03/07/2013

Séparation, une autre approche

Bonjour à toutes et à tous,

il y a bien longtemps que je n'ai pas pris le temps d'écrire un billet... parce qu'un brin occupé dans la vraie vie vraie ;)

322-couple-separation.jpgQui n'a pas des connaissances qui se séparent, ou se sont séparés, divorcés... ?

Au moment où le droit des pères est enfin reconnu par le National qui accorde désormais la garde partagée d'office... il est possible d'entamer la phase suivante.

De fait, il est intéressant de lire que partout : -"le bien être de l'enfant prime sur tout autre aspect d'une séparation" or... avec le droit actuel les séparations / divorces entrainent :

  1. un appauvrissement des deux conjoints
  2. une augmentation de la pénurie de logement
  3. un mépris du confort des enfants.

En effet, les parents, conjoints fussent-ils un temps donné, tirent inexorablement vers eux les enfants, les obligeants à se déplacer d'un foyer à l'autre. La conséquence est simple : il faut que les deux parents disposent d'un nombre de chambres, du confort nécessaire. Souvent, il faut aussi disposer d'un appartement suffisamment près des infrastructures usuelles que le, les enfants fréquentent : école, collège, médecin, etc...

Là, cela signifie que les deux parents disposent donc de deux appartements, pour la même "cellule" familiale. Dépensent chacun de leur côté des sommes astronomiques en loyer et achats divers indispensables.

C'est là, qu'une nouvelle piste de réflexion devrait faire son chemin chez le législateur :

la garde partagée au domicile des enfants

Contraindre les couples qui n'arrivent plus à vivre ensemble à assumer le bien être de leurs enfants, avant de satisfaire à leur "egocentrisme" qui prévaut bien trop souvent dans ces situations.

Or cette solution, c'est à dire contraindre les parents à assumer la garde au domicile des enfants et non de contraindre les enfants à habiter chez l'un ou l'autre des parents...

Le deuxième appartement peut dès lors être de moindre taille et partagé par les parents.

L'idée si elle peut paraitre saugrenue de prime abord, fonctionne.

C'est un état d'esprit qui replace l'enfant du couple au centre et ce quel que soit les différends qui auront conduit à la séparation. Il n'existe, à mon sens et à à moins de problèmes sérieux relevant du pénal, aucune raison qui justifie un droit quelconque des parents de déraciner leurs enfants de leur domicile habituel pour se garantir à eux le confort...

Pareille mesure "par défaut" responsabiliserait par la même les couples qui divorcent ou se séparent un peu facilement, comme si vous pouviez, après avoir eu des enfants avec un conjoint, tourner la page sur ce qui fut... ou a été...

Prendre conscience que lorsque l'on se marie, l'on choisit un conjoint, lorsque l'on s'engage dans une famille, il faut être prêt à mettre son orgueil, son egoïsme, de côté... réaliser que si le couple ne fonctionne plus, ce n'est pas aux enfants d'en payer les conséquences, mais bien aux deux parents.

A ces mêmes deux parents, donc... de partager la garde, et de le faire au domicile des enfants.

Inscrire dans la loi ce principe de "domicile régulier" des enfants et dès lors de contraindre les parents à se déplacer lors de leur garde respective remettrait l'enfant au centre des préoccupations et n'en ferait plus le jouet de parents... souvent bien incapables de prendre la mesure de ce qu'ils et elles font vivre à leur enfant chaque semaine... chaque deux semaines...

Aux législateurs d'y réfléchir... le modèle fonctionne et devrait devenir la norme.

C'était la pensée du mercredi matin :)

Belle et réfléchissante à toutes et à tous,

Stéphane

 

06/03/2013

L'Or

Bonjour à toutes et à tous,

De l'importance de l'Or

L'Or

lingot.jpg

L'élément atomique numéro 79.

Convoité, recherché, vénéré, adoré, cet élément a rendu fou plus d'un homme.

Pourtant, jusqu'il y a peu, l'or ne servait qu'aux parures, bijoux, objets divers.

Il deviendra monnaie, puis servira à thésauriser l'avoir des banques afin d'imprimer et faire circuler les "coupons" que nous appelons billets et frapper les pièces. 

A ce titre, notre Banque Nationale assurait la contre-valeur du franc suisse en or, à savoir l'étalon or. Etalon or auquel nous avons renoncé pour rejoindre le FMI.

Ce petit historique très résumé et simplifié, laisserait croire que l'or est un élément un brin désuet et complètement "has been".

Ceci à un tel point, que la tendance mondiale concernant ce métal, bien plus précieux qu'il n'y parait de prime abord, voudrait qu'au fond... ce métal ne sert pas à grand chose, que le posséder engendre plus de souci que d'avantages réels.

Or, c'est le cas de le dire, l'Or est véritablement une matière première.

De fait, ce bon vieux métal "has been" possède des propriétés pour conduire l'éléctricité. Probablement le meilleur conducteur qui soit.

processeur_1.jpg

A tel point, que tous les téléphones, tablettes, les processeurs, les cartes mères, en recèlent.

Il possède aussi une toute autre qualité qui en fait LE métal à posséder, car il est indispensable à l'industrie spatiale.

Conducteur, l'or possède avant tout des propriétes de réflexion des rayons infrarouges. Cette propriété particulière est utilisée pour protéger les satellites, notamment, des rayons solaires hors de notre atmosphère.

satellite.jpg

Ordinateurs, téléphones, satellites... cela fait beaucoup d'applications tout autre que la belle parure, ou le "plomb dentaire".

Ce métal est donc une valeur d'avenir, une nécessité incontournable pour diverses industries et indispensable à la conquête spatiale.

Posséder l'Or aujourd'hui, c'est garantir la prospérité aux générations futures.

De nombreuses banques centrales, notamment allemande, commencent à rapatrier leur or.

La Suisse doit elle aussi et sans tarder, récupérer le sien, le stocker sur son territoire et stopper les ventes d'or.

La politique de la BNS dans ce domaine particulier doit être revu et corrigé rapidement avant que nous dilapidions ce métal qui ne fera que prendre de la valeur au fil du temps.

Vous pouvez agir maintenant en signant l'initiative sur l'or

Nous parlons ici de la prospérité économique d'un pays tout entier. De l'avenir des générations futures qui auront un besoin bien réel de ce métal.

Synthétiser de l'or demande bien trop d'énergie et est bien trop coûteux pour que nous fassions "cadeau" de l'avoir du pays.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

Hommage particulier en ce jour, il y a un an, un grand Monsieur, au sens propre comme au figuré, nous quittait, à mon ami Soli Pardo.

15/02/2013

Un an déjà...

Bonjour à toutes et à tous,

il y a un an, jour pour jour, j'entamais une grève de la faim pour attirer l'attention de nos Conseillers et Conseillères d'Etat sur la situation des dépôts d'hydrocarbures divers présents à Blandonnet.

Le pourquoi du comment a été longuement et largement expliqué à travers différents médias...

Ce combat mené n'aurait pu l'être sans les quelques personnes qui m'ont épaulé et entouré durant le 30 jours qui ont suivi ce 15 février 2012 :

Didier Tischler, journaliste émérite, qui a été le seul à relever ce combat dans un premier temps. Sans lui cette affaire serait restée bien enfouie sous des piles de dossiers...

Pascal Décaillet, journaliste émérite, qui m'aura offert des fenêtres pour expliquer la démarche aux Genevois et aux Genevoises grâce à son émission Genève à chaud. Emission qui fait vivre le débat politique de la scène genevoise.

La ONE TEAM, équipe au combien sympathique, qui a été l'une des premières radios à annoncer la démarche. La petite touche d'humour des premiers jours de la démarche... et la fameuse phrase : le régime Blandonnet : garanti sans hydrocarbones et sans hydrocarbures.

Il y eut les journalistes... mais il y eut aussi les politiques :

Thomas Blaesi, Constituant, Conseiller municipal de la Ville de Genève.

Eric Bertinat, Député et Conseiller municipal de la Ville de Genève.

Christo Ivanov, Député.

Christina Meissner, Députée et Conseillère municipale de Vernier.

Thierry Cerutti, Député, ancien Maire de Vernier, conseiller municipal de Vernier.

Hedi Zayani, Conseiller municipal de Vernier.

Patricia Aubert, ancienne Conseillère municipale de Vernier.

Xavier Schwitzguébel, Président des Jeunes UDC-Genève, vice-président des Jeunes UDC-Suisse.

Yves Magnin, ancien Président du Conseil municipal de Vernier.

Il y eut aussi mes proches... des amis, des connaissances en nombre... à soutenir la démarche...

Sans leur aide, leur soutien, ce combat n'aura pas été porté et relayé comme il le fut.

Aussi, sans ces derniers, le poids de la démarche aurait été nettement plus lourd...

Alors un grand : merci.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

26/11/2012

Gym et citernes ? A quand Blandonnet ?

Bonjour à toutes et tous,

il y bien longtemps que je n'ai pas pris le temps d'écrire un billet... la vie est ainsi faite que l'on ne peut pas toujours faire ce que l'on souhaiterait...

Cependant, hier j'accompagnais ma cadette à la rencontre cantonale de gymnastique de là, comme je suis toujours impressionné par l'énergie des bélévoles qui organisent pareilles manifestations, un petit hommage s'impose.

Aujourd'hui, les personnes qui investissent du temps le plus gracieusement du monde et permettent ainsi à nos petites "têtes blondes" de partager pareils moments sont rares.

C'est donc une note en forme de remerciements à toutes celles et ceux qui prennent encore le temps de faire vivre notre société, nos évènements sportifs, nos manifestations.

Un GRAND MERCI à tous les bénévoles qui se sont investis pour rendre possible la rencontre sportive du Bois des Frères de ce week-end.

D'ailleurs c'est en allant à cette rencontre, que j'ai vu celà :

IMAG0068.jpgEh oui, les citernes ne sotn pas une fatalité. Je suis certain que désormais les parents qui laissent leurs enfants au centre sportif du Bois des Frères sont soulagés de voir ces verrues dangereuses disparaitre de l'horizon immédiat de leurs chérubins.

La concentration des capacités de stockage loin de notre population est une évidence à laquelle les installations dangereuses (type Sévéso) n'échapperont pas.

C'est l'évidence.

Par conséquent, je me réjouis de prendre connaissance des avancées du dossier des citernes de Blandonnet en application de la décision ferme du Grand Conseil de demander le déplacement de la capacité de stockage de 115'000'000 (115 millions donc)de litres d'hydrocarbures divers présents à moins de 40 mètres de notre population.

Blandonnet, cette bombe à retardement, est toujours en activité... 5'000 vies sont toujours exposées à la mort, ce qui est un moindra mal, mais aussi aux blessures graves.

8 mois sont passés depuis la décision du Grand Conseil, et à ma connaissance, le Conseil d'Etat et les services concernés semblent ne pas avoir répondu à la demande de notre législatif.

Ce qui à mon sens est un déni démocratique... mais ce que j'en dis... ;)

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

 

10:29 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2012

Eric Bertinat : un Homme d'Etat

Bonjour à toutes et à tous,

dans quelques semaines les habitants de la Ville de Genève élirons le remplaçant de M. Pierre Maudet à l'Exécutif de la Ville.

Eric Bertinat est un candidat parmi d'autres, qui n'en doutons pas, sont tous de qualité.

Cependant Eric Bertinat a, à mon sens, ce plus qui fait la différence entre un candidat, bon soit-il, et une personnalité capable d'administrer une Ville telle que Genève.

Toujours verniolan, je ne pourrais pas glisser son nom dans l'urne et je le regrette pour des raisons simples :

Député, Eric Bertinat a démontré, tout au long de sa carrière, une parfaite connaissance des dossiers qui lui ont été soumis. La grande majorité de ces collègues députés le savent travailleur acharné, attentif et maitrisant ces dossiers.

Eric Bertinat ne se contente pas de siéger. Il connait ses dossiers sur le bout des doigts. Il est l'un des députés les plus assidus de l'hémicycle. L'absentéisme, il ne connait pas.

Ses adversaires les plus rudes, lui confèrent tous ces qualités, même au-delà, la capacité d'entendre et de comprendre les arguments qu'on lui oppose. Lorsque l'intérêt général est en jeu, Eric Bertinat n'hésite pas à revoir sa position.

Il est un homme d'écoute, ouvert aux arguments, aux idées et surtout il a envie de mener à bien des projets qui sont nécessaires et ce que ces derniers viennent de toute part, gauche ou droite. Si ils servent l'intérêt des Genevois, il le votera en son âme et conscience.

 

Conseiller municpal à la Ville, sa réputation reste sensiblement identique. Sérieux, travailleur, il connait ses dossiers, les traite avec l'énergie d'un battant. Il en a assez des lenteurs qui parfois prétéritent nos concitoyens, son récent coup de gueule en étant un témoignage criant.

 

L'Homme, certains de ses opposants lui prêtent des qualificatifs d'extrémiste chrétien, de xéno parfois. Depuis 5 ans, j'ai partagé avec lui un nombre de repas, de réunions, de moments où loin de toute l'agitation politique, l'Homme se livre : jamais, pas une seule fois, je ne l'ai entendu critiquer mon approche de la religion. Pas une fois, il n'a fait de prosélitisme. Jamais. Quant à une soi disant xénophobie, ses opposants devraient consulter. Eric Bertinat est un Suisse fier de l'être, qui ose penser que les valeurs du pays sont bonnes, que la démocratie directe est un bien précieux qu'il faut défendre.

A ceux qui arrivent de pays en guerre cherchant un refuge ici, aux nécessiteux de notre pays qui n'ont d'autres choix que d'appeler à l'aide, Eric Bertinat sera le premier d'entre nous à partager son pain, le peu qu'il a.

Les autres, ceux qui abusent, évidemment... personne n'aime se faire blouser. Lui non plus. Son défaut : le dire haut et fort.

 

L'ami, au fil des années Eric Bertinat est devenu un ami, pas de ceux avec qui vous partagez un verre dans le meilleur des mondes lorsque tout va bien...

Non un ami qui lorsque vous décidez de soutenir deux citoyens suisses retenus par un pays tier, sera le premier à marcher à vos côtés.

Le genre d'ami qui vous appelle on vous disant : Stéphane c'est quoi cette "conneire" de grève de la faim, faut qu'on parle. Convaincu de vous faire changer d'avis... ne pas vous mettre en danger de la sorte. Mais qui lorsqu'il entend vos arguments arrive à comprendre le pourquoi vous le faites et reviens sur son idée première de vous faire renoncer, et au contraire... en silence chemine à vos côtés parce que votre combat est juste. Même si sur la forme, il ne partage pas. Il m'aura accompagné, aidé et épaulé.

 

Eric Bertinat est un Homme rare : compétent, travailleur, droit et juste.

Eric Bertinat est ce que je nomme : un Homme d'Etat.

 

Bien à lui,

Bien à vous toutes et tous,

Stéphane