30/11/2010

Lorsqu'un élu outrepasse son serment...

Bonjour à toutes et à tous,

quelle ne fut pas ma surprise en découvrant le blog d'un élu Constituant qui est écoeuré par la décision du souverain... de ce dimanche en faveur, je cite, du parti xénophobe.

http://thierrypiguet.blog.tdg.ch/archive/2010/11/30/ecoeu...

Ecoeuré dit-il...?

Moi aussi, je le suis, parce qu'un élu, quel qu'il soit, prête serment devant la Constitution qui précise ceci :

Art. 1 Souveraineté
1 La République de Genève forme un des cantons souverains de la Confédération suisse.
2 La souveraineté réside dans le peuple; tous les pouvoirs politiques et toutes les fonctions publiques ne sont qu’une délégation de sa suprême autorité.
3 Le peuple se compose de l’ensemble des citoyens.
4 La forme du gouvernement est une démocratie représentative.

L'alinéa 2 est clair au possible.

Si la liberté d'expression, d'opposition à un texte reste la base de toute démocratie, lorsque le peuple souverain, seul Souverain de ce pays se prononce, on s'incline devant sa décision.

Il n'y a ni interprétation, ni discussion, une fois que le souverain se prononce, tout élu doit s'incliner et appliquer à la lettre l'article 1, alinéa 2, sans état d'esprit.

Jamais, Ô Grand Jamais, il me viendrait à l'esprit de critiquer la décision souveraine du peuple suisse.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

Commentaires

Bonjour Monsieur,

Tout-e élu-e a du également prêter allégeance à l'article 16 de la Constitution qui précise:

"Art. 16 Libertés d’opinion et d’information
1 La liberté d’opinion et la liberté d’information sont garanties.
2 Toute personne a le droit de former, d’exprimer et de répandre librement son opinion.
3 Toute personne a le droit de recevoir librement des informations, de se les procurer
aux sources généralement accessibles et de les diffuser."

L'alinéa 2, particulièrement clair, n'émet pas de réserve quant à la liberté d'exprimer son opinion sur des résultats de votations. On peut respecter un résultat (c'est-à-dire ne pas s'opposer factuellement à son application), en prendre acte, tout en exprimant son opposition et ses regrets sur le fond. La majorité du peuple ne permet pas encore, et c'est heureux, de museler les opinions des 47,7% de minoritaires, ce même après une votation.

Tout autre est évidemment la volonté de remise en cause factuelle de ce qui a été décidé en votation populaire comme cela s'est vu dimanche à propos de la LHOM. Et quand on voit un Conseiller d'Etat s'y mettre, il y aurait là effectivement de quoi dire. Mais ne perdons pas le sens des mots.

Écrit par : Audrey | 30/11/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Audrey,

quel charmant prénom... passons..

Qu'un citoyen, quel qu'il soit, exprime sa colère sur le résultat de telle ou telle votation, c'est son droit le plus strict.

Nous ne parlons pas ici d'un citoyen, mais d'un élu, qui par définition a décidé en son âme et conscience de repsecter la COnstitution, mieux encore Constituant, le débat est tout autre...

Si les élus se mettent à discuter la décision du souverain, cela signifie que ses décisions ne seront pas respectées.

C'est bien de cela qu'il s'agit Audrey, en aucun cas, la liberté légitime de tout un chacun à s'exprimer.

Cet élu a fait campagne contre la dite inititiative, il avait tout loisir de s'exprimer, s'offusquer, s'écoeurer, à plus soif... une fois votée, la décision du peuple n'a pas à être remise en cause par un élu, quelle que soit sa couelur politique. Ses états lui restent dès lors personnels.

Comprenez vous la nuance ?

J'en suis sûr.

Car elle est de taille.

Bien à vous Audrey,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 30/11/2010

Je souscris entièrement, c'est pathétique.

Il n'y manque rien des lieux communs obligés. Ni le larmoiement, ni le "bruit des bottes" ni l'insulte de ceux qui ne partagent pas son avis.

Il en arrive même à se poser la question de savoir si le démantèlement du pays demandé par Kadhafi ne serait pas une bonne solution.

Ce petit Monsieur "aime le Valais" et est "soulagé" que le haut valais représente la "pensée étroite". (forcément, ce n'est pas la sienne)

Quel est donc ce mépris manifeste pour une partie de la population?
Que signifie ce déni du serment qui fut le sien? Quel est donc ce tri entre ce qu'il considère "les bons" et "les mauvais"

Et surtout, comment un telle traitrise à ses engagements ose-t'elle ainsi s'afficher sans honte?

Ce qui est écœurant, c'est de voir un élu fouler aux pieds l'expression démocratique de notre pays, se répandre sans gêne en alignant une telle liste de lieux communs et d'insultes envers la majorité qui s'est exprimée selon les mêmes règles que lorsqu'il fut lui-même élu.

Lamentable.

Écrit par : Alexandre Bernard | 30/11/2010

La disposition que vous citez est une disposition de la Constitution cantonale genevoise.

Le peuple souverain dont il est question est donc le peuple de Genève et non le peuple suisse.

Or, le peuple de Genève a refusé l'initiative que vous souteniez. C'est dire que le constituant en question ne fait que respecter la disposition que vous citez, Et respecte le peuple de Genève.

Écrit par : CEDH | 30/11/2010

La TDG nous apprend :

"NB: le blog de Sami Aldeeb a été provisoirement bloqué à la suite d'une plainte. L'occasion pour rappeler à tous les blogueur leur pleine et entière responsabilité s'agissant de tout ce qu'ils publient, notamment des commentaires qu'ils reçoivent."

Et moi je boycotte l'éditeur de la TDG et ses publications.

Salutations aux protégées islamistes de la TDG.

Écrit par : CEDH | 30/11/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour CEDH,

vous semblez certe très calé en droit, cependant la Constitution fédérale précise ce qu'est le peuple au sens de la Constitution cantonale :

Le peuple suisse et les cantons de Zurich, de Berne, de Lucerne, d’Uri, de Schwyz, d’Obwald et de Nidwald, de Glaris, de Zoug, de Fribourg, de Soleure, de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne, de Schaffhouse, d’Appenzell Rhodes-Extérieures et d’Appenzell Rhodes-Intérieures, de Saint-Gall, des Grisons, d’Argovie, de Thurgovie, du Tessin, de Vaud, du Valais, de Neuchâtel, de Genève et du Jura forment la Confédération suisse.

Et c'est bien à la double majorité cantons et peuple que la modification a été acceptée.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 30/11/2010

"La TDG nous apprend :

"NB: le blog de Sami Aldeeb a été provisoirement bloqué à la suite d'une plainte. L'occasion pour rappeler à tous les blogueur leur pleine et entière responsabilité s'agissant de tout ce qu'ils publient, notamment des commentaires qu'ils reçoivent."

Et moi je boycotte l'éditeur de la TDG et ses publications.

Salutations aux protégées islamistes de la TDG."

CEDH, j'abonde dans votre sens. C'est ecoeurant de voir comment les attaques islamistes viennent à bout, avec la complaisance coupable des pouvoirs en place, de toute voix qui ose mettre en question les idées des suivants de M.
Bientôt le délit de blasphème sera instauré à Genève...

Écrit par : Hakim | 30/11/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour CEDH, Hakim,

le nouveau blog de Sami est accessible ici : http://samialdeeb.blog.com

Bien à tous deux,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 01/12/2010

@ Stéphane: si on comprend bien votre billet, un élu devrait adhérer sans réserves à un texte, même scélérat, voté par une majorité?

Certes, les asiniens de l'UDC ont gagné... Mais est-ce une raison suffisante pour se taire - ou pire, de braire avec la majorité? Est-ce cela, la "démocratie UDC"? Merci de m'éclairer.

Écrit par : Déblogueur | 01/12/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour déblogueur,

je vous lis souvent avec plaisir, même si j'avoue ne pas toujours partager voter point de vue...

Ceci dit, c'est absolument pas le propos de mon billet.

En tant qu'élu, homme politique, lorsqu'il y a une campagne X-Y, c'est même un devoir de prendre position pour ou contre, de se battre contre les idées de l'adversaire...

Cependant, une fois tranché, l'objet n'a pas à être mis en cause par un élu. Car un élu est le garant du respect de volonté populaire quelle que soit sa couleur politique.

Il y a quelques années, les élus UDC du Grand Conseil ont soutenu l'initiative voulue par les Socialistes et acceptée par le peuple. Ils ont rempli leur mandat, à savoir garantir la volonté du souverain et ce sans êtat d'ame.

Qu'un citoyen manifeste après la votation sa déception, son opposition, c'est sa liberté, mais un élu se doit de défendre la volonté populaire exprimée. Et ce sans la moindre interprétation possible, le moindre état d'ame.

Pour tout élu de ce pays, la volonté du souverain n'est pas sujet à tergiversation.

Punkt Schluss.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 01/12/2010

C'est bien ce que je pensais... La politique du "punkt schluss" sent bon la transpiration de la chemise brune...

Cette initiative est scélérate, avant toute chose. Et il s'est trouvé effectivement une majorité de gens de toutes sortes, allant des inconditionnels de votre parti, aux votants sinceèrement exaspérés par un certain laxisme du système judiciaire, pour voter ce texte. Il n'y a guère que Décaillet pour s'en réjouir et faire mousser ce non-événement...

Cependant, lorsque le projet de loi sera élaboré, et voté (peut-être pas?) par le parlement, il conviendra dès lors que les asiniens de l'UDC soient placés devant leurs responsabilités. Ce sera à eux d'assumer les dégâts que l'on pressent inévitables. Plastronner et répéter vos "punkt schluss" ne changera rien à l'affaire.

Et pour tout citoyen de ce pays, élu ou non, le droit à critiquer un texte, même voté, reste entier et inaliénable. Que cela vous plaise ou non...

Cordialement.

Écrit par : Déblogueur | 01/12/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Déblogueur,

La politique du Punkt Schluss s'applique à tout élu, quelle que soit sa couleur politique.

Prêter serment à la Constitution signifie la défendre.

Lorsque le peuple tranche, un élu quel qu'il soit, doit respecter et appliquer la voix du souverain.

Parce qu'un élu est le garant de la volonté du souverain devant lequel il prête serment après son élection.

Que cela vous plaise ou non.

Question chemise brune, je vous invite à revisiter les manuels d'Histoire de notre pays. Vous pourrez constater que ce sont des Minger qui défendait la Suisse contre l'idée des proches du nazisme qui n'étaient autre que... ?

Alors, si je suis certe ouvert au débat le premier défenseur de la démocratie telle que voulue par notre Constitution, m'assimiler à ce que je combats au quotidien par mon engagement politique dans l'UDC, je clorais la débat.

Pour votre information, mon Grand Père paternel, italien et armateur de son état, s'est vu nationaliser son entreprise par les Socialistes de Mussolini, ruiné après la guerre, il a émigré en Suisse pour travailler comme boulanger à Bâle...

Question chemise brune, je pense avoir un profond dégoût de tout ce qui est socialiste, parce que les chemises brunes, cher Déblogueurs, n'étaient pas des "Bourgeois" mais bien des socialistes.

Les Goulags étaient aussi une idée du l'URSS Union des Républiques Socialistes Soviétiques.

Vous reviendrez lorsque vous aurez revu vos manuels d'Histoire ?

Ou alors la nostalgie du certaine époque, où ceux qui ne pensent pas comme vous étaient déportés vous empêchent d'ouvrir les yeux sur votre dogmatisme anti UDC ?

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 01/12/2010

@M. Valente !

Et la liberté d'expression !!! vous semblez oublier ce qu'elle signifie ?

Christian

Écrit par : Christian Jordan | 04/12/2010

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Monsieur Jordan,

vous me disiez sur mon autre blog que je devrais apprendre à lire ?

Mon Cher Monsieur, consultez un ophtamologue et ensuite prenez des cours de français pour différencier le mot : élu de citoyen.

Mes commentaires et mon blog sont on ne peut plus clairs.

A vouloir donner des leçons, c'est d'abord soi même que l'on juge :oP

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 05/12/2010

Les commentaires sont fermés.