06/04/2008

Luna Park... Plaine de Plainpalais

Bonjour à toutes et à tous,

quel bonheur de vivre dans notre belle et heureuse ville de Genève... prendre le tram avec la petite famille... se faire déposer à 10 mètres de la fête et entrer dans le sanctuaire forain.

Non mais franchement, nous avons de la chance de vivre ici...

Comme tout parent, père de famille nombreuse au demeurant, que ne serai - je pas prêt à faire pour voir le sourire de mes enfants, alors je casse la tirelire familiale pour profiter de la présence des forains.

Cependant, les stands se succèdent et je vois d'autres parents passer avec leurs enfants sans s'arrêter... cette fête est aussi une occasion rêvée pour réunir les citoyens et les citoyennes du Canton dans un lieu où tous sommes là pour nous amuser.

Mais tout cela a un prix et cet endroit, ce moment privilégié où la plaine attire est occulté par des questions financières. Je pense à tous les parents qui n'ont pas les moyens d'offrir à leur progéniture quelques tours de manège.

Alors, je me pose des questions, m'interroge sur une solution qui permettrait aux parents de profiter pleinement de cette fête.

Pourquoi la ville et le canton qui répertorient les familles, ne proposeraient pas un "carnet de bons", par exemple trois bons par enfant pour des manèges que les forains pourraient ensuite se faire rembourser ?

La politique familiale étant ce qu'elle est dans notre pays, il est temps d'apporter des améliorations et de faire des petits pas dans cette direction.

Ce serait un petit geste en direction de toutes les familles, sans distinction sociale.

Si j'étais un politique, j'évaluerais le coût de pareille mesure et présenterais sans plus tarder une proposition dans ce sens car il faut redonner une impulsion positive en matière de politique familiale dans notre pays... C'est une nécessité démographique.

Le pilier d'un pays réside dans la famille, investir dans la famille, c'est investir dans l'avenir du pays.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

Citation d'un auteur suisse : -"L'utopie peut mener au rêve... et parfois... le rêve devient réalité..."

20/12/2007

En finir avec l'abstention...

Bonjour à toutes et à tous,

 

depuis plusieurs jours... je me demande combien coûte le matériel de vote par habitant...

 

De là, en poussant la réflexion, je me dis que quoi qu'il en soit, ce doit être relativement cher pour l'ensemble et surtout pour l'usage qui en fait.

 

En effet, à part remplir les poubelles de plus de 50 % de la population, je ne vois pas bien l'utilité de faire parvenir des millions d'enveloppes, contenant des millions de brochures explicatives (ouais, explicatives... à condition d'avoir fait science po ;o)... avec tout ce que cela signifie d'énergie, de travail, de manutention... sans parler des "commissaires" qui assistent durant leur dimanche... et toutes ces petites mains qui vont décompter les bulletins.

 

Un beau gâchi.

 

Par conséquent, pourquoi ne pas faire supporter le coup financier aux abstentionnistes ?

 

De fait, dans un pays comme le nôtre où l'on peut voter par correspondance, par les bureaux de vote, etc... Les taux d'abstention font peur. Cependant, avant de faire payer les abstentionnistes, il faut absolument donner une validité au vote blanc.

 

Mais ne serait ce pas logique de faire payer celles et ceux qui jettent purement et simplement leur matériel ? Parce que... quelque part, ils et elles jettent de l'argent publique par les fenêtres... euh !!! ??? Pardon par la poubelle, expérience faite, le matériel de vote vole très mal...

 

Bon vous me direz, que nos politiques eux jettent de l'argent publique par les fenêtres, par les portes, par les poubelles... mais bon, eux sont élus, ils en ont le droit ;o)

 

Cette idée devrait plaire à toutes les couches (d'ou l'expression en tenir une bonne ;o) politiques : écologiquement parlant quitte à utiliser de l'énérgie et des matières premières, autant que ça serve; pour la droite dur, moins dur, molle, des économies et au pire des rentrées fiscales supplémentaires; pour la gauche molle, moins molle, et extrêmement gauche rappeler un message universel que le droit de vote est l'affaire de tous.

 

Des fois, je me demande à quoi pensent nos politiques... parce qu'il y aurait de vrais défis à relever, de vrais projets à mettre sur pied.

 

Si vous voulez ramener les votants à voter, faut donner des impulsions claires Mesdames, Messieurs, la colégialité et la mollitude ont atteint les sommets de l'ennui.

 

Idée gratos, bien évidemment... pardon idée à deux balles

 

Les idées à deux balles de Stéf

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

 

 

17/12/2007

Intégrer le vote "blanc"...

Bonjour à toutes et à tous,

 

plus je constate les taux d'abstention, plus je stigmatise les politiques et c'est un peu normal : des lois qui nous passent au dessus totalement incompréhensibles sans décodeur GPS, des élus qui sauf quelques cas sont aussi intéressant et motivant qu'une journée de pluie bien grise...

 

Alors, il me vient une idée pour mettre un terme à l'abstentionnisme de manière plutôt intéressante pour renvoyer le monde politique sur les bancs de l'école...

 

Ouais !

 

Annuler toute votation qui ne totaliserait pas plus de 51% de participation.

 

Et pour éviter ce cas de figure, comptabiliser les votes blancs avec une résultante effective, à pourcentage supérieur, ils pourraient annuler une votation. Evidemment cette idée ne plaira pas à nos politiques, mais imaginez un peu si tous les Suisses qui ne votent ppas ou plus, avaient le droit de voter en blanc et que ce vote soit pris en compte...

 

Les politiques seraient un peu obligés de se sortir les pouces.

 

En plus, pour les bouffoneurs comme moi, cela permettrait d'utiliser le matériel pour de vraies parties de morpions car il y aurait enfin le nombre de cases nécessaires par ligne pour les croix et les cercles ! Aussi imposer le nombre d'objets soumis à votation par multiple de 3, 6, 9, 12, 15, etc...

 

Nananèreuuuuuuuuuuuuuuh !

 

Enfin les bulletins de vote auraient une vraie utilité, non ?

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

10/12/2007

Armes d'ordonnance... On tourne en rond...

Bonjour à toutes et à tous,

 

il y a quelques jours, je commentais un billet de M. Hugues Hiltpold concernant les armes d'ordonnance. Lire l'article ?

 

Aujourd'hui, on lit que notre Présidente se prononce pour que les armes d'ordonnance soient déposées à l'arsenal.

 

Oui mais, M. Soli Pardo rappelait les tenants et les aboutissants des tirs obligatoires dans son billet disponible ici.

 

Donc, la solution intermédiaire qui pourrait satisfaire tout le monde pourrait se trouver dans le dépôt à l'arsenal de la culasse des fusils d'assaut, le fusil quant à lui pourrait rester en main des soldats car totalement inutilisable sans culasse.

 

Pour les tirs obligatoires, les sociétés de tir n'auraient donc qu'à fournir des culasses permettant ainsi de maintenir le niveau de tir de nos soldats de même que les réglages indispensables de l'arme.

 

Les culasses prennent nettement moins d'espace et sont stockées dans des malettes faciles à transporter et donc logistiquement c'est la seule proposition réaliste.

 

Quoi qu'on en dise, malgré les tragédies que nous avons connues, je doute que l'interdiction de l'arme d'ordonnance résoudra les problèmes de violence de notre société, les cas psychopathologiques dont le passage à l'acte ne sera que retardé, un humain ayant décidé de tuer, le fera.

 

Mais bon, il est bon d'interdire... dans notre société de plus en plus irresponsable.

 

Déresponsabiliser, comme nous le faisons, rend le citoyen de moins en moins libre.

 

Aux détracteurs des armes... je leur dirai simplement que la voiture tue bien plus que toutes les armes réunies du pays et on ne l'interdit pas pour autant .

 

Au titre de père de famille, quand mes enfants sortent jouer, j'ai plus peur qu'il ne leur arrive un accident de voiture, de se faire embarquer par un pédocriminel que d'être les victimes d'un soldat devenu fou...

 

Et vous ?

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane 

 

 

05/12/2007

Mieux réglementer le Cannabis ?

Bonjour à toutes et à tous,

 

selon une information de l'ATS datée de ce jour, le Conseil national n'a pas avancé sur le l'initiative populaire en faveur de la dépénalisation du chanvre.

Une feuille...  

En se masquant derrière une réponse du genre : "ce serait une banalisation de la fumette" revient à dire que les jeunes et moins jeunes ne fument donc pas ouvertement...

 

Une preuve une fois de plus que nos politiques ne sortent pas assez. Ils verraient plus facilement un(e) jeune avec un joint qu'avec une canette de bière...

 

En plus, maintenir le cannabis dans l'illégalité permet aux trafiquants de faire entrer tout et n'importe quoi et de le mettre en vente sur le marché... et de là les jeunes et moins jeunes fument "tout et n'importe quoi".

 

Facile pour les trafiquants d'ajouter par exemple quelques gouttes d'amoniac pour le rendre nettement plus addictif. D'ajouter des produits de coupe tel que des bris de verre, de l'énée etc...

 

Sans parler des millions qui échappent à l'impôt et qui disparaissent dans les filières...

 

Bref, aucun contrôle sur rien.

 

La répression a prouvé depuis bien longtemps sa totale inefficacité tant pour prévenir que pour réprimer le trafic.

 

Les gens en fument quand même...

 

En outre, comme cette substance est illicite, elle n'est pas encore recherchée de manière systématique, notamment dans les contrôles routiers.

 

Alors pourquoi ne pas dépénaliser afin d'avoir le contrôle sur les produits importés et / ou fabriqués ici, que ce trafic soit enfin soumis aux taxes et aux impôts et que la réglementation devienne, comme pour l'alcool, très drastique.

 

Est-ce que le texte de l'initiative populaire prévoit un durcissement de la réglementation de la consommation du cannabis parallèlement à sa dépénalisation ?

 

Parce que qu'on le veuille ou non, la fumette n'est pas si annodine qu'il n'y paraît, comme d'autres produits psychoactifs, le THC peut être facteur de nombreux effets secondaires indésirables et qu'à ce titre, la consommation d'un produit psychoactif quel qu'il soit, doit être réglementer clairement.

 

Bien à toutes et à tous,

 

Stéphane

 

 

PS. Avec ce débat, je continue à me demander si nos politiques ont suffisamment de temps libre pour sortir parce qu'il est clair qu'ils vivent en total décalage avec la réalité.