18/06/2009

Pourquoi faire de la politique ?

Bonjour à toutes et à tous,

il y a quelques temps, je discutais avec un "adversaire" des raisons de mon engagement en politique. Il m'arrive ne pas être d'accord avec lui, ses idées, ses projets, mais il n'en reste pas moins un respect mutuel.

Mon engagement est simplement une démarche personnelle, j'ai décidé de m'investir pour mes concitoyens et mes concitoyennes.

Un seul souci m'anime : faire de mon mieux, amener des solutions, discuter des projets venus d'autres groupes et qui sont porteurs pour nos gens.

Certains ont vu et ne se sont pas gênés d'affirmer que je n'étais qu'un carrièriste, voir même un "petit arriviste" avec une seule chose en tête, l'arrivisme. Toutes celles et ceux qui m'approchent en reviennent vite...

classe_maternelle.jpgLa politique politicienne : faire "foirer" tel ou tel projet juste par conflit d'idéologie partisane, par calcul électoral me passant largement au dessus de la tête...

(Crédit de l'image : http://uneclassematernelle.unblog.fr/tag/4-divers/saint-n...)

Tout cela pourrait me faire sourire, car parfois, la politique politicienne ressemble à la cour de récré des maternelles :

-" t'es pas mon pote pasKe t'es le pote de l'autre... je te défais la paix..."

Certains, dans ce domaine brillent... des éternels enfants de maternelle.

Cependant, les politiques portent une lourde responsabilité dans le quotidien de celles et ceux qui nous confient ce pouvoir d'influencer leur quotidien, leur demain.

Il m'est facile de penser ainsi, père de trois enfants, leur avenir prime sur toute autre considération. Trois chimios des 8 dernières années, m'auront appris la fragilité de la notion "demain"... parce que l'avenir se joue aujourd'hui et se prépare maintenant... demain est déjà le passé.

C'est alors que vous rencontrez des "Politiques politiciens" qui souvent se prennent pour la crême... Capables de bloquer un projet parce qu'un tel n'est pas de leur mouvance... de leur idéologie... à ces derniers, usés par l'exercice politique de trop longue haleine, je ne saurai trop leur recommander de quitter le mandat qui leur a été confié par le seul souveraine de ce pays : le peuple. Parce qu'ils l'oublient... ils oublient leur tâche, leur rôle et ce qui suit n'est qu'un petit rappel de la réalité helvétique...

Article 1, alinéa 2 de la Constitution de la République et Canton de Genève :

2 La souveraineté réside dans le peuple; tous les pouvoirs politiques et toutes les fonctions publiques ne sont qu’une délégation de sa suprême autorité.

De nature patient, tranquille, je n'en reste pas moisn déterminé dans mes choix, dans mes idées, et il est certain que je ferai le nécessaire pour atteindre un objectif : répondre aux besoins, aux attentes de celles et ceux qui m'ont confié ce pouvoir. Car c'est avant tout le leur.

Un con qui marche ira toujours plus loin qu'un intellectuel assis. C'est de la physique pure.

D'ailelurs certains de ces politiques politiciens pourraient être facilement cadres, voir cadres sups..., notamment en Libye... :o)

Une place de consultant ?...

le site de la RSR

le site de la TSR

Pour le reste, nos ressortissants sont toujours bloqués, avec leur famille...

Ici, vous trouverez la liste des soutiens de la manifestation celles et ceux qui ont soutenu la manifestation

Ici, vous pouvez rejoindre le groupe de soutien créé sur Facebook celles et ceux qui ont rejoints ou rejoignent le groupe de soutien créé sur Facebook

Ici, vous trouverez une liste de soutien que vous pouvez imprimer et me renvoyer au format papier pour celles et ceux qui souhaitent témoigner leur soutien à nos deux ressortissants sans s'inscrire sur Facebook.

Pensez à laisser vos Emails et / ou votre adresse afin que nous puissions vous transmettre les dernières nouvelles.

REJOIGNEZ NOUS

334 jours

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg

En attendant de devenir vraiment président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

Commentaires

"la politique communale est à la haute-couture/le fait sur mesure ce que la politique cantonale est au prêt-à-porter."

Les actions et décisions au niveau communal ont l'avantage d'être au plus près de la réalité des préoccupations d'une population spécifique - la haute couture - et celles au niveau cantonale s'adressent à un ensemble - le prêt-à-porter - à mon sens, les politiques politiciens devraient se "contenter" d'oeuvrer, au pire et à défaut de mieux - nous avons les politiques que nous méritons/élisons - au niveau cantonal...

Cher Stéphane, je ne vous apprendrai certainement rien : la politique consiste en bon nombre de batailles-combats pour souvent bien trop peu de réussites-victoires, même si les intentions sont le fait de personnes animées par un réel souci du bien-être du peuple et ayant pour seule volonté les intérêts de ce même peuple.

Bravo pour votre billet emplit de bon sens !

Bien du plaisir à Vernier..et amitiés à nos socialistes qui nous mènent la vie dure... :-)

Écrit par : Liberté | 18/06/2009

"Un con qui marche ira toujours plus loin qu'un intellectuel assis. C'est de la physique pure." Peut-être vous ai-je mal compris, mais vous semblez souscrire à ce message, qui a été utilisé il y a quelque mois presque mot à mot par un éminent président de club de football valaisan. A part cela, je ne crois pas qu'il fasse partie de quelque loi de la physique, classique ou quantique, que ce soit.
En ce qui concerne le sport, j'admets que la formule peut avoir sa valeur, quoiqu'il me semble encore mieux de marcher sans être con. Pour les footballeurs, le sens de la marche, ou plus souvent de la course, ne pose pas grand problème, mais en ce qui concerne l'action politique, vous admettrez qu'il ne s'agit pas seulement de savoir si l'on marche et qu'on va loin, mais aussi dans quelle direction nous portent nos pas. Vous trouverez certainement des exemples dans l'histoire, de politiciens qui auraient mieux fait de rester assis à réfléchir.
Tout cela sans porter aucun jugement ni sur la bonne foi de votre engagement politique, ni sur la qualité de votre action.

Écrit par : Mère | 18/06/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Liberté, Mère,

merci pour vos commentaires.

Mère je tiens à vous répondre une chose, je n'ai aucune ambition électorale. Mon souci est là : j'ai jusqu'en 2011 pour avancer des projets, les faire accepter et veiller à ce qu'ils se réalisent.

Si 2011 était la fin de ma carrière, je pourrais partir l'esprit libre, parce que j'aurais mené les projets qui me tenaient à coeur.

Voila comment je réfléchis. Si ma carrière devait s'arrêter là, je partirais le sentiment de devoir accompli.

Quelle meilleure reconnaissance ?

Bien à tous deux,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 18/06/2009

Ce qu'a voulu dire, Mère, je crois, cher Stéphane, c'est que le choix d'un parti n'est pas innocent. Au-delà de votre intégrité personnelle, que nul ne nie, vous valeurs niatonales et votre passé militaire vous ont poussé à l'UDC, ce qui de mon point de vue, est le fruit d'un manque de réflexion sur la nature du monde et de sa composition.
C'est mon point de vue et évidemment, le votre est différent. Mais vous ne pouvez pas non plus évacuer tout sentiment politique, voire politicien dans vote discours, et vos attitudes, lorsque vous prétendez, par exemple "faire barrage" à la gauche, qui semble bien être votre ennemi principal. Ce qui nous différencie, là aussi. Moi, pas forcément.
Vous évitez aussi de tenir certains propos que vous pourriez peut-être partager, mais qui seraient nuisibles à votre parti. C'est le jeu de la politique, et s'il est vrai que vous tentez de rester au-dessus de la mêlée, il faut bien y descendre parfois. Le seul moyen de l'éviter vraiment étant d'arrêter complètement la politique. Et encore, même ainsi, il vous reste des fidélités. A fortiori pour quelqu'un de votre culture.
Amitiés

Écrit par : Philippe Souaille | 19/06/2009

Les commentaires sont fermés.