18/06/2009

Pourquoi faire de la politique ?

Bonjour à toutes et à tous,

il y a quelques temps, je discutais avec un "adversaire" des raisons de mon engagement en politique. Il m'arrive ne pas être d'accord avec lui, ses idées, ses projets, mais il n'en reste pas moins un respect mutuel.

Mon engagement est simplement une démarche personnelle, j'ai décidé de m'investir pour mes concitoyens et mes concitoyennes.

Un seul souci m'anime : faire de mon mieux, amener des solutions, discuter des projets venus d'autres groupes et qui sont porteurs pour nos gens.

Certains ont vu et ne se sont pas gênés d'affirmer que je n'étais qu'un carrièriste, voir même un "petit arriviste" avec une seule chose en tête, l'arrivisme. Toutes celles et ceux qui m'approchent en reviennent vite...

classe_maternelle.jpgLa politique politicienne : faire "foirer" tel ou tel projet juste par conflit d'idéologie partisane, par calcul électoral me passant largement au dessus de la tête...

(Crédit de l'image : http://uneclassematernelle.unblog.fr/tag/4-divers/saint-n...)

Tout cela pourrait me faire sourire, car parfois, la politique politicienne ressemble à la cour de récré des maternelles :

-" t'es pas mon pote pasKe t'es le pote de l'autre... je te défais la paix..."

Certains, dans ce domaine brillent... des éternels enfants de maternelle.

Cependant, les politiques portent une lourde responsabilité dans le quotidien de celles et ceux qui nous confient ce pouvoir d'influencer leur quotidien, leur demain.

Il m'est facile de penser ainsi, père de trois enfants, leur avenir prime sur toute autre considération. Trois chimios des 8 dernières années, m'auront appris la fragilité de la notion "demain"... parce que l'avenir se joue aujourd'hui et se prépare maintenant... demain est déjà le passé.

C'est alors que vous rencontrez des "Politiques politiciens" qui souvent se prennent pour la crême... Capables de bloquer un projet parce qu'un tel n'est pas de leur mouvance... de leur idéologie... à ces derniers, usés par l'exercice politique de trop longue haleine, je ne saurai trop leur recommander de quitter le mandat qui leur a été confié par le seul souveraine de ce pays : le peuple. Parce qu'ils l'oublient... ils oublient leur tâche, leur rôle et ce qui suit n'est qu'un petit rappel de la réalité helvétique...

Article 1, alinéa 2 de la Constitution de la République et Canton de Genève :

2 La souveraineté réside dans le peuple; tous les pouvoirs politiques et toutes les fonctions publiques ne sont qu’une délégation de sa suprême autorité.

De nature patient, tranquille, je n'en reste pas moisn déterminé dans mes choix, dans mes idées, et il est certain que je ferai le nécessaire pour atteindre un objectif : répondre aux besoins, aux attentes de celles et ceux qui m'ont confié ce pouvoir. Car c'est avant tout le leur.

Un con qui marche ira toujours plus loin qu'un intellectuel assis. C'est de la physique pure.

D'ailelurs certains de ces politiques politiciens pourraient être facilement cadres, voir cadres sups..., notamment en Libye... :o)

Une place de consultant ?...

le site de la RSR

le site de la TSR

Pour le reste, nos ressortissants sont toujours bloqués, avec leur famille...

Ici, vous trouverez la liste des soutiens de la manifestation celles et ceux qui ont soutenu la manifestation

Ici, vous pouvez rejoindre le groupe de soutien créé sur Facebook celles et ceux qui ont rejoints ou rejoignent le groupe de soutien créé sur Facebook

Ici, vous trouverez une liste de soutien que vous pouvez imprimer et me renvoyer au format papier pour celles et ceux qui souhaitent témoigner leur soutien à nos deux ressortissants sans s'inscrire sur Facebook.

Pensez à laisser vos Emails et / ou votre adresse afin que nous puissions vous transmettre les dernières nouvelles.

REJOIGNEZ NOUS

334 jours

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg

En attendant de devenir vraiment président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

 

15/01/2009

NON au vote par Internet, 3 raisons de dire non !

Bonjour à toutes et à tous,

vous allez me trouver redondant, j'écris toujours sur le vote par Internet... 3ième billet en 5 jours...

Vous m'en excuserez, je l'espère car vraiment ce vote est bien plus important qu'il n'y paraît.

Ici, je ne vais pas vous décrire toutes les failles, tous les arguments techniques, je vais simplement argumenter trois points sur lesquels, soyons en sûrs, les partisans ne pourront rien opposer car se sont les faits :

1 Droit élémentaire du citoyen :

vous_etes_prevenus.jpgTout citoyen a le droit d'être scrutateur ou témoin d'un dépouillement. De vérifier de l'ouverture de l'urne à sa fermeture, suivre le décompte des bulletins, des voix, jusqu'au départ de l'urne scellée emportée par la police. C'est un droit élémentaire.

Avec le vote par Internet, il est parfaitement impossible de comptabiliser les votes, les serveurs le font automatiquement. Même un professionnel assis à côté des serveurs ne peut physiquement procéder au décompte.

C'est donc une violation du droit élémentaire de tout citoyen, une atteinte flagrante à un principe de base de la démocratie.

Ce seul argument est à mon sens suffisamment sérieux pour dire NON.

2 Droit de recours, contestation, annulation d'une votation :

balance_justice.jpgSi l'affaire de Vernier a pu être démontrée, conduisant à l'annulation d'une éléction en raison de malversations, c'est parce que les signatures manuscrites présentes, après analyse graphologique, sur un certain nombre de cartes de vote provenaient de la même main.

Avec le vote par Internet, sans authentification biométrique préalable, il est simplement IMPOSSIBLE de savoir quel citoyen a voté. N'importe qui peut voter à votre place. De là, il sera impossible de prouver la moindre fraude.

Avec le vote par Internet, si fraude il y avait... personne ne le saurait jamais...

Ce seul argument est à mon sens suffisamment sérieux pour dire NON

3 Technique et ciblage : 

zyvalabidouille.jpgL'introduction d'un ver dans la machine de l'utilisateur permet de geler la page d'envoi de votre bulletin, ensuite on récupère l'envoi, on le corrige, et on le renvoie sur le serveur, la page de confirmation vous apparaît le plus normalement du monde, sauf que votre vote aura été modifié. Aucun besoin de casser le cryptage, aucune complication.

Vous vous dites, mais comment cibler la Suisse pour une attaque ?

Faites l'expérience, tapez ou cliquez sur le lien www.google.com, automatiquement, vous serez redirigé vers www.google.ch version française si vous venez depuis le bassin lémanique. Le serveur identifie votre adresse IP et vous donne la bonne du site. Ces IP, sont distribuées par pays et par fournisseur d'accès. Il suffit donc de connaître les plages IP des principaux fournisseurs d'un pays donné et d'attaquer le réseau par des vers.

Voilà... pour l'exemple : votre adresse IP est : Adresse IP offerte par ActuLab

La Suisse en matière informatique est un dinosaure à l'époque des navettes spaciales. Aucun département qu'il soit fédéral, cantonal ou communal n'est prêt à faire face à une réelle attaque cybernétique. Un article récent paru dans La Tribune de Genève faisait part des craintes et des avertissements qui nous parviennent d'outre Atlantique.

Ce seul argument est à mon sens suffisamment sérieux pour dire NON

En fait Mesdames, Messieurs, les partisans du OUI au vote par Internet n'ont aucun argument solide. L'argumentaire se contente de dire : au 21 ième siècle, une administration moderne, un gain de temps, etc... des arguments de forme... car les arguments de fond conduisent tous au NON.

Le vote n'est pas un acte administratif, c'est l'expression de la volonté, de l'opinion, d'un citoyen.

Ce genre de système conviendrait parfaitement à des pays libres démocratiques socialistement islamique où il fait bon vivre :

TRIPOLIDAY S.A. vos vacances en méditerrannée :

OFFRE EXCEPTIONNELLE

175 jours à 0 .-

Vos réservations directement auprès du Ministère de l'Intérieur Libyen

Avec le personnel de l'Ambassade,

boycott_libya.jpgdont_forget_our_citizens.jpg175ème jour de captivité pour nos deux ressortissants

En attendant de devenir président

Des voix remontent de la cave...

-"C'est encore loin la Libye?"

-"Tais - toi et creuse !"

 

Bien à toutes et à tous,

Stéphane