15/02/2010

Chaque jour, elles meurent dans l'indifférence

Bonjour à toutes et à tous,

Introduction

tout d'abord, vous l'aurez compris, chers lecteurs et lectrices, fans, de mon blog, j'étais quelque peu occupé ces derniers temps.

Vous privant de fait de mes incomparables coup de gueules, désormais mythiques et connus dans la blogosphère all around Ze World :)

Merci mes chevilles vont bien ;o)

Hum ! Hum !

Aujourd'hui, j'ai un minimum de temps, mais un sujet au combien tragique m'amène à vouloir partager avec vous mes états d'âme, ou plutôt mon vague à l'âme... il y a des sujets, comme celui - ci qui me révolte.

Le massacre continue

En effet, la votation du 7 mars sur l'avocat pour les animaux est venue me rappeler que se déroulait, non loin de nous, un véritable génocide silencieux. L'exploitation intensive dans des conditions inacceptables : chaleur, humidité, sans jamais que ces êtres vivantes, ne voient la lumière du jour sans en être séparées par quelques millimètres de l'équivalent d'une vitre blindée de banque... vitre qui ne fait qu'amplifier les conditions inadmissibles de vie de ces entités vivantes.

Notre lâcheté, notre incapacité à l'empathie, à la compassion, nous rend aveugle à la souffrance de millions, j'ai bien dit million d'entités vivantes sans que cela n'affecte en rien notre petit et médiocre quotidien.

Cela suffit!

Agir pour mettre un terme à la souffrance

Une société qui laisserait ainsi se dérouler un génocide, car il s'agit d'un massacre en masse d'ethnies entières, ne saurait, à mon humble avis se targuer du terme humanité. Et encore moins du mot civilisation.

Civilisé ?

Civilisé... alors que nous acceptons ceci :

salades_sous_abri.jpgParquées, rangées, les unes à côté des autres, dans l'étroitesse. Séparées de la lumière du soleil qu'elles ne verront jamais de leur vivant. Vivant dans des conditions d'humidité et de chaleur insoutenables, elles sont toutes destinées à une mort certaine.

Pire encore, lorsqu'elles sont sélectionnées, sur des critères purement aléatoires, elles sont arrachées de leur racine à l'aide de simple "opinel", couteaux suisses, parfois sans même que ces lames n'aient été désinfectées.

Comem si cela ne suffisait pas, on ne les anesthésie même pas avant de leur donner le coup fatal.

L'immense majorité des autres, assistent impuissantes à ce massacre.

serre.jpgOn atteint le comble de l'horreur lorsque, dans la serre voisine, les jeunes pouces entendent la lente agonie de leurs parents.

Les maraichers n'ont-ils donc aucune compassion ?

Ne pourraient - ils pas couvrir le bruit du massacre par une douce et agréable sonate de Bach ?

Vous l'avez compris, Mesdames, Messieurs, le massacre de nos salades doit cesser !

C'est pourquoi j'ai créé un groupe sur facebook pour que les salades, elles aussi, aient le droit à un avocat !

Regardez cette image, imaginez ces jeunes pouces, qui dès leur naissance sont programmées, destinées, à être arrachées, découpées, trimbalées dans des cageots inconfortables, n'auraient - elles pas, elles aussi, la moindre de droit, celui d'être défendue elle aussi ?

Je vous pose la question... et en regardant cette image attendrissante je sais, chers lecteurs, chers lectrices, que vous saurez rejoindre le groupe facebook :

http://www.facebook.com/group.php?gid=73054510949&ref...

Déposons l'initiative pour qu'elles aussi aient le droit d'être défendues !

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

 

PS. Bien évidemment, ce billet est déposé dans la catégorie humour, des fois que certains penseraient que je suis le moins du monde sérieux... et comment leur en vouloir au moment où, à défaut de protéger les enfants, nous sommes capables de vouloir des avocats pour animaux...??!!!

Commentaires

Alors là Stéphane, je crois que tu as mis le doigt sur un grave problème de société que nos politiques devraient traiter d'urgence. Je me demande même s'il ne faudrait pas agender un Grand Conseil extraordinaire...

C'est vrai quoi, déjà qi'il leur faut une heure de débat pour savoir quoi faire pour les bombonnes à eau des services de l'état... Imagine, ces pauvres salades..

Peut-être que qui tu sais va déposer une IUE pour la sauvegarde de la carotte et du céléri..

J'ai croisé hier matin un troupeau de pomme de terre qui menaçaient de sauter du Pont Butin si elles n'étaient pas mieux représentées par la ligue de défense des jardins potager.

Aller... Bisous et bonne journée.

Patou

Écrit par : Patou | 15/02/2010

Alors là Stéphane, je crois que tu as mis le doigt sur un grave problème de société que nos politiques devraient traiter d'urgence. Je me demande même s'il ne faudrait pas agender un Grand Conseil extraordinaire...

C'est vrai quoi, déjà qi'il leur faut une heure de débat pour savoir quoi faire pour les bombonnes à eau des services de l'état... Imagine, ces pauvres salades..

Peut-être que qui tu sais va déposer une IUE pour la sauvegarde de la carotte et du céléri..

J'ai croisé hier matin un troupeau de pomme de terre qui menaçaient de sauter du Pont Butin si elles n'étaient pas mieux représentées par la ligue de défense des jardins potager.

Aller... Bisous et bonne journée.

Patou

Écrit par : Patou | 15/02/2010

Steph,

..Une salade verte et son avocat font certes bon ménage...surtout savament assaisonnés dans un plat, terrible en entrée :-))

Compatissante, je rejoindrai néanmoins le groupe facebook pour un meilleur traitement et un massacre en douceur de nos feuilles vertes !

Smacksssssssssss

Écrit par : Valérie Cuenca | 15/02/2010

Excellent!!! Je vous ai cru au début et je me disais, est ce qu'il ne serait pas entrain de perdre les boules le Stéphane?'

vous avez raison. J'aime les animaux, mais cette initiative est effectivement ridicule.

Bravo

Écrit par : La franchise | 15/02/2010

Et oui, mais il est urgent de libérer aussi :

-Les escargots assignés à résidence
-Les cafignons trop calfeutrés dans les cavettes jurassiennes
-Les images enfermées dans d'étranges lucarnes
-Les coups de pied au cul perdus
-Les morpions calfeutrés sur le mont de vénus
-Les voix enfermées dans les radios
-L'argent enfermé dans les banques
-Les harengs cloîtrés dans les bocaux
-Les bits enfermés dans les mémoires
-Les balles enfermées dans les trous
-Les morts parqués dans les cimetières
-Le pinard enfermé dans les barriques (quoique pas trop longtemps)
-Les poissons coincés dans l'eau
-Les avocats enfermés dans leurs études
-Les jours enfermés dans les calendriers
-Les comptables enfermés dans les chiffres
-Les conseillés fédéraux reclus dans leurs certitudes
-Le pape empêtré dans la bêtise
-Les ratons laveurs internés dans les inventaires

Et cette liste n'est pas exhaustive !

Écrit par : Rollmops | 15/02/2010

Excellent! Même moi je n'aurais pas pu faire mieux! ;)

Écrit par : Barbie Forever | 15/02/2010

bonjour Stéphane, cela fait du bien de relire un UDC fréquentable et possédant une bonne dose d'humour. Je suis assez d'accord avec vous. Cette histoire d'avocats pour animaux me chiffonne. Je crois qu'elle ne sert qu'à alimenter la pompe à fric de la justice et des avocats tout en jetant les humains les uns contre les autres encore un peu plus. On dérive vers le fascisme pur. C'est grave. Hitler avait cette même compassion exagérée pour les animaux et cette haine tragique de l'humanité. Bien à vous. Je suis toujours assez remonté contre votre parti, mais vous, c'est spécial, vous êtes à mes yeux une personne de valeur qui savez défendre vos idées avec la dignité humaine requise.

Écrit par : pachakmac | 15/02/2010

Bonjour Stéphane,

Ben désolée mais moi je suis POUR! Parce que ras-le-bol de ces salauds qui maltraitent les chiens pour se venger de leurs frustrations! Incapables de se mesurer à un homme ils martyrisent les chiens!

Bien à vous Stéphane

Écrit par : Patoucha | 15/02/2010

"leur chien"

Écrit par : Patoucha | 15/02/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjoru Patoucha,

je suis d'accord avec vous en ce qui concerne les proprios qui maltraitent leur chien.. cependant la loi actuelle permet déjà de condamner ce genre de dérive et ce n'est pas une plaisanterie vu que selon la gravité, cette inscription figure au casier.

A ce stade, l'avocat n'est en rien nécessaire. Mais ce n'est que mon avis. Au moins j'espère que le sort des salades vous aura donné le sourire ?

Bien à vous Patoucha,

Stéphane


PS. j'ai lu vos différents courriers et je suis atterré des réponses que vous avez reçue... incroyable...

Écrit par : Stéphane | 15/02/2010

Bonjour Stéphane,

Merci de nous faire partager ton avis et de nous permettre d'y répondre.

Quelle que soit notre avis sur cette votation, j'avoue être heurté par la comparaison entre des animaux et des salades.

Personnellement, j'ai vécu (et je vis) avec des animaux des relations d'amitié et d'amour basée sur une franchise totale et une complicité qui doit paraitre bien impossible à qui les compare à de la salade certes, mais néanmoins bien réelle.

Malgré la loi actuelle, des actes de torture volontaires ou "involontaires" sont perpétrés quotidiennement, mieux encore, certains qui les ont commis s'en sorte suffisamment bien pour recommencer ensuite.

Le prix de cette prestation est ridicule et ne constitue pas un argument. Que des avocats gagnent de l'argent en défendant un animal m'est plus acceptable qu'il en gagnent en défendant des humains comme le fils Kadafi, le premier meurtrier ou terroriste venu; chacun ses préférences et son avis.

S'il est scandaleux que les avocats gagnent ce qu'ils gagnent ce n'est pas la prestation pour un animal qui va augmenter le scandale et il me parait un peu court que de s'offusquer des salaires des avocats juste quand il s'agit qu'éventuellement, des animaux victimes de tortures bénéficient parfois de leur services.

Que l'on tue "proprement" un animal car nous sommes des carnivores est une chose, que l'on torture des êtres vivants durant des heures, des jours, des années ou toute leur vie durant en est une autre. Et dans les conditions actuelles il y a bien trop de crimes dans ce genre dont les auteurs ne sont pas assez punis. Celui qui torture une animal peut torturer un humain, qui torture un être vivant torture un être vivant.

L'animal ressent, souffre, aime, peut être triste, traumatisé, heureux, etc C'est un être vivant, est-ce si difficile à comprendre? Le besoin désespéré de se sentir supérieur à l'animal pourrait-il expliquer ce déni de souffrance et d'émotion dont l'animal est victime de la part de certains? Je ne sais pas, mais c'est bien triste.

On peut trouver cette compassion excessive, chacun ses sensibilités, chacun son opinion, pas de problèmes. Par contre faire l'amalgame avec Adolf Hitler pour pouvoir comparer cette sensibilité avec du fascisme et prétendre que l'amour des animaux implique la haine de l'humanité, comme le fait l'un des intervenants, relève d'un remarquable extrémisme.

Cet extrémisme qu'il attribue sans rire à ceux qui sont favorable à cette initiative...

Après il est vrai que chacun à le droit de respecter ou pas la vie d'êtres différents, chacun a le droit d'aimer l'animal ou de le mépriser en s'estimant supérieur à lui.

Merci encore pour ton blog, meilleures salutations,

Amicalement,

Alex

Écrit par : Alex | 15/02/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Alex,

bien évidemment une salade n'est pas un animal... c'est l'inéptie du texte proposé qui me pose problème.

De surcroit, j'apprécie les animaux comme beaucoup...

En ce qui concerne ce texte de loi, il est à mon sens inutile car les animaux sont déjà fortement protégés par le droit suisse. Renseignez vous, vous apprendrez qu'au moindre soupçon de maltraitance d'un animal, le véterinaire cantonal et les associations disposent d'un arsenal juridique impressionnant.

Le droit suisse prévoyant déjà les cas de maltraitance, au point que certains traitements sont inscrits dans le casier judiciaire me parait suffisant. Cette initiative ne résoud et n'apporte rien à la cause animale, mais bien à quelques avocats jouant les "mouches du coche"...

Donc, si votre affection pour les animaux est en soi admirable, vous laisser berner par l'initiative n'apportera rien aux animaux que vous affectionnez.

Ceci dit, je suis navré que vous ayez été heurté par le parallèle entre les salades et les animaux, telle n'était pas mon intention. J'espère que vous saurez relire le texte ci dessus avec le deuxième degré qu'il lui sied.

Bien à vous Alex,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 15/02/2010

Stéphane, je vous ai laisé un tit messages pour les salades mais je ne le vois pas?

Hé oui! La Chef s'en lave les mains! Elle a préféré passer la patate chaude au rigide et intransigeant Chef de l'ODM qui l'a gelée...

Écrit par : Patoucha | 15/02/2010

Alex a dit ce qu'il fallait dire. Je suis en total accord avec lui.

Écrit par : Kissa | 15/02/2010

Et ces ignobles moustiques qui m'agressent sauvagement durant les moites journées d'été ? Vont-ils m'assigner par le biais de leur avocat par ce que, avec un plaisir extrêmement mal dissimulé, j'en ai écrabouillé un contre le mur sombre de ma chambre à coucher ?

Et qui viendra au secours de ces infortunées fourmis qui, dans la sombre profondeur d'une forêt, voient parfois l'oeuvre de toute une génération détruite par un coup de bâton planté au milieu de leur citadelle ! Un coup du bâtonnier. Le traître.

Écrit par : Michel Sommer | 15/02/2010

J'aime bien l'idée de confier la salade à l'avocat...

Le plaidoyer des salades, la défense du gratin, le magistrat pour légumes...

Débalons nos casseroles, mettons-nous à table, trinquons à la santé des endives !

Merci pour tes envolées potagères, Stéphane, un brin d'humour dans nos cultures... ;oD

Bises
Delphine

Écrit par : Delphine | 17/02/2010

:(( "laissé".....

Écrit par : Patoucha | 17/02/2010

Bonjour Stéphane,

Je profite de mon premier commentaire sur votre blog pour manifester à mon tour ma joie de pouvoir enfin relire un UDC fréquentable. ^_^

J'aimerais rectifier une fausse idée reçue concernant cette fameuse initiative (à laquelle je suis également opposé).

Le but de cette initiative n'est pas de permettre aux animaux d'être représentés par des avocats dans le cadre de procès pénaux. A ceux qui craignent que les avocats puissent se faire encore plus d'argent en cas de "oui", rassurez-vous, ce ne sera pas le cas (vu la progression des Verts, les arbres et autres salades auront droit à leurs avocats bien avant nos compagnons poilus).

L'initiative vise en réalité à désigner un "avocat de la protection des animaux" dans chaque canton (voire un seul "avocat" commun pour plusieurs cantons).

Cette dénomination trompeuse cache en réalité la création d'un poste de magistrat qui serait à la fois un Procureur général qui ne traiterait que les cas de maltraitance envers les animaux, et un représentant de l'animal, un peu comme un avocat qui défendrait une victime humaine dans un procès pénal.

Dans un procès pénal, le seul intérêt d'une victime est de se constituer partie civile afin de faire valoir des dommages-intérêts (ce qui évite de devoir retourner plus tard devant des tribunaux civils pour obtenir une indemnité). Or un animal n'étant pas un sujet de droit, il ne peut pas être partie à un procès et ne peut pas demander des dommages-intérêts.

L'aspect de "représentant de l'animal" étant donc inutile, cet "avocat" ne sera en pratique rien de plus qu'un Procureur spécialisé, chargé de poursuivre pénalement l'auteur des maltraitances. Or ce rôle est déjà rempli dans le système actuel par le Ministère public.

Alors même si j'affectionne beaucoup les animaux (surtout les félins ^^), il me semble qu'il existe des crimes bien plus graves qui nécessiteraient la mise en place d'un Parquet spécialisé avant de songer à le faire dans ce domaine.

Meilleures salutations !

Écrit par : Felineus | 24/02/2010

est-il prévu, en cas d'audition, de demander à la tortue, au chien, au chat ou à l'escargot de jurer de dire la vérité toute la vérité et rient que la vérité?

grosse lacune aussi de ce projet... on a oublié le droit des animaux a disposer d'un interprète...

enfin... il vaut mieux entendre ça que d'être sourd... quoi que... aller! je cours me faire exploser les tympans!!!

Écrit par : matthieu | 25/02/2010

Bonjour Stéphane,

Vous touchez là sans peut-être le savoir au sujet d'étude de Barjavel dans son très bel essai: La faim du tigre.

Il traite entre autres de l'aporie de notre condition d'espèce très développée: notre espèce, plus développée que les autres, n'arriverait pas à comprendre ou du moins saisir la communication des espèces moins développées. Plus l'écart de développement entre l'Homme et une autre espèce serait grand, plus infime en serait notre compréhension. Les Hommes sont donc incapables de saisir la souffrance de la salade coupée dans son jardin.

Ce passage me fait sourire aussi mais l'essai en vaut la peine!
Et pour une fois, oui, pour une fois...je suis d'accord avec Patoucha!
Elle s'en remettra, pour sûr!

Écrit par : Myriam | 25/02/2010

Je me demande surtout, comment distinguer un animal méchant, d'un animal gentil? Ou un animal menteur, d'un animal sincère? Pourrions nous avoir à dispo des interprètes pour chats, chiens, canaris, poissons rouges, etc... afin d'évaluer au mieux leur souffrance et qu'ils soient défendu en toute connaissance de cause par leur avocat?
Seront-ils amenés à témoigner?

...

non sincèrement... heureusement que le ridicule ne tue pas... je note juste que plus le temps passe, plus nous approchons le niveau de bêtise abyssal des américains... great :)

Écrit par : Boo | 25/02/2010

Ps... adoré votre histoire sur les carottes :)

Écrit par : Boo | 25/02/2010

Les commentaires sont fermés.