10/01/2019

Luc Ferry, cet imbécile...

LucFerry.jpg

(Crédit de l'image : ©JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Imbécilité

Absence complète d'intelligence, de compréhension ; bêtise, stupidité : Son imbécillité est navrante.

Action, parole, intention qui dénote cette absence d'intelligence : Dire une imbécillité.

Vieux. Déficit intellectuel profond.

 

Imbécile

Personne dépourvue d'intelligence : Cet imbécile va encore nous attirer des complications.

Vieux. Sujet atteint d'imbécillité.

(Définition du Larousse, disponible ici : https://www.larousse.fr)

 

Monsieur Luc Ferry,

semble t'il que vous êtes meilleur littéraire que professionnel de la sécurité, du maintien de l'ordre, et de l'engagement militaire.

 

Premier point : l’engagement de la force létale

En lisant vos déclarations, relatées dans l'article de France Soir (disponible ici en cliquant), vous appelez les policiers à "faire usage" de la force létale qui leur est conférée à travers leur arme de service.

Visiblement, vos propos dénotent une crasse méconnaissance :

1) des règles qui régissent l'engagement du "feu"

2) de la balistique

3) la portée politique qu’entrainerait la mise en application de vos propos

4) concernant votre appel à l’engagement de l’Armée.

 

1. Engagement du "feu" : l'usage d'une arme létale obéit à deux articles du Code pénal : la légitime défense, qui exige la proportionnalité de la réponse à l'attaque subie ; l'état de nécessité, qui induit que seul l'usage de la force létale se justifiait, notamment pour protéger la vie d'autrui.

En dehors de la réaction immédiate et proportionnée au sens de la légitime défense et de l’état de nécessité, il existe une graduation très claire avant que les forces de l’ordre puissent « faire usage » de leur arme de service :

  1. La pose de la main sur l’arme encore engainée, et sommations d’usage verbales
  2. La prise de l’arme en main, dégainage et sommations d’usage verbales
  3. Le tir de sommation, et là encore sommations d’usage verbales
  4. La mise en joue, et là encore sommations d’usage verbales
  5. Le tir.

N’est pas professionnel des armes qui veut. N’est pas « flic » qui veut.

Et vous n’avez ni les compétences, ni les connaissances, ni la formation, pour oser vous prononcer, du haut de votre savoir étalé comme on étale la dernière cuillère de confiture sur une tartine, sur ce que doivent faire les forces de l’ordre.

Ils et elles sont autorisé-e-s en tout temps à faire usage de leur arme lorsque les circonstances le nécessitent. Ils et elles n’ont donc aucun besoin de votre approbation, de votre bénédiction, de ce que j’ose appeler : un appel au meurtre. Contrairement à vous, ils et elles devront porter sur la conscience la mort probable qu’ils ou elles infligeront. Et ce pendant que vous siroterez un bonne tisane, une bonne bouteille avec vos ami-e-s, vous tapotant l’ego d’avoir porté la « bonne parole ». Paroles qui portent en elles, un petit relent brunâtre.

Vos propos, en plus d’être de l’imbécilité dans son plus simple appareil, sont le témoignage d’une ignorance crasse et accablante, et dénotent d’un mépris complet envers les professionnel-le-s qui s’interposent, encore, pesez bien ce mot : encore ; entre le pouvoir et le peuple de France qui manifeste pour revendiquer des demandes Ô combien légitimes, comme le RIC.

 

2. La balistique : les armes de poing en dotation au sein des forces de police sont de calibre 9mm et 357 magnum. Un policier qui ferait usage de son arme à terre, tirerait avec un angle vers le haut compris entre 25 et 45 degrés, même si ledit policier faisait usage de son arme dans pareille circonstance, avec pour seule intention de blesser aux jambes, la force de pénétration d'un calibre 9mm est de 300 mètres / seconde avec une inertie de 260 joules ; et pour un 357 magnum de 395 mètre / seconde avec une inertie de 796 joules.

En conséquence, les ogives en dotation traverseraient comme du beurre l’individu visé et continueraient leur remontée, conservant leur angle ascendant à travers d'autres manifestants.

Un peu de trigonométrie M. Ferry vous ferait le plus grand bien. Complété par un cours de physique élémentaire. Evidemment, pour une ancien ministre de l’Education nationale, votre ignorance ne vous honore que peu.

Les balles, cher Monsieur, blessent et tuent. Les armes à feu, ne sont pas des mots sur du papier. Mais évidemment, pour quelqu'un qui risque au pire de se couper la pointe de l'index sur le tranchant d'une page qu'il tourne, il doit être difficile de s'imaginer l'image d'une blessure provoquée par une ogive propulsée à 300 mètres / seconde à travers un corps humain.

Heureusement, vos forces de l'ordre, elles, sont formées à l'engagement du feu. Contrairement au littéraire que vous êtes, et que vous devriez rester. Lisez des livres, dans ce domaine, vous êtes, selon toute vraisemblance, relativement bon.


3 La portée politique : pour la France, donneuse de leçon à l'international, demander à la police, force régalienne tenue de protéger les citoyens et les citoyennes, réprimer une manifestation par des tirs de balles réelles, gageons que votre pays perdrait encore le peu d'estime qu'il suscite sur la scène internationale.

N'oubliez pas, cher Monsieur, que vos ventes d'armes à certains pays du Golfe, armes utilisées dans un conflit très peu médiatisé mais Ô combien meurtrier et peu reluisant : le Yémen, n'engagent pas au respect, mais au dégoût pur et simple du vile mercantilisme meurtrier auquel la France d'aujourd'hui procède.Visiblement, votre indignation très sélective s'arrête à la couronne parisienne.

Si vos forces de l'ordre suivaient votre voeu, vous pourrez y ajouter la répression à balles réelles. Une petite guerre civile vous siérait-elle pour égayer vos mornes soirées ?

A ce stade, je m'inquiète pour votre index, j'espère que SOS Médecin, on le SAMU vous auront fait un pansement et dispensé quelques analgésiques pour soulager la douleur insupportable de votre coupure.

 

4. L’engagement de l’Armée : appeler de vos voeux l'engagement de l'armée, vous pourriez être surpris d'être entendu, j'ai bien écrit entendu. L'écoute, elle, dépendra du prisme avec lequel votre armée percevra cet appel. Vous rappelant au passage, qu'il n'y a pas si longtemps, les femmes de militaires en colère se faisaient entendre pour crier leur détresse face aux soldes impayées de leurs conjoint-e-s engagé-e-s notamment en Opex.

Les soldats prêtent serment pour défendre leur Constitution et leur population. Rappelez-vous en. Ils et elles ne sont pas les « outils » du pouvoir face aux concitoyens qu’ils et elles ont juré de défendre au péril de leur vie.

Dernier point, rappelons que l’actuel Président a viré, pardon, a demandé au Général de Villier sa démission parce qu’il avait eu l’outrecuidance de signaler, à l’individu qui vous sert de chef de l’Etat, que son budget ne permettait pas de répondre aux attentes du pouvoir.

 

Pour terminer, on attendrait de pseudos intellos qu'ils vantassent des messages de paix, comme celui de Ghandi, de Soeur Emmanuelle, en lieu et place d'appels au meurtre. Fussent-ils "commandés" aux forces régaliennes de votre beau et merveilleux pays. Tiens, cette odeur brunâtre me revient dans les narines...

En somme, à la vue de ce qui précède, vos titres universitaires, votre parcours de pseudo intellectuel, masquent mal votre imbécilité déclarée, conjuguée à une visible et palpable nostalgie d'une époque un peu sombre de l'Histoire de France.

Vous êtes donc, au vu de ce qui précède : un imbécile.

Bien cordialement, votre voisin,

Stéphane Valente