement parce que c'est plus facile.
Cela étant prétendre réduire le suicide en supprimant l'arme n'est qu'une vaste fumisterie. Je suis entièrement d'accord avec vous et, une fois n'est pas coutume, avec Micheline sur la pression normative et la pauvreté de la chaleur humaine de nos Monts indépendants. Mais n'est-ce pas le pendant d'un certain confort matériel ?
J'avais une amie très chère, d'excellente famille, qui possédait trois passeports: française suissesse et brésilienne. Elle avait raté plusieurs tentatives de suicide au tournant de nos 20 ans, avant d'aller vivre en Pologne, avant Solidarnosc, dans des conditions de confort épouvantables. J'avais été la voir là-bas et lui avait demandé comment allaient ses problèmes existentiels. Réponse: "Lorsqu'en se levant le matin, on se demande comment on va trouver de quoi manger, et que c'est pareil pour tout le monde autour de toi,on n'a plus le temps d'avoir des problèmes existentiels".
Quelques années plus tard, elle avait créé, sur Canal + Pologne, le Journal des Bonnes Nouvelles, qui n'annonçait que les trucs sympas laissés de côté par les médias traditionnels qui ne connaissent que sang et scandales à la Une. Parce que c'est ce qu'achètent leurs lecteurs.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/02/2009

Bonjour,

Je suis contre les armes par défaut à la maison, sauf pour les personnes qui font du tir ou possède des armes pour raisons professionnelles. Tout simplement car je n'en voit pas l'utilité, (en cas de pétage de plomb, ou si des enfants peuvent y avoir accès comme déjà mentionné sur votre récent billet).

Par contre, je suis d'accord avec vous sur le fait que cette instrumentalisation du suicide est absurde. Le suicide des personnes âgées est également en forte augmentation en Suisse, et ce n'est pas par les armes à feu.

Et sinon il faudrait également supprimer les ponts, les cordes, les médicaments, les lames en tout genre, les immeubles à plus d'un étage, et j'en oublie certainement.

C'est donc très hypocrite, comme très souvent (et ce n'est pas l'exclusivité du PS, mais ils en abusent), ils cherchent un moyen détourné, qui a plus de chance de toucher l'opinion publique pour arriver à leurs fins.

Ceci permet également à ce bon "docteur" de se mettre à nouveau en avant, car si on ne parlait pas suicide, qui se soucierait de l'opinion d'un médecin sur ce sujet?

Pardon, je suis hors sujet mais ça m'énerve beaucoup: il ne se met toujours pas en avant pour tenter de permettre aux femmes de moins de 40 ans de se faire rembourser des mammographies régulières malgré la très forte augmentation de cancer du sein chez des jeunes femmes. Résultats, elles le découvrent très (souvent trop) tard.

Écrit par : Pascale | 26/02/2009

C'est très drôle de voire nos pauvre UDC de se plaindre que leurs opposant "instrumentalise" un sujet (le suicide), alors que c'est leur outil politique préféré.

Écrit par : Djinius | 26/02/2009

Il serait temps que le PS soit, pour une fois, honnête car après Mme. Savary qui veut retirer les armes de service, Mme. Roth-Bernasconi exige que l'obligation de servir soit supprimée. Cela prouve que le PS veut simplement supprimer l'armée afin que notre pays soit livré, pieds et poings liés, au premier pays socialiste venu ! Personnellement, j'estime qu'il faut augmenter le nombre de recrues, d'examiner plus attentivement les certificats médicaux souvent très fantaisistes et de voir si les objecteurs de conscience en ont vraiment une ! Avec la crise actuelle, j'ai l'impression que nous aurons besoin de notre armée dans peu de temps !

Écrit par : Octave Vairgebel | 26/02/2009

Prenons le problème à l'envers : à quoi sert l'arme d'ordonnance à la maison? Et si cette loi permettait de ne sauver qu'une vie, j'aime me rappeler un précepte du Talmud : "qui sauve une vie sauve le monde entier"
Puisqu'on parle d'histoires de chasse : dans mon entourage 2 personnes (+meurtre d'une tierce personne) ont utilisé leurs armes d'ordonnance pour mettre fin à leur jour dans des moments de rupture psychique.

Écrit par : TS | 26/02/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Merci à tous pour vos commentaires, Djinius bien évidemment tous les partis utilisent des faits divers, des statistiques pour justifier telle ou telle mesure...

Mais le suicide est un problème de santé publique. L'initiative reviendrait à interdire les Volks Wagen pour lutter contre les accidents de la route.

Ensuite, j'avais proposé dans un tout autre billet, et rappeler cette proposition à M. Hugues Hiltpold, Conseiller national, à mon parti, plutôt que de retirer l'arme, de retirer la culasse du fusil d'assaut.

En retirant la culasse du fusil on érduit les coûts du stockage, on neutralise l'arme, on simplifie les tirs obligatoires car il suffira d'amener une malette de culasses au stand et chaque soldat peut conserver son arme réglée pour un engagement le cas échéant.

Mais évidemment, on préfère interdire bêtement l'arme sans prendre en considération les tenant et les aboutissant de l'ensemble de la problématique soulevée.

Retirer l'arme d'ordonnance ne résoudra en rien la problématique de santé publique que représente le suicide. Ni même les cas de violence liés à l'utilisation d'arme à feu, comme cela s'est fait à Lucerne tout récemment... en plein bistrot... non mais on va où ???...

Merci à tous pour vos commentaires,

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 26/02/2009

L'auteur souhaite que les Suisses puissent conserver leur arme de service chez eux à domicile, mais n'en justifie pas le besoin pour des raisons militaires. Il se contente simplement de "tirer" sur les initiants opposés à cette pratique.

En fait le débat se focalise essentiellement sur les dangers - réels selon moi - de conserver une telle pratique.

Il serait pourtant intéressant de connaître les arguments des partisans de cette pratique ancestrale ... Pour ma part, je n'en vois aucune.

Ce débat me rappelle toutefois une boutade lue dans un recueil de chroniques écrites par l'excellent Jacques Neirynck, lequel évoquait ce problème en interpellant son confrère au Conseil National, le radical vaudois René Vaudroz si je ne fais erreur, en lui faisant remarquer que cette pratique pouvait peut-être encore à la limite se justifier :
" ... en est-on encore à devoir faire le coup de feu depuis la fenêtre des cabinets ..."

On ne connaitra jamais la réponse de René Vaudroz ... A ne pas confondre avec son homonyme, feu mon ami Jean-Claude, malheureusement décédé voici bientôt deux ans ...

Cordialement quand même et surtout ne tirez pas sur le pianiste ... du clavier !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/02/2009

Bonjour,
Le PS pourrait aussi exiger la destruction des ponts trop hauts, faire rouler les trains à une vitesse qui ne permette pas de se faire happer, introduire un permis de détention de cordes, n'autoriser la vente de médicaments qu'à des doses non mortelles, quitte à ce que les patients se rendent chaque jour à la pharmacie pour acheter leur dose quotidienne, installer des filets autour des immeubles dépassant 2 étages etc...

Écrit par : salegueule | 26/02/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. d'Hôtaux,

l'auteur ne souhaite rien... mais l'auteur à l'humilité de ne pas prétendre résoudre le suicide par des mesures dérisoires qui n'auront aucun impact sur les taux de suicides.

Interdire l'arme d'ordonnance pour palier au suicide, revient à interdire les Volks Wagen pour réduire le nombre d'accidents de la route (qui dans le seul canton de Vaud ont fait 42 morts l'année dernière).

Conserver l'arme ? Jean... j'en possède depuis plus de 20 ans, ma famille en possède depuis qu'elles existent et aucun membre de ma famille ne s'est jamais suicidé par arme à feu. Sans doute, un souci de ne pas salir les murs, les sols.

Mon grand père paternel ayant préféré la pendaison, je sais de quoi je parle, contrairement à beaucoup.

Ensuite, conserver son arme à la maison permet d'économiser les places de stockage, les coûts inhérents à ce genre de stockage, permet à nos soldats de conserver leur arme parfaitement bien réglée en cas d'engagement.

De plus si vous aviez pris le temps de lire, et si ce sujet vous passionnait avant cette ridicule initiative, vous sauriez que j'ai proposé de retirer la culasse des fusils. Tant à l'UDC, que chez les Radicaux. Cette mesure de retrait conjugue à la fois : le souci de sécurité des citoyens, neutralise l'arme tout en permettant à nos soldats de se rendre au stand pour les tirs obligatoires sans entraîner des complications logistiques conséquentes.

En outre, cette mesure permet le cas échéant d'équiper n'importe quelle troupe rapidement car les soldats n'auraient pas à se préoccuper de récupérer leur fusil car il suffit d'amener la malette de culasses à un point X...

Retour sur les bancs de l'école M. d'Hôtaux.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 27/02/2009

" ... vous sauriez que j'ai proposé de retirer la culasse des fusils. "

Mais un fusil sans culasse n'est-ce pas un peu comme une soupe sans sel ?...

Si c'est juste pour sentir la présence rassurante de son "FAS" dans sa chambre à coucher, pourquoi ne pas afficher un poster de sa mascotte préférée au-dessus de son lit, entre la photo de la belle-mère et celle du crucifix ?...

" Retour sur les bancs de l'école M. d'Hôtaux."

Oui Chef !

Bien à vous ! (j'allais écrire "Garde à vous !")

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 27/02/2009

Mr d'Hôtaux,

Dans la plus grande democratie du monde, les USA, le citoyen libre et responsable a le droit constitutionel de posseder une arme. Même Obama ne revient pas la dessus.

Dans la pratique vous savez très bien que les criminels et mafieux en tous genre ne s'en privent, pas même dans l'illegalité la plus totale.

Je sais deja que selon votre orientation politique, tous les pouvoirs et responsabilités vont a l'état au detriment de l'individu. Mais je serai quand même curieux de connaitre votre positions sur ce point precis. En particulier comment justifier vous que "a priori" chaque citoyen serait un danger pour son prochain ? Dans ce cas ne vaudrait il pas mieux d'office lui reserver une camisole de force dans un camp a la Brevine (mais voui, lisez Siberie Suisse) ?

CE

PS: Pour rappel, les deux champions incontestés de la confiscation des armes detenues par le cityoen moyen au 20eme siecle étaient... Hitler et Staline. Ca donne quand même une indication.

Écrit par : Eastwood | 27/02/2009

Cher Monsieur,

Je lis votre blog depuis un moment avec beaucoup d'intérêt et votre note m'a interpellé.

Je suis à 100% d'accord avec vous concernant le suicide. Ayant eu dans ma famille et mon entourage des suicidés je sais que RIEN n'arrête la main d'une personne qui veut réellement se suicider. Si ce n'est pas l'arme d'ordonnance, ce sera un autre moyen.

Cependant, je m'interroge aussi sur la question du maintien des armes à domicile et de sa justification. Est-ce seulement par tradition ? Je serai intéressé à lire votre argumentaire sur la question.

Merci beaucoup,

Xavier

Écrit par : Xavier | 27/02/2009

Bonsoir à toutes et à tous,

Je suis entièrement d'ccord avec Eastwood. Le deuxième amendement de la Constitution américaine prévoit le droit de détenir et de porter des armes pour chaque citoyen. L'idée des Pères Fondateurs américains était que tout pouvoir devenant tyrannique voudrait désarmer le peuple afin d'installer facilement sa dictature. Si le peuple américain est armé selon la volonté de ses pères fondateurs c'est précisèment afin d'empêcher qu'un pouvoir central déviant ne puisse lui imposer sa dictature. Les américains doivent pouvoir se défendre les armes à la main si nécessaire.
En Suisse, la volonté affichée par certains de désarmer le citoyen-soldat est très inquiétante. En effet, sous de fallacieux prétextes, ces individus cherchent à neutraliser toute résistance armée du cityen face à une dérive du pouvoir central qui ne remplit plus son devoir envers le peuple.

Ne nous laissons pas faire, il en va de la survie de notre démocratie, ni plus ni moins.

Écrit par : Charles | 28/02/2009

@ Eastwood :

" Dans la plus grande democratie du monde, les USA, le citoyen libre et responsable a le droit constitutionel de posseder une arme. Même Obama ne revient pas la dessus. "

Rép. : Le permis de port d'armes (civil ou militaire) n'a rien à voir avec la démocratie. Par ailleurs bien d'autres pays démocratiques que les USA ne possèdent pas ce droit et n'en constituent pas pour autant des démocraties plus mauvaises que les USA. Si le port d'armes (civil) est autorisé aux USA, c'est un problème qui leur est propre. Nous parlons ici de la détention des armes d'ordonnance (militaire) aux domiciles des soldats suisses !

" Dans la pratique vous savez très bien que les criminels et mafieux en tous genre ne s'en privent, pas même dans l'illegalité la plus totale. "

Rép. : Que vient donc faire ici l'usage d'armes par les criminels et autres mafieux ? C'est totalement hors sujet ! Encore une fois, nous parlons ici de la détention des armes d'ordonnance (militaire) au domicile des soldats suisses ! Que cette détention perdure ou qu'elle soit supprimée ne changerait absolument rien à l'usage d'armes à feu par les criminels.

" Je sais deja que selon votre orientation politique, tous les pouvoirs et responsabilités vont a l'état au detriment de l'individu. Mais je serai quand même curieux de connaitre votre positions sur ce point precis. En particulier comment justifier vous que "a priori" chaque citoyen serait un danger pour son prochain ? Dans ce cas ne vaudrait il pas mieux d'office lui reserver une camisole de force dans un camp a la Brevine (mais voui, lisez Siberie Suisse) ? "

Rép. : Que savez-vous de mon orientation politique et que vient faire mon orientation politique, réelle ou supposée, dans ce débat ? Ceci n'a rien à voir avec la question posée dans ce billet qui se réfère au maintien ou non de l'arme d'ordonnance au domicile des soldats.
Quant à la seconde partie de votre question, je vous répondrai que je suis pour la responsabilité de l'individu dans la société et ne vois pas en quoi mon prochain constituerait un danger pour moi. C'est d'ailleurs l'une des caractéristiques fondamentales qui distingue les humains des animaux.
Quant à La Brévine, c'est un village qui m'est très cher, que je connais très bien et qui n'a rien d'un camp de concentration ...

Dans votre intervention, il n'y aucun argument qui puisse justifier la conservation de l'arme d'ordonnance à domicile. Par conséquent, je ne comprends toujours pas de quoi serait privé le soldat de milice suisse en déposant son arme d'ordonnance à l'arsenal, sauf à éprouver une affection pour un objet qui pourrait tout aussi bien être un stylo, une pipe, une montre ou un couteau suisse ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 28/02/2009

Mr d'Hôtaux.

Votre longue reponse tente surtout de noyer le poisson en evitant soigneusement les points que je vous ai addressés.

Vous savez parfaitement que le fusil d'assaut militaire n'est qu'un volet de cette initiative. Le durcicement des permis d'achat d'arme civile et la mise en place d'un registre centrale avec pour but a terme leurs confiscations fait egalement partie de l'initiative. Voilà le rapport avec les armes civiles et l'usage criminel.

Et oui, démocratie et citoyens armés ont quelques chose a voir: La confiance que l'état place dans ses citoyens. Le fait que l'état soit au service du citoyen et pas le contraire. Ce n'est pas pour rien que toutes les dictatures procèdent en priorité au desarmement de leurs citoyens.

Finalement notre armée de milice est exemplaire dans son principe et il n'y a aucune raison de proceder au demantèlement de ses avantages en usant abusivement de faux arguments comme le suicide.

CE

Écrit par : Eastwood | 28/02/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Xavier,

pourquoi maintenir l'arme à la maison ?

1) parce que stocker 250'000 à 300'000 armes demande de la place,

2) parce que la logistique nécessaire pour gérer l'ensemble est bien plus importante qu'il n'y parait,

3) parce que ça simplifie la vie du soldat de milice,

4) parce que ça permet de pouvoir conserver une arme parfaitement réglée propre chaque soldat,

5) parce qu'en cas d'engagement, l'arme et les affaires personnelles des soldats sont à leur disposition sans délai,

6) parce que ça responsabilise le plus grand nombre,

7) parce que cette pratique garantit la souveraineté du peuple, car tous disposent de leur arme à la maison, une dictature ne pourrait donc pas émerger,

8) parce que, effectivement, c'est une tradition qui démontre que dans leur grande majorité les Suisses sont des gens responsables à qui l'on peut confier arme et munition.

Je m'arrêterai là dans l'énumération des raisons pour lesquelles je suis convaincu par le fait de confier des armes à nos citoyens-soldats. J'ai plus peur que mes enfants soient agressées au couteau par un désaxé, que par un soldat devenu fou...

Au delà du cadre militaire, contrairement à une idée reçue, je ne suis pas un passionné des armes en elles-mêmes car cette passion s'est errodée au fil des longues années où j'en portais quotidiennement... En revanche, j'apprécie toujours autant de tirer car le tir est un sport qui demande beaucoup de maîtrise de soi et y contribue.

Aussi, je suis certain que le tir participe à l'équilibre, à cette volonté d'atteindre ses objectifs, de maîtriser l'impulsion du moment, et que ce sport pourrait être une sorte de "contribution éducative" car il demande de respecter les règles de sécurité et une maîtrise totale jusqu'au départ du coup.

Mais évidemment, que sont les considérations d'un ancien professionnel des armes à feu perspectivement à la science de certain(e)s ?...

En espérant avoir répondu à votre interrogation,

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 02/03/2009

Stéphane,

Oui vous avez répondu à mon interrogation et je souscris tout à fait à votre point de vue.

Ayant pratiqué un peu le tir il y a quelques années, il est vrai que c'est un excellent moyen de se concentrer et de ramener le calme en soi. Mais n'étant pas un fan des armes à feu (j'ai eu pratiqué avec une arme à feu quelques fois sur stand de tir) je préférais de loin le tir à l'arc :-)

En tous les cas je vous remercie d'avoir pris le temps de me donner une réponse si détaillée.

Bonne journée,

Xavier

Écrit par : Xavier | 02/03/2009

Les commentaires sont fermés.