05/08/2013

Le GSSA : une relique...

Bonjour à toutes et à tous,

en septembre nous devrons nous prononcer sur l'initiative de ce groupement, relique de temps anciens, où notre belle et grande et fière et puissante armée comptait 650'000 hommes et femmes mobilisables en tout temps.

Reliqua d'une époque où le fait d'objecter vous menait directement à la case prison, sans passer par le start.

Forts de cette motivation, nos amis et amies du GSSA reviennent avec l'abrogation du service militaire comme Saint Graal de la liberté suprême que serait la disparition de notre armée de milice.

Paradoxalement, c'est cette même armée de milice, constituée d'hommes et de femmes issus de la population, qui garanti notre souveraineté démocratique élémentaire : le peuple décide de tout.

L'Histoire nous apprend qu'avant chaque dictature, les élites ont retiré les armes aux citoyens. C'est un fait historique qui s'est répété à plus soif au fil du temps.

De fait, tant que le peuple détient la force armée suprême : l'armée, rien ni personne ne peut s'opposer à sa volonté.

En somme l'armée de milice est la garante de notre souveraineté et donc de nos libertés.

En dépit de ces arguments purement Historiques et démocratiques, nos amis du GSSA n'ont pas la moindre analyse sur les évènements qui nous entourent... notamment, et là j'insiste sur l'importance de ce fait : Monsanto (savez les ceux qui brevètent la vie et l'imposent aux autres ?!?) s'est offert la première armée privée du monde : Blackwater.

Donc pendant que nos amis et amies du GSSA, utilise leur droit le plus élémentaire de s'exprimer, droit qui leur est accordé par notre Constitution, elle même garantie par notre armée de milice... des entreprises aux desseins quelque peu mal définis, s'offrent des armées privées...

Par conséquent, bientôt, des multinationales pourront imposer ce qu'elles veulent, à qui elles veulent, sans le moindre contrôle politique. Cette privatisation de la force armée commençant à s'étendre largement, même chez nos voisins limitrophes.

Cette dérive, cette dépossession de la force suprême, dont le peuple suisse dispose à travers son armée, obeït à une logique très claire : la disparition programmée de la démocratie telle que nous la connaissons.

Une fois dépossédé de la force armée, le peuple sera bien gentil et il fera ce qu' "on" lui dira et arrêtera de nosu dire ce qu'  "on" doit faire :)

En conséquence, le GSSA est un reliqua d'un combat politique obsolète complètement dépassé qui ne tient compte d'aucune réalité du monde qui nous entoure, des libertés qui s'amenuisent, de cette volonté délibérée de faire du bon petit peuple le gentil "con" qui paie, qui suit et surtout qui n'a rien à dire.

Personnellement, je ne serai pas ce "con" là...

Le 22 septembre je voterai en mon âme et conscience : NON à l'initiative du GSSA, et pas parce que je suis un militariste fini, mais simplement soucieux de préserver la démocratie directe telle que je l'ai connue et telle que je souhaite la transmettre à mes enfants.

Pour reprendre leur propre slogan, remixé pour l'occaZe :

L'armée :

ça tue,

ça pollue,

ça rend con,

ça me garanti le droit de le dire haut et fort :)

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

PS. Notre armée de milice est à notre démocratie ce que le préservatif est à la vie sexuelle : mieux vaut en avoir une et ne pas en avoir besoin que d'en avoir besoin et ne pas en avoir :)

Taaaaaaaaaaaaaaalaaaaaaaaaaaaaaaaaaam ;)