23/07/2009

Frontaliers, la solution existe !

Bonjour à toutes et à tous,

departements_francais.jpgdepuis des mois, des années on entend parler de la problématique des frontaliers.

(Crédit de l'image : http://www.aidemoi.net/geographie/france/depart.htm ) 

Depuis des mois on parle, on parle des pénétrantes (M. Deneys n'y voyez rien à connotation sexuelle, je parle d'urbanisme :o) qui relieront Annemasse, Annecy... par le tram en construction etc... Le CEVA si un jour il se faisait... etc..

La fameuse région franco - valdo - genevoise. Alors on voit que les urbanistes, les architectes, s'en donnent à coeur joie, résolvent les problèmes d'aménagement et autres... je me dis c'est bien, mais avant de se lancer dans de pareils investissements, dans un plan de région que personne en Suisse n'a voté. C'est bien de rappeler que tout le développement de la région se fait sans l'aval du souverain...

Personne, mais alors personne n'a encore résolu le début de la moindre esquisse du problème central de cette fameuse région : le politique.

Parce que vouloir faire entrer des "pénétrantes" en plein coeur de Genève pour favoriser l'échange transfrontalier, pourquoi pas... mais est-ce que cela résoudra le problème politique lié ?

Parce que, tout le monde s'accorde sur le fait que les disparités entre : coût de la vie et approches politiques différentes entraînent des problèmes au quotidien.

Dumping salarial, financement régional pour les départements français, lenteur du centralisme, différence de devise, etc...

Alors il existe une solution pour palier à ces problèmes...

Que l'Ain et la Haute Savoie rejoignent le fédéralisme Suisse.

La Suisse n'entrera probablement jamais dans l'Europe de Bruxelles, le système fédéral helvétique étant de loin meilleur à tout point de vue. 

Partant de ce constat et conformément à notre Constitution, les habitants de l'Ain et de l'Haute Savoie pourraient demander à devenir des Cantons suisses. Ils garderaient leur totale indépendance, leur tradition, leur culture historique, tout en bénéficiant des avantages qu'offre notre système politique.

Ainsi, l'équilibrage une fois réalisé, nous n'aurions plus de problèmes liés aux coûts de la vie, et autres...

Pourquoi vouloir systèmatiquement adhérer à l'Europe alors que les départements voisins pourraient demander à entrer dans la Confédération ?

Il faut oser inverser le problème de l'adhésion car jusqu'à preuve du contraire, notre système fédéral est applicable et fonctionnel même pour une grande entité comme l'Europe. Il suffit de le proportionner.

Alors à quand une demande d'adhésion de l'Ain et de la Haute Savoie ?

A quand une Suisse à 28 Cantons ? 

D'ailleurs un universitaire français le dit très bien dans ce livre

modele_suisse.jpg

Ici, vous trouverez la liste des soutiens de la manifestation celles et ceux qui ont soutenu la manifestation

Ici, vous pouvez rejoindre le groupe de soutien créé sur Facebook celles et ceux qui ont rejoints ou rejoignent le groupe de soutien créé sur Facebook

Ici, vous trouverez une liste de soutien que vous pouvez imprimer et me renvoyer au format papier pour celles et ceux qui souhaitent témoigner leur soutien à nos deux ressortissants sans s'inscrire sur Facebook.

Pensez à laisser vos Emails et / ou votre adresse afin que nous puissions vous transmettre les dernières nouvelles.

REJOIGNEZ NOUS

370 jours

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg

En attendant de devenir vraiment président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

Commentaires

M VALENTE...SI LA FRANCE LE VOULAIT..ELLE NOUS ECRASERAIT...ALORS SOYONS REALISTE...SVP!!!

Écrit par : MUR | 23/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour le MUR,

bien évidemment la France est un grand pays, mais je ne vois pas bien pourquoi les Français voudraient nous écraser ?

Si l'Ain et la Haute Savoie souhaitaient rejoindre, le plus démocratiquement du monde notre système confédéral, je ne vois pas ce que les autres départements français auraient à dire...

Et puis, vouloir écraser le caillou, d'autres avant ont renoncé, et pour cause, s'en prendre à un pays comme la Suisse est militairement de la pure folie.

Les Français, du moins nos voisins directs, apprécient beaucoup notre système démocratique.

L'Europe basée sur le modèle confédéral helvétique est la seule solution viable. Le système actuel, dit de l'Europe de Bruxelles ne fonctionne pas etz prétérite les habitants des pays européens.

Oser soulever cette problèmatique et proposer aux départements limitrophes de rejoindre la Confédération peut paraître illusoir, mais encore faudrait il avoir le courage de demander aux habitants de ces départements ce qu'ils en pensent.

Bien à tous deux,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 23/07/2009

"le système fédéral helvétique étant de loin meilleur à tout point de vue" : si, si, j'aime votre fraîcheur. On fait tout mieux que les autres, c'est bien connu... Dommage que cela décrédibilise l'ensemble de votre argumentaire !

Écrit par : Miskatonic | 23/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjoru Miskatonic,

on fait tout mieux que les autres... non. Mais le système fédéral helvétique est le seul qui fonctionne.

Prenez l'Europe d'aujourd'hui... ça fonctionne ?

Pas de Constitution, pas d'armée commune, pas de projet commun, pas de démocratie directe, pas de pouvoir des citoyens, juste une caste de fonctionnaires coûteux, des décisions prises sur la base de rapports et de statistiques, sans le moindre aval des citoyens des pays concernés... plus aucune souveraineté nationale, communale, départementale...

Super.

Si c'est ça que vosu appelez une réussite ? Une démocratie représentative élaborée par des pays qu'il y a 300 ans étaient encore des royautés ?

Eh bah...

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 23/07/2009

"Or, désormais, vous (LA FRANCE) n'êtes qu'1/28 d'OTAN, 1/27 d'UE, 1/20 du G20 et 1/30ième de l'OCDE. Je constate que vos cris contre vos petits voisins sont des cris de meute et non plus d'un pays souverain.

C'est dommage sachant que nous abritons 100'000 de vos compatriotes.....

"Par ailleurs, la Suisse donne du travail à 100'000 frontaliers dont près de 20'0000 dans la banque. Nos entreprises emploient 400'000 français en France....

Lettre adresée par Adolphe Ribordy au minsitre WOERTH!

Encore des chiffres,MUR ,de cette petite Suisse!!!!!

Écrit par : oceane | 23/07/2009

"Et puis, vouloir écraser le caillou, d'autres avant ont renoncé, et pour cause, s'en prendre à un pays comme la Suisse est militairement de la pure folie"

Cher Stéphane...relisez les archives de l'Histoire et vous comprendrez que Staline avait développé un projet "fou" mais réaliste pour rayer la Suisse de la carte, pour interdire toute avancée occidentale en direction de Moscou... La Suisse, "le paquebot Americain" en proue de l'attaque du bloc occidental...
Le projet stalinien consistait à larguer une bombe A au dessus du Gothard...enfermant le nuage radioctif dans les vallées de suisse Orientale, et sachant que les dégats seraient immenses compte tenue de la petitesse et des conditions géologiques de la Suisse (montagnes, vallées, gorges et couloirs...), les estimations des "experts"tendaient à démontrer une zone sinistrée d'envron 500km de rayon d'action de l'explosion et des retombées radioactives...!!...Bref, les survivants n'auraient eu d'autre choix que d'abandonner un pays sinistré par la radioactivité de la bombe A...pour de nombreuses années !!
Heureusement, l'URSS, n'eut jamais le loisir de lancer cette offensive, car le théatre de la Guerre Froide, s'est finalement développé sous d'autres latitudes...A la chute du dicateur, lors du "dégèle", les archives secrètes du KGB, ont révélé les modalités de cette opération sur la Suisse...

Bon, maintenant concernant votre "rêve de colonisation" européenne...c'est une pure chimère..cher Stéphane ! Ainsi vous pensez que 450 millions d'âmes européennes, devraient se plier au joug d¨à peine 7 millions de Suisses !!??

vous voilà bien présomptueux pour ne pas dire mégalo !!
Pensez-vous sérieusement que notre système soit le meilleur !!??...la démocratie est complètement bloquée, les référendums sont très rarement respectés( 4 ans pour arriver au bout de la procédure..cela laisse le temps aux politiques de faire du lobbing actif pour casser les revendications populaires).
les Partis qui nous chantent TOUS la même ritournelle, les caciques de droite ou de gauche se mélangeant allégrement dans une inconsistance politicienne... on a des verts copains des pires capitalistes, des socialos qui bossent main dans la main avec les forces libérales (banques-finance...), des syndicats de travailleurs baffoués dans leurs droits démocratiques et des autorités qui sapent la légitimité des syndicats ( ex: Marisa Pralong déboutée par la Justice suite au recours déposé par Manor, qui a pu faire son travail de lobbing afin de s'assurer le soutien des juges fédéraux )...etc...
Non cher stéphane, nous sommes ne pas dans le meilleur des mondes !!

Écrit par : MUR | 23/07/2009

Votre proposition est aussi "originale" que celle de Kadhafi de démanteler la suisse ... d'ailleur je pense que votre billet est justement du 2ème degré qui se réfère au "trait d'humour" du dictateur Libyen ?

C'est bon, c'est moi qui ai trouvé en premier ?

Écrit par : Djinius | 23/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour MUR, Djinius,

Djinius, non, non, c'est une idée qui est étudiée de l'autre côté de la frontière et ce le plus sérieusement du monde. Evidemment, je ne verrai probablement pas cette solution appliquée de mon vivant... mais c'est une idée qui fait son chemin, notamment en Haute Savoie où des comités se sont formés pour étudier l'idée.

Pas si second degré que ça...

MUR, les Soviétiques à l'inverse des 300 millions d'européens, et non 450 millions, n'avaient pas besoin de nos réserves d'eau potable.

Nous sommes le réservoir d'eau potable de l'Europe, du moins pour la France, L'Allemagne et l'Autriche et aucun d'eux n'a envie de voir ces réserves d'eau gérées par des gens moisn consensuels que nous le sommes. Alors larguer des bombes A sur nous... contaminerait l'eau... et pour se l'approprier, il faut en passer par un invasion traditionnelle, et là... personne n'a envie de s'en prendre au caillou.

Et comme expliqué à Djinius, l'idée, qui peut paraître saugrenue, est bel et bien l'objet d'une réflexion de l'autre côté de la frontière.

Je ne suis donc ni présomptueux, ni mégalo, ni quoi que ce soit d'autres. J'exprime un avis fondé qui n'est pas que le mien.

Ensuite l'idée n'est pas si bête...

Pour terminer vous vous plaigniez du système démocratique, allez vous plaindre dans un pays de l'Europe... vous verrez... vous reviendrez très vite... :o)

En Europe, les citoyens lambda, comme vous et moi, n'ont aucune autorité. Aucune. Le zéro absolu du droit démocratique. Au mieux vous avez le droit de voter pour l'un ou l'autre qui représentera une région, un département... etc...

Personnellement, je ne suis pas prêt à renoncer à mes drotis démocratiques élémentaires de voter sur les lois, de faire un référendum, de proposer une initiative, de défendre la souveraineté communale, cantonale et fédérale... parce qu'il n'y a que dans ce système que je me reconnais... j'ai été mal habitué, mais la démocratie est une drogue qui fait du bien, donne l'ivresse, et dont chaque jour je respire le mot : liberté.

Bien à tous trois,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 23/07/2009

Ällons cher Stephane, je n'ai pas dit que les européens souhaitaient nous faire péter une Bombe A sur la tronche...lol¨..!!

je vous ai simplement "repris" sur votre sanctuarisation de la Suisse...il n'y a pas de Bunker inviolable, et la Suisse de part sa taille, avec les new techs, ne feraient pas longtemps le poids...d'ailleurs à l'école de recrue, on nous avait annoncer le premier jour qu'en cas de conflit militaire ouvert, de nos effectifs de grenadiers, pas moins de 10% des effectifs engagées seraient immédiatement balayés dès la première heure de conflit...
D'ailleurs si nous étions aussi "braves" que les Moujahidines afghans, cela se saurait depuis longtemps !
maintenant, les européens n'ont pas l'utilité d'avoir recours à la force militaire pour nous faire plier...la nouvelle guerre du XXI eme se trouve sur le terrain de l'économie, du control des ressouces et matières premières, du niveaux d'échanges commerciaux avec les autres "partenaires"...et à ce petit jeu là, notre pays ne fait pas le poids...pas de richesses naturelles, nos grandes multinationales (néstlé, novartis...), sont inter-dépendantes de leurs exportations, car le marché national hélvète, fait figure d'amuse-gueule...!
Dans un système globalisé, la petitesse de la Suisse est un fort handicape, car à l'heure où on juge de la puissance d'une économie au nombre de consommateurs capables d'acheter...nos 7 millions d'âmes font figures d'une simple capitale européenne...
Nous ne pouvons plus vivre en autarcie, renfermé sur notre marché local..car la concurrence des autres acteurs internationaux se fait plus dure, lorsque l'on pèse quelques millions contre des centaines de millions d'âmes...

alors MBG qui parle d'intégrer l'Europe dans les 5 ans... voilà une parole réaliste !

Écrit par : MUR | 23/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour le MUR,

que nous soyons petits, tant par la surface, que par le nombre, n'enlève rien au fait que notre système a fait des émules à travers le monde.

Et ce n'est pas parce que l'Europe se trompe dans son fonctionnement que nous devrions renoncer à notre système qui fonctionne, pour un système qui ne fonctionne pas.

Quant aux propos de MBG au sujet de l'adhésion à l'Europe, je crois que nous en sommes très loin... et plus les choses vont plus les Suisses se rendent compte que nous avons toutes les raisons de rester indépendant.

Réaliste la Suisse dans l'Europe dans 5 ans ? MBG oublie un peu vite que le seul à pouvoir en décider reste le peuple, et pour le moment le souverain n'en veut pas.

En revanche, il faudrait oser poser la question aux habitants des départements limitrophes... là, il faut le courage d'oser poser la question d'uune adhésion au fédéralisme helvétique.

Et là, je crois que les citoyens européens auraient une réponse qui pourrait surprendre bien plus d'un élu...

Bien à tous deux,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 23/07/2009

Stephane, pour corroler votre message, je vous signale que la Ligue Savoisienne demande que les Savoies soient ratachées à la Suisse.

Écrit par : octave vairgebel | 23/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Octave,

je sais... les gens pensent que c'est une boutade, mais c'est totalement réalisable et de plus c'est réellement une question que se posent de nombreux habitants de Haute Savoie et de l'Ain.

Le rattachement à la Suisse est moins farfelu qu'il n'y paraît, d'autant plus pour nos voisins qui pratiquent notre pays. Ils y réfléchissent vraiment.

Et le cas d'une adhésion d'un département français a fait l'objet de sérieuses discussions au sein de notre parti.

Il n'y a rien de farfelu dans l'idée.

En fait, c'est très sérieux.

Bien à vous Octave,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 23/07/2009

Bonjour, Stéphane, Bonjour à toutes et tous

En fait, ce ne serait que rétablir les anciennes frontières.
N'oublions pas qu'à une époque pas si lointaine, Genève s'étendait jusqu'au lac d'Annecy.
En compensation du "rapt" de notre terre, il existe encore des accords non-abrogés, de libre circulation et libre passage des frontières pour les citoyens genevois dans la zone de l'Ain-Savoie.(http://www.solami.com/1603.htm http://www.geneve.ch/fao/2003/20030721.asp)

Et la Ligue Savoisienne n'est malheureusement pas assez écoutée.(de même que le Mouvement Séparatiste Genevois ^^ )

Amitiés

Écrit par : Mireille LUISET | 23/07/2009

Cher stéphane.... connaissez vous l'économiste "Schumacher"...?
il a écrit un livre qui est devenu un classique du genre : "small is beautiful"..un ouvrage d'économie et de géostratégie qui servit de base à toute la pensée occidentale des trente glorieuses. on y trouve notemment les concepts de transfert de technologie vers le tiers monde, comme moteur de l'équilibre de croissance mondiale ( dans cette ligne, on vit "la coccinelle" arrêter sa production en Europe, alors que le brevet était cédé au Brésil, qui devenait le dernier producteur de coccinelle-VW)...Mais en fait, les pays du Nord gardant une avancée technologique d'une trentaine d'année sur le tiers-monde, qui se voyait réccupérer toutes les vieilles industries polluantes et à faible VA....
Bilan: le déséquilibre a perduré entre le nord et le sud.
Cette approche qui assurait le controle de l'occident fonctionnait parfaitement dans un monde multipolaire...mais dès lors que l'on globalise, que l'on rassemble, que l'on additionne,pour un système unipolaire... les petits sont forcément perdant !! aujourd'hui, bon nombres de pays émergeants jouent les "premiers rôles"sur le terrain de l'économie mondialisée.(BRIC)
Il en est de même pour notre système politique et notre réseau diplomatique... Seuls, nous ne pouvons rivaliser à armes égales contre les géants qui nous entourent...je vous le redit cher Stéphane, dans un monde globalisé, nous ne pouvons plus nous permettre l'solationnisme...notre "aura" politique culturel économique... n'aura plus aucune incidence sur le monde,mais aussi au coeur de notre Identité nationale...
De nos jours, la Culture est Mondialisée !!
alors je vous le redit : l'avenir d'une Suisse forte et reconnue, passe par l'Europe..uniquement par l'Europe ...car Nous sommes partie intégrante de cette identitée européenne...

Écrit par : MUR | 23/07/2009

Comme disait Desproges, attention, il y a de plus en plus d'étrangers dans le monde !

Écrit par : Maurice | 23/07/2009

Merci pour ce billet décapant et provocateur qui, à défaut d'être réaliste, a le mérite de nous interpeller, nous autres Suisses, ainsi que nos voisins français ...

Pour en revenir au "Modèle suisse" de François Garçon que vous évoquez, j'invite tous ceux qui ne l'auraient pas encore lu de combler cette lacune sans plus attendre. François Garçon est double national, de père Suisse et de mère Française, il a habité Lausanne durant plusieurs années et connaît parfaitement bien ses deux patries.

Concernant le problème posé par une éventuelle adhésion de territoires limitrophes à la Confédération suisse, c’est évidemment totalement irréaliste, même si cette question s’est déjà posée au lendemain de la première guerre mondiale, à propos de la province autrichienne du Vorarlberg qui demanda démocratiquement et à une forte majorité, son rattachement à la Confédération suisse. C’est la Suisse qui refusa tout aussi démocratiquement, de peur de rompre l’équilibre confédéral des langues et des religions.

Dernière remarque concernant le modèle politique suisse qui aurait pu, qui a un peu et qui pourrait encore, inspirer la construction européenne. Denis de Rougemont, grand visionnaire de la construction européenne, qu’on a tendance à oublier un peu, même en Suisse sa patrie, a beaucoup traité ce sujet dans son œuvre que je vous invite à lire ou à relire :

http://www.fondationderougemont.org/txt/denis.html

Bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 23/07/2009

"SMALL IS BEAUTIFUL, BUT NOT POWERFUL" !!

Écrit par : MUR | 23/07/2009

L'avenir d'une Suisse forte et reconue.....! Ce n'est pas en entrant dans ce conglomérat de pays en faillite que la Suisse perdurera ! Ne seriez vous pas, par hazard, un émule de Kadhafi qui exige le démentellement de notre pays ? A mon avis, avec la crise qui ne fait que de commencer, l'UE va exploser !

Écrit par : octave vairgebel | 23/07/2009

Genève a rechigné à l’agrandissement à plusieurs reprises dans l'histoire, elle avait en mains les moyens d’obtenir un territoire étendu du Jura aux rives sud du lac, soit peu ou prou l’ancien et éphémère département du Léman. L’attribution du Pays de Gex à la France, lors du Congrès de Paris, apparaît bien aujourd’hui comme la conséquence d’un désistement genevois.....Finalement, quand la France annexe à Turin, en 1860, la Savoie tout entière, séparée du Piémont par un accord entre Napoléon III et Cavour, Genève n’obtient aucun territoire en Chablais ou en Faucigny, à cause du retour en force du confessionnalisme et en dépit d’une pétition savoyarde (ce n’était pas la première) pour un rattachement à la Suisse. Une Grande Zone Franche regroupant 250’000 habitants est créée, mais elle sera supprimée pendant l’entre-deux-guerres.
CONCLUSION :
Genève a donc râté plusieurs fois le coche d'avoir un arrière-pays et a préféré un espace géographique exigu. Seulement l'économie de la ville-État de Genève en se coupant de son arrière-pays, a été contrainte de rechercher des activités incorporant à une matière première peu volumineuse et chère une valeur ajoutée de main-d'œuvre à haute technicité ce qui l'a orientée vers le commerce de l'argent, dans un réseau de relations bancaires internationales qui n'a pas cessé de croître à ce jour. Donc nous n'avons pas d'arrière-pays mais nous avons de la main d'oeuvre qualifiée et des gens de talents à notre portée vivant sur un territoire qui n'est pas le nôtre mais qui contribue à notre prospérité. De quoi se plaint-on au juste ?

Écrit par : demain | 23/07/2009

"Pensez-vous sérieusement que notre système soit le meilleur !!??...la démocratie est complètement bloquée, les référendums sont très rarement respectés( 4 ans pour arriver au bout de la procédure..cela laisse le temps aux politiques de faire du lobbing actif pour casser les revendications populaires)."

Vous pouvez me citer des exemples de référendum non respectés?

Vouloir régler le problème(faut-il encore que ce soit un problème)des frontaliers par une adhésion de la France voisine à la Suisse,repousserait la frontière et ses frontaliers plus loin.

Et comment allez-vous règler le problème des étrangers de nationalité française par le droit du sol.Souvant mal intégrés par des parents chômeurs vivant des allocations,ne parlant souvent pas ou mal le français et de surcroit mmusulman?

Je dit celà,car déjà que l'UDC ne veut pas de naturalisation automatique des 3ème générations qui sont tout aussi suisse que les Suisse.Alors j'imagine pas pour les nationnaux français non intégrés.Que la Suisse devra automatiquement leur donner la nationalité suisse,puisqu'il sont français.

D.J

D.J

Écrit par : D.J | 23/07/2009

tout a fait d'acord avec vous Demain...mais votre ananlyse tient seulemnet pour l'ancien-système...(avant Madoff-UBS-Obama...)..
à cette époque, la Suisse jouait les stars de la finance mondiale...le secret bancaire inviolé assurait une stabilité toute artificielle...

Écrit par : MUR | 23/07/2009

Mon Cher Stéphane,

décidément c'est un TOC? en tout cas c'est toujours sur ce sujet que ton arrogance ou ta prétention m'exaspère.

PRIMO: "Pourquoi vouloir systèmatiquement adhérer à l'Europe alors que les départements voisins pourraient demander à entrer dans la Confédération ?"

et bien tout simplement parce que "Art. 1. - La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée."

il s'agit tout simplement du 1er article de la constitution française, la France est indivisible... ce ne sont donc pas les habitants d'un seul département qui décident d'une secession mais bien le souverain qui se trouve être en France aussi, meme s'il s'agit d'un sous pays démocratique à tes yeux, du peuple et du peuple tout entier...!

n'en déplaise aux naifs qui osent penser que leur système démocratique est, par définition, le meilleur du monde, d'autres systèmes existent et ils ne sont pas tous nécessairement fédérationnistes...

oserai-je t'inviter, toi et certains e tes lecteurs, à respecter quelque peu la participation, certes ancienne, de la France au développement de la démocratie dans l'europe, voir dans le monde...


DEUXIO: "La Suisse n'entrera probablement jamais dans l'Europe de Bruxelles, le système fédéral helvétique étant de loin meilleur à tout point de vue... "

L'arrogance et la suffisance d'un tel propos suffit a en discrédité l'auteur! si je goute assez régulièrement ton sens de la provocation, tel n'est plus le cas cela fait suffisamment longtemps que tu le répète à tout va... encore une fois je me contente d'un seul argument le taux de participation moyen aux élections me semble (tu noteras la réserve qui est la mienne et qui semble te faire défaut) pouvoir être considéré comme le seul juge de paix... celui des élections helvétiques est aussi pathétique et désespérant que celui des dernières élections européeens... et donc là, je te rejoins, le système qu'offre l'europe n'est pas satisfaisant, mais tel n'est pas le cas des élections présidentielles ou législatives françaises!!! cette participation traduit l'intérêt que porte le peuple à la qualité de ses représentants, et une démocratie n'est bonne que si le peuple s'en préoccupe!!!

TERTIO: "Une démocratie représentative élaborée par des pays qu'il y a 300 ans étaient encore des royautés ? "

encore une fois, c'est probablement le fruit de mon ignorance mais 2009-300=1709 alors ok en 1709 la france est une monarchie, et non royauté mais bon peu importe, et la suisse? et ben la suisse c'est juste des cantons parfaitement autonomes qui ont signé un pacte de non agression... la constitution fédérale n'arrivera que... 140 ans plus tard..

le pacte de 1241 auquel tu fait surement allusion n'a pas prononcé, sauf à ne l'appréhender que dans sa dimension légendaire, l'indépendance de la suisse qui restait alors sous domination du Saint empire germanique...


TERTIO: "que nous soyons petits, tant par la surface, que par le nombre, n'enlève rien au fait que notre système a fait des émules à travers le monde."

désolé, j'ai raté un épisode, il fauut dire qu'au milieu de toutes affirmations péremptoires je m'y perd, ai-je sauté une ligne mais... qui? quel pays?

Non vraiment j'ai peine à lire ces lignes... libre à la suisse de ne pas adhérer à l'UE, libre à la suisse de vivre refermée sur elle-même, libre à la suisse d'avoir peur des étrangers, mais alors fais preuve de cohérence et laisse donc les étrangers à... l'étranger! A moins une fois encore qu'il faille distinguer derrière ce grossier propos (je t'ai connu plus subtile) la volonté tacite de voir reconnaître l'existence de catégories d'étrangers avec des sous catégories (il faudrait surtout pas annexer des hommes "mal intégrés par des parents chômeurs vivant des allocations,ne parlant souvent pas ou mal le français et de surcroit mmusulman?")

je crois qu'au lieu d'arrogance bon nombre des tiens aurait à gagner à être plus respectueux des autres et de vivre paisiblement dans leur beau pays...

tout cela je te le dis avec ma plus sincère amitié, je ne souhaite pas devenir ton nouveau "maurice", mais honnêtement modère toi quelque peu tes propos y gagnerons à terme

amitié et bon 1er aout (que je viendrais fêter à tes côtés fraternellement... mais farouchement indépendant)

matthieu


NB: que cela rassure tout le monde, je ne peux pas témoigner pour les autres pays européens mais l'adhésion de la suisse à l'UE n'a pas fait l'objet d'un article dans la presse nationale française depuis... bah c'est tellement vieux que j'ai oublié...)

Écrit par : Matthieu | 23/07/2009

Rebonjour. La journée aidant, votre angle d'attaque n'apparait pas si grossier et bienséant. Comme le souligne Jean d'Hôtaux dans son commentaire, ça décape, ça provoque et votre texte et certains commentaires amènent d'autres réflexions dans votre drôle de scénario...

Il y a une erreur manifeste à comparer le système de l'UE à celui de nos voisins, les français. La démocratie y marche très bien là-bas, il n'y a pas besoin de recompter les voix et les citoyens se déplacent massivement pour chaque élection 'stratégique' (l'UE ne semble néanmoins pas en faire trop partie). Quand on constate la valeur du taux de participation sur les dernières votations concernant les bilatérales ici, on se demande comment près de 50% de la population ne se déplace pas pour répondre à une question aussi cruciale...

Admettons 30 secondes que les districts limitrophes rejoignent le canton (quand vous dites l'Ain, j'espère que vous ne comptez pas la Bresse ou les autres coins des départements que vous citez n'ayant RIEN à voir, culturellement, avec nous). Combien de futurs électeurs cela représenterait-il ? A quel parti adhéreraient-ils ? Ne créeraient-ils leur propre représentation ? Les 'genevois' de 'souche' pourraient-ils l'accepter (ça ferait quand même vinaigre au MCG...) ? Bon, le bon coté de la chose, c'est que, si cela avait été fait, vu leur nombre, le CEVA ou la traversée de la rade (par exemple) auraient déjà vu le jour il y a bien longtemps et ce, sans moufter...

De ce que je sais sur la Ligue Savoisienne, elle recherche seulement l'indépendance (désolé, Octave) mais souhaite privilégier les échanges/facilités avec ses ancestraux voisins. Dommage qu'elle soit dirigée par des ours... Même si leur cause peut sembler juste, en bonus, vous pourrez toujours essayer de récupérer l'un des épisodes de la fameuse émission franco-belge 'Strip-Tease' qui est allée poser ses caméras dans les entrailles de cette organisation : tout simplement consternant de conneries et de lieux communs digne d'une conversation de bistrot. Finalement, ils ont les mêmes responsables débilitants qu'ici, on ne sera pas perdu...

Personnellement, je préfèrerais vivre dans un pays 'lémanique' (contenant uniquement les 'Zones') qui soit un mixage des 2 modèles adjacents (prendre le meilleur de chaque coté). Mais cette idée choquerait autant nos compatriotes que ceux d'en face à qui vous proposeriez votre deal. Voeu aussi utopique que votre idée, vous l'admettrez...

Bien à vous.

PS : @Demain, merci pour votre commentaire éclairé.

Écrit par : Miskatonic | 23/07/2009

Bravo

Écrit par : Patrick Hulliger | 23/07/2009

bonjour Stéphane,

j'ai un ami banquier qui avait il y a une vingtaine d'année lancé l'idée de rallier la Savoie et l'Ain à la Suisse.... mais cela fut à l'époque un tollé général. . Aujourd'hui 'hui le monde à changer alors....

amitiée

Écrit par : eliane | 23/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Matthieu,

de quelle arrogance parles tu ? Lorsque je ne suis pas à tes yeux un xéno de bas étages, je suis arrogant ou prétentieux ?

Primo : L'article 1 ou 10 de toute Constitution est modifiable, jusqu'à preuve du contraire. Dans le cas contraire, la France ne serait donc pas démocratique. Ton argument est simplement contradictoire.

Ensuite, le système Suisse n'est pas parfait, mais en France la valeur d'un citoyen n'est en rien comparable avec celle de nos concitoyens. Pas besoin d'avoir fait science politique pur faire la comparaison. Et je ne suis pas prêt, comme des milliers, des centaines de milliers de personnes ici à renoncer à mes droits élémentaires.

La France est une jeune démocratie. Quoi que tu en dises.

Deuxio : Les derniers sondages l'indiquent clairement, ce n'est pas de la prétention, de la suffisance, et en aucun cas l'analyse de sondages ne peut me discréditer. Il discrédite les ignorants de faire des réflexions pareilles. Mais l'ignorance n'est pas un tare. Il n'est jamais trop tard Matthieu.

Tertio : Définition : La royauté désigne un régime politique dans lequel le chef d'une nation porte le titre de roi. En France, depuis le XVIIe siècle, elle est de plus en plus souvent désignée par le terme impropre de monarchie qui désigne les régimes politiques dans lesquels une seule personne exerce tous les pouvoirs. La royauté ne doit pas non plus être confondue avec d'autres régimes politiques comme l'empire qui suppose la soumission de plusieurs nations, ni avec la tyrannie qui est un régime affranchi de toutes lois.

Ignorance Matthieu... la France était bel et bien une royauté.

L'épisode que tu as raté, c'est l'emergence du fédéralisme US, qui ressemble en de nombreux points au fédralisme Suisse.

Mais les USA sont un détail... que sans doute tu ne découvres qu'aujourd'hui...

Pour le reste, si le ton de mes billets évoquent chez toi : arrogance, prétention, personne, mais alors personne, ne t'oblige à cliquer sur le lien. Epargne toi ces souffrance que je t'inflige.

Pour terminer, le pacte date de 1291 et non 1241. Révise ton histoire parce que ce genre d'erreur historique discrédite clairement son auteur.

Sans rancune et à bioentôt ici ou là pour une choppe !

Bien à toi,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 23/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Miskatonic, Patrick, Eliane,

Miskatonic, bien évidemment, cette idée qui flotte dans l'air depuis quelques temps mériterait d'être travaillée autour d'une table avec les principaux intéressés.

Parce que, c'est une idée qui mérite d'être sérieusement étudiée à un moment où nous allons investir des centaines de millions pour les pénétrantes indispensables à la région Franco-Valdo-Genevoise.

Si nous ne résolvons pas le problème central, à savoir l'harmonisation des coûts de la vie, des salaires, d'un côté et de l'autre de la frontière, tant les Français vivant à la frontière que nos concitoyens paieront un lourd tribu à cette région. La situation risque même de devenir explosive. L'émergence de mouvement comme le MCG en est un témoignage clair.

Il faut trouver une solution à ces problèmes, sinon, cette région deviendra une foire d'empoigne comme il y a 400 ans.

La réalité est là devant nous.

Patrick merci... pour tes encouragements.

Eliane, c'est clair que posée comme ça, de but en blanc, ça peut paraître saugrenu, mais en étudiant bien les tenants et les aboutissants de cette idée, on voit qu'elle répond à de nombreuses problèmatiques que personne aujourd'hui n'ose regarder en face.

Bien à tous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 24/07/2009

Bonjour,

J'avais aussi pensé à cette solution. Mais il faut finalement avouer que même en englobant ces départements l'on ne fait que déplacer la ligne frontalière. D'autres deviendront ensuite nos régionaux, et il est peu sûr que toute la France, puis le reste du monde, accepte de devenir suisse ;-)

Écrit par : Audrey | 24/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Audrey,

ça déplace le problème dans le temps, effectivement, mais surtout ça répondrait aux problèmes auxquels nous allons être confrontés d'ici peu avec le flux que génèreront les pénétrantes. C'est pour cette raison qu'il est impératif de trouver des solutions.

Le déséquilibre est bien trop grand entre les coûts de la vie genevoise et la périphérie frontalière.

Hausser le coût du côté français ? Baisser le côté Suisse ?

Ou alors, tout bonnement abandonner toute l'idée de créer cette région franco valdo genevoise parce qu'en l'état les problèmes qu'elle provoquera dépassent de loin les avantages supposés...

Sans résoudre cette problèmatique essentielle au développement de ladite région, Genève va redevenir une foire d'empoigne. Comme il y a 400 ans.

De plus, c'est aux habitants des départements concernés qu'il reviendrait de poser la question.

Quoi qu'il en soit il faudra bien aborder la problématique un jour ou l'autre.

Bien à vous Audrey,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 24/07/2009

Oula!!! une réponse juste pour moi... j'ai touché juste au regard du ton employé dans ta réponse...

il ne me semble pas, cette fois-ci, avoir stigmatisé une quelconque xenophobie de ta part, je n'ai fait que reprendre les propos de DJ sur les musulmans de France dont l'annexion par la suisse semble d'ores et déjà poser problème...

ensuite j'ai tenté d'appeler à un peu plus de modération et de modestie sur la perfection du système démocratique suisse dont on constate à chaque élection à quelle point il passionne ses citoyens...

les USA qui ne sont pas un détail pour moi ont, ne t'en déplaise, été largement plus influencés par les philosophes français tels Montesquieu, Tocqueville et plus encore par la constitution Corse (on pourra discuté du caratère français de cette constitution) de Paoli que par François Garçon ou denis de Rougemont...

avant de me traiter d'ignorant pourrais tu m'indiquer de quels sondages tu parles cela me permettrait, éventuellement et si tu le souhaites, de pouvoir tenter de t'apporter une réponse réfléchie, faute de quoi je suis bien en peine de te répondre et suis contraint de rester dans mon ignorance. en tout état de cause, je n'ai pas, moi, l'ambition ou la prétention de souhaiter te priver d'un droit quelconque fut-il élémentaire, laisse donc les français gérer leur crèmerie et discuter avec la ligue savoisienne dont les inepties ne méritent pas l'écho donné ici...

s'il s'agit d'un sondage effectué auprès des frontaliers pour savoir s'ils se sentes culturellement proche de leurs voisins, la réponse ne fait aucun doute... demande donc aux basques français s'ils se sentent proches des basques espagnols? demande donc aux alsaciens s'ils se sentent proches des allemand... moi-même, helvetico-savoyo-parisien je me sens proche des suisses... peut etre pas de l'UDC mais cela ne devrait pas être une découverte...

En ce qui concerne la modification de la constitution française, elle est effectivement possible et (trop?) régulièrement employée. toutefois, parce que le souverain est, en france aussi, le peuple cela passe nécessairement soit par un référendum (6 novembre 1962 élection du Président de la République au suffrage universel direct (74% de participation excusez du peu...) ou 27 avril 1969 (80,13% de participation... étonnant...), soit par un vote du congrès (assemblée nationale + sénat) c'est à dire des représentants du peuple... je ne vois pas où est le manque de démocratie là dedans... les seules difficultés de la démocratie française réside dans la politique pratiqué par certains de ses représentants, les élections sont là pour les sanctionner à défaut les règles de la démocratie exigent que les mécontents (dont je fais actuellement partie tu as pu t'en rendre compte) acceptent la décision majoritaire...

enfin, tu indiques dans une de tes réponses que "En Europe, les citoyens lambda, comme vous et moi, n'ont aucune autorité. Aucune. Le zéro absolu du droit démocratique. Au mieux vous avez le droit de voter pour l'un ou l'autre qui représentera une région, un département... etc..."

Mais dit moi, en suisse, qui élit le président de la confédération? pas le peuple? non mais ses repésentants, l'assemblée fédérale... qui élit les membres du Conseil fédéral? pas le peuple? non, mais ses représentants, l'assemblée fédérale. dans l'échelle des degré de démocratie que tu as établit cela situe la suisse à quelle niveau étant entendu que si je t'entends bien la France est au degré "zero absolu" ...?


Les français, par un parcours certes différents des suisse, ont eux aussi décidés de lier leur sort de sorte que le souhait d'une partie de la population de se désolidariser ne saurait être envisagé (pacifiquement) que dans le cadre d'un consensus... d'où un vote... est-ce la manifestation d'un pouvoir tyrannique?

en terme de science politique, j'en suis désolé mais parfois cela sert, la royauté n'est qu'une des formes de la monarchie, et dans la mesure où des rois peuvent régner dans des pays tout aussi démocratique que la suisse (à moins qu'il ne faille virer l'Espagne, le Royaume-Uni,... des organisations démocratiques internationales) il semble éthymologiquement parlant plus approprié de parler de monarchie que de royauté, ainsi nous pouvons etre certain de parler de la meme chose c'est à dire d'un régime autocratique. souhaites tu toujours que l'on parle d'ignorance...?

en ce qui concerne le ressenti qui est le mien à la lecture de ton billet, de deux choses l'une, soit tu écris pour etre lu et susciter des réactions, ai-je ainsi commis une erreur en te faisant part de la mienne? (il est vrai que par décence, ne résidant pas en suisse, je m'interdis d'y voter), soit tu t'abstiens d'écrire et de discuter avec des lecteurs en éventuel désaccord...

en tout état de cause reconnait au moins que bon nombre de tes propos sont (in)volontairement grossis dans le but légitime de susciter des réactions et d'emtamer un débat...

il me semble que mes interventions, pas toujours caractérisé par l'ignorance que tu m'attribues (a ce propos, autant pour moi en ce qui concerne la faute de frappe qui m'a conduit a écrire 1241 au lieu de 1291, toutefois c'est un peu facile d'en tirer argument pour m'inviter à relire mon histoire...) t'ont même parfois permis d'éviter de te maintenir dans l'erreur d'analyse comme à propos de la nécessaire distinction à effectuer entre l'Union Européenne et le Conseil de l'Europe...

merci en revanche de m'indiquer ta position (si tu souhaites tout de meme perdre un peu plus de temps avec un ignorant, et ainsi ne pas faire tienne la pensée d'Audiard "je parle pas au "cons"... ça les instruit!") sur les difficultés qu'éprouve la suisse à intéresser ses citoyens aux diverses votations ou elections ainsi que sur la date de la réelle accession de la suisse à une véritable indépendance... peut etre que cela serait plus constructif voir même... instructif!

sans rancune, j'ai hate de règler nos différents autour d'une girafe de bière...

Matthieu

Écrit par : matthieu | 24/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjoru Matthieu,

bah ouais, malgré nos différends, tu es comme un frère. Alors c'est pas demain la veille que je romprais une discussion, un débat avec toi.

Et puis c'est dans le dialogue qu'on arrive à se comprendre et parfois à composer avec les idées des autres.

Pour le surplus, je n'ai pas plus de temps à t'accorder right now, parce que j'ai un rendez vous dans 30 minutes. Donc... je relirai l'entier de ton commentaire plus tard, et y répondrai de manière plus approfondie.

Boenne après midi et pour la giraffe de bière, c'est quand tu veux,

Bien à toi,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 24/07/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Matthieu,

voilà... j'ai deux minutes à moi.

Dans ton dernier commentaire, tu parles de l'élection des Sages du Conseil fédéral par l'assemblée parlementaire nationale. Et de l'élection du Président de la Confédération par les 7 sages.

Tu as tout à fait raison, sauf que tu ne mesures pas les pouvoirs donnés aux Conseillers fédéraux qui ne sont que des Exécutifs. Exécutif avec ce que veut dire ce mot. L'Exécutif fédéral ne peut prendre aucune initiative seul.

Au même titre, le titre de président en Suisse est honorifique et voulu pour simplifier l'accueil et la représentation à l'étranger. Ce titre n'octroit aucun pouvoir, notamment sur l'armée et sur un Conseil des ministres. Les ministres français ne sont choisis que par le président, et non par l'assemblée nationale.

Déjà là, la système helvétique est de loin explicite dans son fonctionnement et l'Exécutif reste le représentant du seul souverain de ce pays : le peuple.

Ensuite, en tant qu'Européen tu n'as aucun droit démocratique direct. Tu veux abroger une loi, tu ne peux pas. Tu veux un référendum, tu ne peux pas.

Ici, je descends dans la rue, une feuille de papier et un crayon, beaucoup de patience, et HOP ! je dépose une initiative, un référendum, cantonal, fédéral... mais je peux.

En France ? au mieux tu as le droit de pétition.

Notre système helvétique, imparfait soit-il est de loin le seul en mesure de garantir à chaque citoyen l'ensemble de ses droits élémentaires.

Du moins, droits élémentaires à mon sens, vivant en Suisse et conscient de ces droits que m'accorde la Constitution.

Pour terminer, bien sûr que lorsque j'écris un billet et le laisse ouvert aux commentaires c'est pour susciter un débat, opposant et partisan d'une idée peuvent débattre et c'est dans le débat que l'on avance.

Cependant, me reprocher le ton de ma réponse, as tu relu ton commentaire avant de le publier ? Parce que tu devrais... la réponse était proportionnée. N'oublions pas, lorsque je publie un billet, à l'exception de ceux publiés dans la rubrique HUMOUR, en règle générale ils sont en rapport direct avec des faits, des statistiques, des mouvements d'opinion, et que je publie rarement un billet purement polémique sans avoir préalablement étudié mon sujet.

C'est alors que je publie, pour avoir d'autres approches, d'autres angles de vue, et sur ce sujet : nos relations avec la région transfrontalière, il est évident qu'il faut trouver une solution avant que la région franco valdo genevoise ne se réalise par des infrastructures solides qui génèreront un flux important.

Les différences actuelles entre les régions suisses et françaises, dont l'Ain et la Haute Savoie, doivent absolument s'applanir car elles sont à l'origine de toutes sortes de problématiques qui touchent le quotidien de milliers de personnes des deux côtés de la frontière.

Les Suisses étant clairement (et se sont les sondages qui le disent, non pas moi dans une infinie arrogance suffisante ;o) contre l'Europe de Bruxelles, que reste t'il comme solution pour réduire les disparités ?

Politiquement parlant, combien les régions limitrophes touchent - elles du pouvoir central parisien, combien de recettes fiscales perçoivent elles grâce à cette proximité avec nos frontières ? Où se situent elles en matière d'avantage d'infrastructures, de recettes, de développement ?

Historiquement, l'Ain et la Haute Savoie sont elles plus proches de la Suisse, que le l'Ile de France ?

En adhérant au fédéralisme, perdraient elles leur identité, perdraietn elles de l'indépendance ? Ou au contraire conserveraient elles leur culture, et pourraient devenir souveraines dans leur frontière au détriment d'un centralisme dépassé qui date de l'époque de la ROYAUTE ?

Toutes ces questions que soulève le billet, ne sont pas dépourvues de fond et me semblent importantes à aborder avant que nous investissions des centaines de millions dans le développement d'infrastructures qui en finalité profiteront avant tout à nos voisins... ?

C'est du réalisme politique face à des problématiques que personne n'ose aborder.

Ni arrogance, ni suffisance, juste de vraies questions auxquelles il faudra bel et bien trouver des réponses.

Bien à toi Matthieu,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 25/07/2009

bon on ne va pas plémiquer sans fin, d'autant plus que tu as lancé d'autres sujet que je vais m'empresser d'aller lire... (au risque d'etre une fois lus choqué)

ceci étant quelques breves remarques, les ministres français sont certes nommés par le seul président (et encore selon la constitution le président nomme le 1er ministre qui compose son gouvernement...) mais ils sont responsable devant l'assemblée et peuvent etre "renversés"...

en outre, la dernière réforme constitutionnelle française a instauré le référendum d'initiative populaire alors je vais bientot pouvoir, à mon tour, prendre mon papier et mon stylo. tu vois tout système politique est un organisme qui sait, qui peut et qui doit évoluer meme si je ne suis pas certain et c'est probablement la que nous divergeons, que le référendum d'initiativer populaire soit une reelle avancée democratique...

enfin la haute savoie est probablement plus proche, parce qu'elle partage plus qu'une frontière, de l'ain qui lui-meme est plus proche du rhône qui ;lui meme est plus proche de la bourgogne et ainsi de suite... pour aboutir à un ensemble cohérent qui est unie depuis des siècles malgré quelques soubresauts... en ce qui concerne le centralisme française je crains que tes références datent, les pouvoirs ds régions, des départements et des communes sont en constantes augmentation, les budgets itou.

ceci dit si l'autonomie progressive de ces différentes entité offre la possibilité à tout pays voisin d'en revendiquer une part, alors laissons tomber les frontières et alors que cela plaise ou pas il s'agit de... l'Europe.

a très bientot

matthieu

Écrit par : matthieu | 28/07/2009

Les commentaires sont fermés.