16/06/2012

Un Conseil d'Etat qui tarde...

Bonjour à toutes et à tous,

il y a trois mois, jour pour jour, je mettais fin à ma grève de la faim suite au vote en "urgence" de la motion amendée 2043 qui demande, ni plus, ni moins, le départ des citernes du site de stockage et de distribution de Blandonnet.

Confiant envers nos autorités législatives et exécutives.

3 mois... pourtant que le site en question, détenu et exploité par la société Petrostock S.A., continue à être exploité.

Et ce malgré l'évidence du danger réel qui existe pour 5'000 personnes voisinnes (moins de deux cents mètres) de cette installation.

Nous parlons ici de :

IKEA,

du centre de réquérants des Tattes,

TCS,

du bâtiment des Coquelicots,

HSBC,

World Found Organization,

Transocean,

L'Oréal.

De gens qui vivent, travaillent, des multinationales qui feraient saliver n'importe quelle ville du monde y ont leur siège mondial, et ce à proximité d'une installation de stockage de produits volatiles hautement inflammables nommés hydrocarbures.

115'000'000 de litres y sont stockés et manipulés jour après jours... dans une installation pointée du doigt par toutes les études menées.

Donc, j'ai une question très simple... le Conseil d'Etat compte-t'il vraiment attendre la catastrophe, 5'000 vies humaines exposées, pour décider de retirer l'autorisation d'exploitation ?

Un droit de superficie n'est pas une autorisation d'exploitation.

Ou peut-être attend-il, comme pour Merck-Serono, que ces entreprises citées plus haut s'en aillent sous des cieux simplement plus sûrs ?

Un départ de ces sociétés ne fera perdre combien ?

Pour information le site de stockage de Blandonnet rapporte à la commune de Vernier : 300'000.- / an (environ)

Le centre d'affaires de Blandonnet et IKEA, rapportent à la commune de Vernier : 5 à 6'000'000.- / an (environ)

Genève quant elle... reçoit quelques miettes de la Confédération...

Une catastrophe coûterait combien et surtout qui paiera ?

Faut-il vraiment que les citoyens de la commune de Vernier, et ceux du Canton, offrent une calculette à nos Conseillers d'Etat ?

Bien à toutes et à tous,

Stéphane Valente

12/06/2012

A un Grand Homme, à mon ami...

Bonjour à toutes et à tous,

Quelques lignes dédicacées à un Grand Homme, devenu un ami.

Il y ait des Hommes qui méritent mon respect dont un qui m'a offert son amitié... une amitié aussi improbable et inattendue que ce coquelicot...

IMAG2061.jpg

A l'image de ce champ de blé, les amitiés, les rencontres, les amours qui jalonent une Vie, nous nourrissent des éléments qui nous permettent de grandir, de nous élever parfois. Quoi qu'il en soit, ces "jalons" nous bâtissent. Certaines s'élèvent au dessus et nous apportent cet émerveillement... que seule la simplicité est capable d'offrir.

Il y a quelques années maintenant, je faisais la rencontre d'un homme. D'apparence tout simple, d'une humilité telle qu'il m'aurait été bien impossible de savoir, ou plutôt de comprendre, que cette personne était à la tête d'un empire. Empire qu'il a bâti seul, à la force de ses bras, de sa volonté, d'un travail acharné.

Or, en découvrant qui il était réellement au fil du temps, le Temps lui-même m'a surtout appris que sa plus grande richesse était intérieure.

De fait, dans son domaine de compétence, cet homme est, ni plus, ni moins, un génie.

Sans que nous le sachions, cette personnalité a placé Genève à la pointe des nouvelles technologies... simplement... sans vague... sans en tirer la moindre gloriole.

Lorsque nous partageons un verre de vin, m'offrant ce qu'il a de plus précieux : du Temps... je lui dis souvent qu'il mériterait largement un boulevard, que notre cité devrait lui rendre hommage... ce à quoi il se refuse par pudeur, par humilité.

Au contact de pareil humain, l'empire qu'il a bâti s'efface pour laisser la place à la profondeur d'un Homme d'une simplicité rare, d'une humilité telle qu'elle donne le vertige.

A son contact j'apprends... apprendre à Être Humain tout simplement...

De là, il n'existait pas d'autre moyen pour lui rendre hommage que ces quelques lignes... témoignage furtif qui lui permettra de savoir ce qui émane de lui, tout en préservant ce qu'il apprécie le plus : la discrétion.

Toutefois, j'ajoute à son intention :

-"avoue que sur ce coup je t'ai eu !? Hein ? ;o)  et peut-être réfléchiras-tu à l'opportunité de laisser un témoignage de ton parcours de vie atypique pour donner l'impulsion à nombre de jeunes de suivre la voie que tu as ouverte et ce... avec toute l'humilité qu'il sied aux Grands Hommes de ce monde ?"

Il faudra t'y faire, tu fais partie des Grands Hommes, tu aurais tant à transmettre... réfléchis-y...

Bien à toi,

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

 

17/03/2012

Citernes, le Conseil d'Etat est enfin armé

A mon ami Soli Pardo,

hier soir, le parlement a accepté la Motion 2043 amendée. Ce texte demandant la rationalisation des stocks d'hydrocarbures présents sur la commune de Vernier, dispose d'un amendement clair concernant le centre de stockage de Blandonnet.

Ce texte, soutenu par l'ensemble des groupes politiques par 82 voix et une abstention, arme désormais notre Conseil d'Etat pour entamer sans plus tarder des négociations avec les pétroliers présents à Blandonnet.

En envoyant ce message on ne peut plus clair, le Parlement donne donc de la voix, quasi unanime pour que cette installation soit déplacée loin des habitations.

115'000'000 (115 millions de litres) de produits volatiles hautement inflammables à 40 mètres d'une population de 5'000 âmes étant une douce hérésie. Mesures de sécurité ou non.

Alors je tiens à remercier chacun des députés qui se faisant ont envoyé un signal clair en direction des pétroliers : l'installation de Blandonnet doit partir.

Merci.

Un merci à tous les journalistes, qui pour, qui contre, auront médiatisé le dossier.

Merci à Madame Isabel Rochat et à M. le Président de Conseil d'Etat pour m'avoir cordialement reçu et transmis leur réelle préoccupation à faire avancer le dossier une fois "armés" pour le faire.

Le Parlement vient donc d'armer nos Conseillers d'Etat afin qu'ils fassent entendre une volonté populaire désormais claire : Blandonnet s'en va.

Pour le reste, si mon billet commence par un hommage à Soli Pardo, c'est simplement parce qu'il n'aura pas vu la fin de ce combat et pourtant, si j'ai pu le mener, c'est parce qu'un jour nos chemins se sont croisés.

Ce combat c'est aussi un peu lui... A toi Soli.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

PS. Un grand merci aux centaines de personnes qui d'une manière ou d'une autre m'ont témoigné leur soutien. Merci.

14/03/2012

Non, les citernes ne valent pas nos vies, jour 29

Bonjour à toutes et à tous,

 

désolé pour ce silence quelques jours, mais j'accuse le coup de manière plus conséquente ces derniers jours...

Aussi, j'irai déposer un cadeau au Conseil d'Etat ce matin... une allumette géante parce qu'il ne manque que ça pour que le site de Blandonnet brûle... transformant ainsi cette "ACCEPTABLE" installation en catastrohpe humaine, économique et environnementale.

Et c'est aussi, le dernier sursaut d'humour qu'il me reste à ce stade... parce que je peux encore en rire... après une catastrophe, ce sera nettement plus difficile...

En attendant...


‎29 ième jour
Today's balance 91,5 kg... (la combustion des protéïnes commence)
Détermination : 261%
Sérènité : 322%
Humour en stock : 9 %
Etat général : accuse sérieusement le coup à 87 %
Etat de veille sanitaire : active
 
Phrase du jour :

-"Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence."
Arthur Schopenhauer

Bonne journée

Stéphane Valente

 


NB. Je ne publierai aucun commentaire anonyme sur ce sujet. Oser assumer vos propos, vos positions, comme j'assume les miens.

05:04 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

10/03/2012

Non, les citernes ne valent pas nos vies, jour 25

Bonjour à toutes et à tous,


Toujours aucune réponse des autorités. Sauf un accusé de réception... ça réconforte :o)


‎25 ième jour
Today's balance 92.3 kg... (très stable et tant mieux)
Détermination : 229%
Sérènité : 281%
Humour en stock : 24 %
Etat général : accuse le coup à 67%
Etat de veille sanitaire : active
 
Phrase du jour :

-"Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant été une évidence."
Arthur Schopenhauer

La vérité : en dix sept minutes, il sera impossible de protéger les vies de centaines de personnes directement exposées

 

 

17 minutes... dans le meilleur des scénarios. Ces images proviennent d'une caméra de l'installation de stockage de Buncefield UK, décembre 2005, un dimanche matin. Réputée sûre.

Muhleberg, centrale nucléaire vient de recevoir sa notification d'arrêt d'exploitation. Muhleberg est un million de fois plus sûre que Blandonnet.

Mais à Genève... tout est possible... et je me demande, si nous les Genevois, histoire de rentabiliser notre sens inné du non sens, de la bourde, du truc que personne, notre spécialité locale à nous : Les Genevoiseries peuvent être exportées. Il y aurait là un marché économiquement porteur, car nous sommes bien les seuls à avoir pareille marque de fabrication.

Le site de stockage et de distribution de Blandonnet en est une typique qui démontre à plus soif ( à plus faim mdr :o) notre culture de la Genevoiserie de luxe :

115 millions de litres de produits volatiles hautement inflammables à 40 mètres d'une zone urbaine qui compte 5'000 usagers, habitants, résidents... <-- N'y a t'il pas à ce simple énoncé... un quelque chose qui choque... ?

Une belel Genevoiserie comme on les aime... sauf qu'elle met en danger... des vies humaines. Et là, c'est moins drôle.

Bonne journée

Stéphane Valente

 

PS. A ceux qui ne manqueront pas de souligner que la perte de poids est stable, la raison est facile à comprendre : les eaux et graisses ont été consommées, désormais le corps se nourrit sur le capital protéïnes. Moins spéctaculaire, mais d'autant plus dangereux car les problémes hépatiques vont suivre.

NB. Je ne publierai aucun commentaire anonyme sur ce sujet. Oser assumer vos propos, vos positions, comme j'assume les miens.