28/05/2009

Jamais plus ça...

Bonjour à toutes et à tous,

CampEuropeEnfants.jpgen parcourant un groupe de défense des droits de l'enfant sur Facebook, l'auteur a publié un lien vers une vidéo filmée à l'insu d'une "nounou".

Les images d'une violence inouïe me travaillent depuis plus de 5 jours maintenant.

Bien sûr, il y a eu la violence elle - même, mais le plus attristant c'est que la fillette, agée de 5 ans à l'époque des faits, tendait encore la main à son "bourreau"... elle marchait encore.

La cousine de cette fillette, présente sur le groupe, explique qu'après la scène en question, la "nounou" a emmené la fillette dans une autre pièce où les violences se sont poursuivies des heures durant.

Elle ne remarchera jamais plus, elle ne parle plus. Son petit frère, témoin de la scène, ne parle plus. Elle a aujourd'hui 13 ans.

Il aura suffit d'une journée pour briser la vie de deux enfants et au delà d'une famille toute entière.

La "nounou" incriminée et inculpée sortira de prison d'ici au début de l'été. Elle sortira en marchant...

Cette affaire soulève plusieurs questions :

  1. A quand une autorisation "d'accompagnement des enfants" pour toute personne travaillant avec nos enfants. Autorisation obéïssant à des accréditations tant judiciaires (casier judiciaire vierge) et attestation médico-psychologique de "stabilité psychique"
  2. Peut-on continuer d'enfermer des "bourreaux d'enfants" comem des criminels de droit commun ? L'atteinte à l'intégrité physique d'un enfant, n'est-elle pas un crime contre l'humanité ? Ne devrait-on pas durcir les conditions de détention de ces criminels ?

Nous ne pouvons pas accepter que certaines professions, notamment liées à la garde d'enfants, à l'accompagnement des enfants, ne soient soumises à aucun contrôle particulier.

A mon sens, il est temps d'uniformiser les conditions préalable à l'exercice d'une profession liée à l'enfance et de lancer "une autorisation fédérale" d'accompagnement d'enfants. Sorte de sésame incontournable.

Une société incapable de protéger ses enfants des monstres, est une société qui régresse.

Pour travailler dans une banque, il faut montrer patte blanche... pour être agent de sécurité, il faut montrer patte blanche... pour faire du babysitting... en ne vous demande rien... pour travailler dans une association active avec les enfants... on ne vous demande rien. C'est à bien plaire...

N'attendons pas un drame pour demander que celles et ceux qui approchent nos enfants montrent eux aussi "patte blanche"...

Aussi, il me paraît invraisemblable que l'on traite ces criminels là de la même manière qu'un détenu de droit commun. A mon sens, cette criminalité là est inacceptable et nous devons lui donner une toute autre dimension en élaborant des formes de détention nettement plus drastique que le simple emprisonnement.

Pour le reste, je n'oublie pas que nous avons toujours deux ressortissants bloqués à moins de 1'400 kilomètres et que nous sommes toujours bien incapables de les rapatrier "coûte que coûte" !

A Berne, on continue à hiberner...

le site de la RSR

le site de la TSR

Pour le reste, continuons à soutenir nos ressortissants et leurs familles

Ici, vous trouverez la liste des soutiens de la manifestation celles et ceux qui ont soutenu la manifestation

Ici, vous pouvez rejoindre le groupe de soutien créé sur Facebook celles et ceux qui ont rejoints ou rejoignent le groupe de soutien créé sur Facebook

Ici, vous trouverez une liste de soutien que vous pouvez imprimer et me renvoyer au format papier pour celles et ceux qui souhaitent témoigner leur soutien à nos deux ressortissants sans s'inscrire sur Facebook.

Pensez à laisser vos Emails et / ou votre adresse afin que nous puissions vous transmettre les dernières nouvelles.

REJOIGNEZ NOUS

313 jours

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg

En attendant de devenir vraiment président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

24/11/2008

20 à 30 seringues dans les parcs pour enfants

Bonjour à toutes et à tous,

seringue.jpgdepuis que j'entends que le local d'injection de Genève est une réussite, que depuis qu'il existe les scènes ouvertes de la drogue n'existent plus, que cette solution miraculeuse d'aborder le problème est la panacée... au point que nous allons élargir cette merveilleuse expérience à l'ensemble de la Suisse en y ajoutant la distribution gratuite de drogues étatiques garanties 100% Qualité Suisse grâce à la nouvelle loi...

Je m'interroge... ?

Suis-je le seul abruti de père de famille qui en a marre de faire attention où mes enfants jouent, parce que rien que dans mon quartier, les préposés aux jardins et parcs, ramassent entre 20 et 30 seringues avec aiguilles usagées par mois.

Et encore, sans compter celles qui échappent à leur vigilance, et celles que certains d'entre eux rechignent à ramasser et les enterrent plutôt que de prendre le risque de se piquer avec l'une d'elles.

geneve_perimetres_inj.jpgOu encore, lorsque ma grande, se déplace pour ses cours de guitare à proximité de la gare et qu'elle trouve, elle même, des shooteuses dans l'allée où elle suit ses cours de musique. Et je ne parle pas ici des extrêments humains, canettes de bière abandonnées, et faune locale des épaves que génère la dope.

Il est vrai que que la "politique des 4 piliers" vu sous cet angle est une réelle réussite.

Bravo.

Les initiants devraient sortir plus souvent.

Le local d'injection de Genève n'a résolu aucun problème de scène ouverte, la scène ouverte est simplement derrière la gare... les seringues usagées, là aussi une réussite, continuent à se retrouver dans toute la république et Canton de Genève... Ici à droite sur l'image, partant du constat que l'on retrouve des seringues aux Avanchets alors que le local d'injection est à la gare, j'ai imaginé faire le contour des périmètres à risque en imaginant les futurs points : Onex; Cointrin; Meyrin; Vernier; Plan-les-Ouates; Carouge; Grand-Saconnex; Thônex; quartiers à forte densité dans lesquels l'implantation future de locaux de distribution et d'injection est imaginable. (Crédit de l'image Google Map + Stéf)

Le constat est clair... Là aussi... c'est une réussite...

Quant les initiants arrêteront de vouloir nous faire avaler des fadaises qui sont dangereuses, peut-être pourrons nous avoir une discussion intelligente sur le sujet.

Les votations du 30 novembre, les textes soumis à la votation, n'arrangeront en rien la situation actuelle, ils ne feront que l'empirer.

Chaque commune aura son local bien à elle...

Parce que même si le peuple décidait de dire oui... prions que non... même si dans chaque quartier il y avait un centre d'injection avec en supplément distrbution d'héroïne gratos, les seringues et autres aléas... se retrouveront dans le voisinage. Comme c'est déjà le cas aujourd'hui.

Le texte de loi ne résoudra rien et amplifiera le tourisme des drogués pour toute l'Europe car aucune loi ne peut empêcher les toxicomanes de toute l'Europe de venir ici. La libre circulation les concerne aussi. De la drogue de "Qualité Suisse" gratuite, distribuées dans des "locaux d'injection" bien propres et tout... vous diriez non vous ?

Irresponsables

Voilà pour la petite anecdote... et les chiffres de 20 à 30 seringues ramassées chaque mois, ne concernent que le quartier des Avanchets.

Mes enfants et les vôtres ont le droit le plus élémentaire de pouvoir jouer dans des parcs propres et sûrs.

A ce titre, je profite de remercier les préposés des parcs et jardins des Avanchets pour les efforts qu'ils fournissent tous les jours pour assénir nos parcs afin que nos enfants courent le moins de risques possibles.

 

TRIPOLIDAY S.A. vos vacances en méditerrannée :

OFFRE EXCEPTIONNELLE

124 jours à 0 .-

Vos réservations directement auprès du Ministère de l'Intérieur Libyen

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg124ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane