16/06/2012

Un Conseil d'Etat qui tarde...

Bonjour à toutes et à tous,

il y a trois mois, jour pour jour, je mettais fin à ma grève de la faim suite au vote en "urgence" de la motion amendée 2043 qui demande, ni plus, ni moins, le départ des citernes du site de stockage et de distribution de Blandonnet.

Confiant envers nos autorités législatives et exécutives.

3 mois... pourtant que le site en question, détenu et exploité par la société Petrostock S.A., continue à être exploité.

Et ce malgré l'évidence du danger réel qui existe pour 5'000 personnes voisinnes (moins de deux cents mètres) de cette installation.

Nous parlons ici de :

IKEA,

du centre de réquérants des Tattes,

TCS,

du bâtiment des Coquelicots,

HSBC,

World Found Organization,

Transocean,

L'Oréal.

De gens qui vivent, travaillent, des multinationales qui feraient saliver n'importe quelle ville du monde y ont leur siège mondial, et ce à proximité d'une installation de stockage de produits volatiles hautement inflammables nommés hydrocarbures.

115'000'000 de litres y sont stockés et manipulés jour après jours... dans une installation pointée du doigt par toutes les études menées.

Donc, j'ai une question très simple... le Conseil d'Etat compte-t'il vraiment attendre la catastrophe, 5'000 vies humaines exposées, pour décider de retirer l'autorisation d'exploitation ?

Un droit de superficie n'est pas une autorisation d'exploitation.

Ou peut-être attend-il, comme pour Merck-Serono, que ces entreprises citées plus haut s'en aillent sous des cieux simplement plus sûrs ?

Un départ de ces sociétés ne fera perdre combien ?

Pour information le site de stockage de Blandonnet rapporte à la commune de Vernier : 300'000.- / an (environ)

Le centre d'affaires de Blandonnet et IKEA, rapportent à la commune de Vernier : 5 à 6'000'000.- / an (environ)

Genève quant elle... reçoit quelques miettes de la Confédération...

Une catastrophe coûterait combien et surtout qui paiera ?

Faut-il vraiment que les citoyens de la commune de Vernier, et ceux du Canton, offrent une calculette à nos Conseillers d'Etat ?

Bien à toutes et à tous,

Stéphane Valente

Les commentaires sont fermés.