05/09/2012

Eric Bertinat : un Homme d'Etat

Bonjour à toutes et à tous,

dans quelques semaines les habitants de la Ville de Genève élirons le remplaçant de M. Pierre Maudet à l'Exécutif de la Ville.

Eric Bertinat est un candidat parmi d'autres, qui n'en doutons pas, sont tous de qualité.

Cependant Eric Bertinat a, à mon sens, ce plus qui fait la différence entre un candidat, bon soit-il, et une personnalité capable d'administrer une Ville telle que Genève.

Toujours verniolan, je ne pourrais pas glisser son nom dans l'urne et je le regrette pour des raisons simples :

Député, Eric Bertinat a démontré, tout au long de sa carrière, une parfaite connaissance des dossiers qui lui ont été soumis. La grande majorité de ces collègues députés le savent travailleur acharné, attentif et maitrisant ces dossiers.

Eric Bertinat ne se contente pas de siéger. Il connait ses dossiers sur le bout des doigts. Il est l'un des députés les plus assidus de l'hémicycle. L'absentéisme, il ne connait pas.

Ses adversaires les plus rudes, lui confèrent tous ces qualités, même au-delà, la capacité d'entendre et de comprendre les arguments qu'on lui oppose. Lorsque l'intérêt général est en jeu, Eric Bertinat n'hésite pas à revoir sa position.

Il est un homme d'écoute, ouvert aux arguments, aux idées et surtout il a envie de mener à bien des projets qui sont nécessaires et ce que ces derniers viennent de toute part, gauche ou droite. Si ils servent l'intérêt des Genevois, il le votera en son âme et conscience.

 

Conseiller municpal à la Ville, sa réputation reste sensiblement identique. Sérieux, travailleur, il connait ses dossiers, les traite avec l'énergie d'un battant. Il en a assez des lenteurs qui parfois prétéritent nos concitoyens, son récent coup de gueule en étant un témoignage criant.

 

L'Homme, certains de ses opposants lui prêtent des qualificatifs d'extrémiste chrétien, de xéno parfois. Depuis 5 ans, j'ai partagé avec lui un nombre de repas, de réunions, de moments où loin de toute l'agitation politique, l'Homme se livre : jamais, pas une seule fois, je ne l'ai entendu critiquer mon approche de la religion. Pas une fois, il n'a fait de prosélitisme. Jamais. Quant à une soi disant xénophobie, ses opposants devraient consulter. Eric Bertinat est un Suisse fier de l'être, qui ose penser que les valeurs du pays sont bonnes, que la démocratie directe est un bien précieux qu'il faut défendre.

A ceux qui arrivent de pays en guerre cherchant un refuge ici, aux nécessiteux de notre pays qui n'ont d'autres choix que d'appeler à l'aide, Eric Bertinat sera le premier d'entre nous à partager son pain, le peu qu'il a.

Les autres, ceux qui abusent, évidemment... personne n'aime se faire blouser. Lui non plus. Son défaut : le dire haut et fort.

 

L'ami, au fil des années Eric Bertinat est devenu un ami, pas de ceux avec qui vous partagez un verre dans le meilleur des mondes lorsque tout va bien...

Non un ami qui lorsque vous décidez de soutenir deux citoyens suisses retenus par un pays tier, sera le premier à marcher à vos côtés.

Le genre d'ami qui vous appelle on vous disant : Stéphane c'est quoi cette "conneire" de grève de la faim, faut qu'on parle. Convaincu de vous faire changer d'avis... ne pas vous mettre en danger de la sorte. Mais qui lorsqu'il entend vos arguments arrive à comprendre le pourquoi vous le faites et reviens sur son idée première de vous faire renoncer, et au contraire... en silence chemine à vos côtés parce que votre combat est juste. Même si sur la forme, il ne partage pas. Il m'aura accompagné, aidé et épaulé.

 

Eric Bertinat est un Homme rare : compétent, travailleur, droit et juste.

Eric Bertinat est ce que je nomme : un Homme d'Etat.

 

Bien à lui,

Bien à vous toutes et tous,

Stéphane

 

 


 

14/04/2011

Déontologie journalistique et indignation sélective

Bonjour à toutes et à tous,

Vernier à l'honneur, encore une fois... parce que nos Magistrats ne s'entendent pas.

Cette fois, c'est le camp "rose vert" qui s'indigne parce que je cite, le Magistrat MCG, Cerutti, le diable en personne, aurait comparé la situation politique actuelle au national socialisme.

Waow...

Pleine page dans la Julie, pour signifier l'indignation d'une querelle de clocher...

Parce que, c'est bien mignon que la Julie fasse ses choux gras, comme elle en a la réputation, chaque fois qu'une personnalité de gauche s'indigne, s'offusque...

Alors, je pose une question très simple, si chaque fois qu'une personnalité UDC, que ses membres, traités à longueur de temps de "xénophobes, racistes, chemises brunes, odorant une substance brunâtre", les journalistes de la Tribune ont ils été aussi prompts à réagir par des articles...?

D'ailleurs, les personnes qui qualifient l'UDC de nazis sont légions et ce en parfaite contradiction avec ce que l'Histoire nous apprend... mais bon, si les anti UDC étaient cultivés, ça se saurait...

L'idéologie Socialiste à un lourd passé, un très lourd présent, alors si les membres de cette formation éprouvent une honte, une incapacité à assumer le passé et le présent de leur idéologie, peut-être devraient ils faire une introspection.

L'UDC n'a jamais fusillé ses opposants, l'UDC n'a pas offert à la population des camps de travail, l'UDC n'a jamais passé à tabac les "petits gauchos", l'UDC n'agresse pas physiquement ses opposants... l'UDC ne détruit pas les affiches de ses adversaires... l'UDC n'empêche pas les réunions des autres partis... l'UDC ne passe pas son temps à insulter les formations politiques qui ne pensent pas comme elle.

Promis, désormais, chaque fois que je me ferai traiter de nazi, de chemise brune, de xéno-racisto-islamophobe à tendance fascisante, je ferai un communiqué de presse à l'ATS et envisagerai systématiquement de porter plainte pénale... parce que je me sentirai, à juste titre, calomnié, insulté et diffamé...

La Tribune de Genève, en dehors de son espace de blog encore tenu d'une main de Maître par J-F. Mabut qui nous laisse encore une certaine marge d'expression qui ne se résume pas au ressenti de quelques sensibilités politiques majoritairement totalitaires, fait preuve d'une indignation sélective.

Déontologie journalistique... et indignation très sélective.

Aller, tout ça me gave surtout que Vernier à d'autres soucis bien plus graves que cette querelle de clocher qui dure depuis maintenant trop longtemps... Le Magistrat Cerutti est élu, continuer à s'en-têter dans la diabolisation d'un homme qui a prouvé son efficacité dans ses dicastères, confirmé dans ses fonctions par deux fois... est juste un DENI DE DEMOCRATIE !

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

11/02/2011

Père au désespoir ? Le Code civil Suisse en cause

Bonjour à toutes et à tous,

après cet article à lire ici, et là, il serait temps que nos Conseillers nationaux se penchent rapidement sur une antiquité de notre arsenal législatif pour le mettre au rencard.

Les deux récentes affaires de pères qui disparaissent avec leurs enfants posent une vraie question : le Code civil suisse n'est plus adapté aux réalités actuelles et donne encore bien trop d'importance à la femme.

Alors je me demande si, les féministes toujours prêtes à bondir pour revendiquer l'égalité à tout va, sont prête à rejoindre les pères célibataires sur ce combat avant que d'autres drames ne se produisent...?

Il est temps de dépoussierrer le Code civil afin de le mettre au goût du jour... parce qu'encore aujourd'hui, en cas de séparation le con qui paie pour tout, qui est privé de ses enfants, qui n'a pratiquement que le droit de se taire et entretenir Madame, c'est le bon pigeon de mari.

Il est temps que les pères soient considérés au même titre que les mères, et qu'on arrête de donner par défaut l'ensemble des droits à la seule "pauvre femme".

L'égalité tellement criée sur les toits, s'arrête aux portes du Tribunal de première instance.

Au boulot Mesdames les féministes pour qu'enfin... l'égalité s'applique uniformément partout, y compris dans la Justice civile.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

28/01/2011

Armes : les chiffres !

Bonjour à toutes et à tous,

depuis le début du lancement de l'initiative "Contre la violence des armes", les initiants surfent sur les chiffres avec une aisance et un aplomb certain... sauf qu'il s'avère que les chiffres annoncés, gonflés à loisir, ne reflètent pas la réalité.

2008

259 décès par arme à feu dont 23 causés par l'arme d'ordonnance.

12'000 cas de violences enregistrés avec 2% où des armes à feu ont été utilisés dont 80% étaient illégales

2009

1'300 personnes env. se sont suicidées. Parmis ces dernières, 17% ont choisi une arme à feu pour le faire, soit 221 personnes. Sur ces 221 personnes, seuls 8% d'entre elles ont utilisé leur arme de service pistolet ou fusil, soit 17 personnes.

La réalité des chiffres le démontre, cette initiative c'est du vent. De la poudre aux yeux pour masquer le démantèlement programmé de notre armée de milice, seule garante de nos droits constitutionnels.

On ne traitera pas une problématique pareille, la violence des armes, en plaçant simplement les armes d'ordonnance à l'arsenal.

On désarme le citoyen soldat, suffisamment capable pour accomplir son armée, mais totalement irresponsable lorsqu'il rentre chez lui.

Dans un pays où tous, presque, avons été et / ou sommes des miliciens, c'est l'ensemble des soldats que l'on traite d'irresponsables patents. Ils et elles apprécieront.

Voici le message d'un soldat suisse en cette veille de votation :

Bonjour,


j'ai servi pendant presque une année comme soldat dans l'armée suisse, au sein de la Compagnie Grenadiers 3, pour vous protéger, vous, vos familles et vos droits.

Beaucoup d'autres l'ont fait, parfois plus longtemps.

Je l'ai fait parce que j'étais et je suis toujours persuadé que c'était mon devoir.

Je n'ai jamais attendu ni reconnaissance, ni remerciements de votre part.

Je vous serais maintenant reconnaissant de me montrer un minimum de respect.

Je ne suis ni un criminel, ni un détraqué.

Laissez moi le devoir de garder mon arme chez moi!

C'est aussi grâce à elle que nous défendons notre liberté et notre droit de vote!

Les armes, comme le pouvoir, doivent rester aux mains du peuple, pas d'une minorité.


Je vous demande voter NON à l'initiative sur les armes, le 13 février. Cette initiative piétine nos devoirs et droits de citoyens libres!


Je vous remercie de faire suivre ce message!


Marian Banovski

Genève

Jusqu'à preuve du contraire, nos soldats sont des gens responsables parfaitement aptes à conserver leur arme de service.

Les déséquilibrés, les suicidaires, trouveront toujours un moyen d'atteindre leur funeste dessein.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

NB. Uniquement les commentaires identifiés avec un nom, prénom, adresse Email valide, seront publiés.

13/01/2011

Initiative sur les armes : de la poudre aux yeux

Bonjour à toutes et à tous,

judc_initiative.jpg

beaucoup présentent l'initiative socialiste comme la panacée "contre la violence des armes".

Hors une arme n'est pas violente, c'est celui qui en dispose qui peut éventuellement être dangereux.

De plus, l'initiative "Contre la violence des armes" laisserait à penser dans son intitulé, dans les buts qu'elle chercherait vainement à atteindre, à réduire la violence liée aux armes :

  • suicides
  • braquages
  • tireur fou

Etc...

De plus, la tradition séculaire de l'arme de service à la maison repose sur le fondement même de l'armée de milice : le citoyen soldat.

A ce titre, si nos citoyens-soldats disposent de leur arme à la maison c'est pour répondre à deux nécessités :

  1. être mobilisable à tout moment
  2. permettre au citoyen-soldat de règler son arme

Ladite initiative ne vise que et exclusivement les armes de service. Ce n'est pas tellement la sécurité qui est visée à travers cette dernière, mais le démantèlement de l'armée de milice.

De fait, elle ne répond en rien à la thématique du suicide, les médicaments étant largement plus utilisés comme moyen d'en finir par les personnes désèspérées. Les statistiques sont formelles. Les suicides par arme d'ordonnance sont certes très médiatisées, mais ne représentent qu'une part infime des suicides.

En outre, si la thématique du suicide était une préoccupation réelle de nos amis socialistes, ils devraient se pencher sur le taux de suicide de nos jeunes. Nos ados se suicident dans des proportions ahurissantes. Et ils ne le font pas avec l'arme de papa...

Enlever l'arme d'ordonnance ne résoud rien de cette vraie problématique...

Braquages ?

Les derniers évènements intervenus dans notre belle et calme ville de Genève démontrent, si besoin étaient, que les braqueurs utilisent des AK-47 et non des Sig Sauer 90 pour comettre leur forfait.

Tireur fou ?

Un fou restera un fou, armé d'une arme d'ordonnance ou non, il trouvera le moyen de se procurer une autre arme et réalisera son funeste dessein.

Cette initiative est simplement inutile "Contre la violence des armes" et je le répète, une arme n'est pas violente. C'est celui qui la détient et qui en fait usage qui peut être violent...

Cette initiative inutile est de la poudre aux yeux... et elle ne résoudra rien.

Si le parti Socialiste souhaite vraiment trouver des solutions pour la violence liée aux armes, alors qu'il retire son initiative et se pose autour d'une table avec les principaux acteurs afin de trouver de réelles solutions.

Bien à toutes et à tous,

Stéphane