24/04/2008

Savez-vous ce qu'est la LFIS ?

Bonjour à toutes et à tous,

c'est la question du jour... :

-"Savez-vous ce qu'est la LFIS ?"

La Fédération des Indisciplinés Sauveteurs...?!

Ligue Francophonoise pour l'Instinct de Sociabilité ?!

KNUUUUUUUUUUP <- Sonnerie lourde qui signifie que vous avez tout faux :o)

 

C'est la Loi Fédérale sur l'Investigation Secrète (LFIS).

Cette loi est une avancée notable pour nos services de sécurité et voilà que l'avocat, d'un criminel ayant voulu se débarrasser de l'amant de son épouse, voudrait remettre en cause cette dernière.

Ce bien heureux défenseur de la vertu, va t'il prétendre que sans la LFIS... son client n'aurait "Ô grand jamais" voulu se payer un tueur pour liquider l'amant de sa femme ?

C'est toujours la faute des flics...

Personne ne se souviendra que durant de nombreuses années, la police n'avait pas le droit d'infiltrer ses agents, grâce à la LFIS c'est désormais possible et en plus cela permet de fixer des règles claires sur l'engagement des agents infiltrés sur le théâtre d'opération.

Nous devons cette avancée à des gens tels que M. Fausto Catanéo qui, à l'époque où la LFIS n'existait pas, était un précurseur de l'infiltration. On lui doit, notamment, les plus importantes saisies de drogue et d'argent jamais opérées en Suisse.

N'en déplaise au défenseur du "commanditaire", vouloir assassiner l'amant de sa femme est une chose... payer l'exécutant après avoir vu l'exécution, heureusement factice, c'est bel et bien un crime, un assassinat de sang froid.

Il sera difficile de plaider le crime passionnel, la folie passagère ou encore ce que j'ai pu lire ce matin, ici : la légitime défense.

Cet homme doit être puni sévèrement d'une part parce qu'il a voulu assassiner quelqu'un, mais aussi pour avoir fait appel aux "services" d'une organisation criminelle.

Espèrons, en plus de cette condamnation qui devrait être exemplaire, que conformément au droit pénal en vigueur les avis d'expulsion à vie du territoire pour l'ensemble des intervenants seront prononcés, nous n'avons pas besoin de ce genre de "prestataires externes".

La LFIS est une arme indispensable dans l'arsenal législatif de notre pays, la seule à même de permettre l'infiltration d'agent(e)s dans les organisations criminelles qui gangrènent notre pays.

Remettre en cause cette loi est une atteinte inacceptable à notre sécurité nationale.

La défense des criminels a des limites.

Le sécurité des citoyen(ne)s n'est pas un droit... c'est un dû.

Bravo encore à ce policier infiltré et à toutes celles et ceux qui, aujourd'hui, demain, travaillent et continueront à le faire dans l'ombre pour veiller à notre sécurité.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

 

PS. En d'autres temps... la LFIS n'existait pas... et pourtant... ;o)

18/04/2008

Bon Suisse, bon con...?

Bonjour à toutes et à tous,

il y a quelques jours, je publiais ici même, lire ?, un billet défendant à corps et à cri notre Conseillère en charge du DFAE.

Avant hier, je lisais les colonnes du Temps (ouais, je lis aussi la concurence... :o) où l'on expliquait que nous ne verrons pas une molécule de gaz iranien en Suisse...

Depuis, j'avoue avoir un peine monstre à m'asseoir :o)

Ce matin, parcourant le meilleur quotidien de Genève, La Tribune, les journalistes nous confirment que les experts sont formels, le gaz iranien en Suisse... Bah non !

Le bon Suisse, bon con... <-- Moi, je et moi même, donc, persuadé dur comme fer que notre Conseillère était partie en Iran pour défendre notre approvisionnement énergétique, faisait bloc comme un seul homme derrière elle face aux attaques venues de l'extérieur.

Ce que je ne regrette toujours pas car c'est encore et toujours une affaire interne à notre pays et nous n'avons aucune leçon à prendre de quiconque pour gérer nos affaires...

Mais lorsqu'un bon Suisse, bon con, comme moi et sûrement d'autres dans le pays, se réveillent avec la sensation d'avoir passé la nuit avec une équipe de rugby sans avoir préalablement consenti... cela me met en colère.

Mme Calmy Rey est elle allée en Iran comme porte parole d'une entreprise privée, si oui, combien ce voyage a t'il coûté aux contribuables, la société gazière à qui notre Conseillère apporte un contrat de plusieurs milliards sur un plateau contribuera t'elle à ce voyage... à qui profitera ce gaz, cet apport financier, etc...

Nombre de questions auxquelles notre Conseillère doit répondre car rappelons-le : nos Conseillers et Conseillères ne sont ni des Rois, ni des Reines, mais juste les garants exécutifs de la volonté populaire dans le serment de servir l'ensemble des citoyen(ne)s de ce pays.

En négociant ce contrat... en notre nom... pour vendre du gaz aux italiens... je me dis sincèrement : on se fout de nous.

Cet incident doit attirer notre attention sur l'action du Conseil fédéral, nos Conseillers et nos Conseillères nous doivent des comptes sur leurs actions et il est temps pour le souverain d'exiger des explications claires, parce qu'au fond leur employeur c'est qui ?

C'est nous.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane (bon Suisse, bon con :o)

06:55 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : contrat gazier, iran |  Facebook |

10/04/2008

Le Conseil fédéral veut taxer nos anciens...

Bonjour à toutes et à tous,

vous pensez que le titre de mon billet est une blague hein ?

Genre : "Stéphane, le premier avril c'était il y a neuf jours... faut voir à te réveiller..."

Mais non, je suis très sérieux... après une étude pas possible, y a un génie qui s'est dit qu'il fallait que nos anciens contribuent par une taxe de solidarité, c'est l'ATS qui donne cette information à 16:34 le 10.04.2008...

C'est "a BRAND NEW idea !"

Sauf erreur de ma part, déjà on ponctionne les rentes AVS et maintenant, nous allons encore demander à des personnes qui ont travaillé toute leur vie, cotisé à tout, qui enfin respirent et goûtent le fruit du dur labeur... de payer une taxe de solidarité.

Taxe de solidarité pour palier à l'incompétence de nos politiques incapables de proposer des projets de politique familiale susceptibles de remonter drastiquement notre démographie ?

Conjuguez à cela, les idées du King of Switzerland de vouloir nous faire travailler jusqu'à 68 ans... alors que dès 50 pour trouver un job : Bonjour.

Tout cela m'amène à penser qu'en Suisse il commence à ne faire ni bon être jeunes parents, ni bon être grands parents.

En somme, devenons tous des politiques, parce que pour eux, ça roule... Alors à quand la taxe de solidarité "conseillers/ères national(e)s" ?

Bref, on se demande où ils vont pècher ce genre d'idées.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

PS. Malheureusement il n'y a pas de taxe sur les idées "foireuses", parce que nous serions vraiment riches :o)

18:32 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |