Révision de la loi sur les armes : atteinte à la sécurité de la Nation

Bonjour à toutes et à tous,

stopeugunban, votations, 19 mai, armes, armée suissele 19 mai nous serons appelés aux urnes pour voter sur l'application de la révision de la loi sur les armes.

Bruxelles voulant, une fois de plus, imposer à la Suisse ses lois absurdes.

On se rappellera que Bruxelles a pondu cette loi pour "combattre le terrorisme". Comme si les terroristes étaient des détenteurs d'armes lambdas, et déclaraient, bien "komkifo" leurs armes.

Au delà du constat pathétique et absurde des sempiternels technocrates Bruxellois disposant d'un QI d'huitre, ce qui est méchant pour les huitres, je vous l'accorde, cette révision est une pure absurdité, mais surtout elle représente une menace pour la sécurité intérieure du pays.

Et pour cause, dans cette révision de la loi sur les armes, il est question de transmettre à l'Union Européenne un listing complet des armes et des détenteurs d'armes en Suisse.

Ce qui suit est un brin technique mais relativement facile à comprendre...

Comme il s'agit de l'ensemble des armes détenues en Suisse, cette révision concerne aussi nos citoyens soldats, nos sous-officiers, nos officiers.

Vous ne le savez peut-être pas, mais les armes détenues par notre armée sont numérotées de manière très spécifique, chaque numéro de série commence par un : "A" avant les chiffres. Jusque là vous me suivez. Mais dans le registre que nous transférerons à l'Union Européenne, il y aura aussi le type d'arme : fusil d'assaut, arme de poing, etc...

Une fois transmis, ce fichier, par un simple tri dans un document Excel par exemple, permettra de déterminer le type d'arme : arme de poing, et en peaufinant le tri dans la colonne numéro de série : les "A" 123456 sortiront.

En faisant ce simple tri, l'Union Européenne aura les nom et prénom de tous, je dis bien tous nos officiers.

Or, dans le Code pénal militaire à son article 77, alinéa 1 ; 86 alinéa 1 ; 106 alinéa 1 ; sont très clairs :

1. Celui qui aura révélé un secret à lui confié en sa qualité de militaire ou de fonctionnaire, ou dont il avait eu connaissance à raison de sa situation militaire ou de sa fonction, sera puni d'une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d'une peine pécuniaire

1. Celui qui, pour les faire connaître ou les rendre accessibles à un Etat étranger ou à un de ses agents, aura espionné des faits, des dispositions, des procédés ou des objets devant être tenus secrets dans l'intérêt de la défense nationale parce que leur révélation mettrait en péril l'accomplissement de la mission de parties essentielles de l'armée,

celui qui, intentionnellement, aura fait connaître ou rendu accessibles à un Etat étranger ou à un de ses agents, des faits, des dispositions, des procédés ou des objets devant être tenus secrets dans l'intérêt de la défense nationale parce que leur révélation mettrait en péril l'accomplissement de la mission de parties essentielles de l'armée, sera puni d'une peine privative de liberté.2

1 Celui qui, intentionnellement, aura publié ou, d'une autre manière, fait connaître ou rendu accessibles à des tiers non autorisés, des documents, des objets, des dispositions, des procédés ou des faits devant être tenus secrets dans l'intérêt de la défense nationale ou en vertu d'obligations contractuelles, parce que leur révélation mettrait en péril l'accomplissement de la mission de parties essentielles de l'armée, ou se sera approprié, aura reproduit ou copié sans droit de tels documents ou de tels objets, sera puni d'une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d'une peine pécuniaire.2

 

Cette révision est donc contraire à notre droit militaire d'une part et n'aurait jamais dû être acceptée par le Conseil fédéral qui ne connait visiblement même pas le Code pénal militaire...

Pour les civils-tireurs, si cette révision inutile et inepte devait passer, tout tireur utilisant un fusil semi automatique dans le cadre de la pratique, devra s'acquitter d'une autorisation spéciale à chaque fois, je dis bien à chaque fois qu'il souhaitera pratiquer son sport... l'émolument ainsi perçu pourra varier selon les Cantons...

Sans doute là aussi, est-ce pour lutter contre le terrorisme ? On imagine parfaitement le terroriste lambda se rendre avec son arme, automatique elle, au poste pour obtenir l'autorisation d'aller "ferrailler" dans une salle de concert...

ABSURDE et contraire au droit militaire, cette révision doit absolument est être rejetée.

J'invite ici toutes les sociétés de tir, toutes les sociétés d'officiers et sous officiers à faire clairement campagne contre la révision !

Bien à toutes et à tous !

Stéphane

Les commentaires sont fermés.