30/05/2008

Naturalisation par les urnes... tous xénophobes!

Bonjour à toutes et à tous,

les votations approchent... et comme à chaque votation, j'irai déposer mon vote directement dans l'urne accompagné par l'une ou plusieurs de mes filles.

Une manière sans doute, de faire ce petit quelque chose par civisme, pour jouir de ce droit fondamental d'exprimer sa voix et transmettre cet idéal à mes enfants.

Même si, évidemment il faut se lever, se préparer, et aller au local de vote. Dommage, à ce titre, que l'on y serve pas un "apéro"... il est certain que nous serions beaucoup plus nombreux à aller voter :o)

Après avoir lu tout et son contraire sur les naturalisations par les urnes, je constate une chose : chaque fois qu'on parle d'éléction par les urnes, on pense que les Suisses voteraient obligatoirement contre toutes les naturalisations.

Sous entendez par là, nous sommes tous des gros xénophobes complètement fermés incapables de discernement.

Pas une voix ne fait état que les naturalisations par les urnes pourraient déclencher l'inverse, à savoir : qu'un ou plusieurs de nos compatriotes prennent la défense d'un candidat à la naturalisation...

Prenons un exemple simple, nous avons toutes et tous des voisins étrangers, pour ma part j'ai des voisins Kosovars, des gens admirables au demeurant... si ils présentaient une demande de naturalisation, je pourrais intervenir en leur faveur auprès de la commune, soutenir leur demande, parce que je les connais bien, eux ainsi que leurs enfants.

Trop souvent durant la campagne a été insinué que nous, Suisses, sommes des xénophobes incapables de reconnaître le droit de cité de nos amis étrangers qui travaillent dur pour s'intégrer, qui partagent nos valeurs, et qui veulent par leur démarche de naturalisation, transmettre à leurs enfants cette nationalité simplement parce qu'ils aiment notre pays.

Les opposants à cette initiative n'ont à aucun moment pris en compte cet aspect des naturalisations par les urnes : le peuple qui défendrait une naturalisation...

C'est tout simplement un manque de respect pour leurs concitoyens.

ABE, nous sommes donc tous des xénophobes,

Bien à toutes et à tous,

Stéphane

17/04/2008

La démocratie en danger...

Bonjour à toutes et à tous,

depuis quelques temps chaque fois que l'UDC ou M. Blocher disent ou font quelque chose, tous les journaux, les éditorialistes divers, les partis autres, s'agitent et trépignent en brandissant le slogan :

-"la démocratie est en danger"

Le jour où la démocratie sera réellement en danger, ils utiliseront quel slogan ?

Pourtant, je rejoins cette analyse, notre démocratie est en danger, mais contrairement à la vague actuelle, le danger ne vient pas des frasques de Mme Widmer Schlumpf au Conseil fédéral...

Mais d'ailleurs avec un signal clair qui a défrayé la chronique... depuis des mois, on nous parle de l'affaire de Vernier, qui a fait quoi, combien de bulletins falsifiés, etc...

Pourtant cette affaire, qui elle démontre de fait que notre démocratie est en danger, n'a conduit aucun parti à prendre une position claire pour que jamais plus... jamais, personne ne puisse détourner les votes.

Le seul moyen de frauder une votation réside dans le vote par correspondance.

Pire bientôt, on va vouloir nous faire avaler le vote électronique.

Et là, quoi qu'en disent mes confrères, le vote électronique c'est une belle foutaise. La pseudo sûreté des "serveurs" toute relative.

Ces deux moyens de voter ne sont pas une avancée, mais un véritable danger pour notre démocratie.

De plus, se rendre une fois par mois aux urnes est sinon un droit, un devoir.

Ce droit nous est acquis tant que nous l'utiliserons et notre devoir pour le préserver est de l'utiliser.

Le vote par correspondance devrait devenir l'exception, le vote électronique à jamais écarté du vocabulaire démocratique.

Rappelons que notre pays, deuxième démocratie du monde souffre du pire des maux : l'abstentionnisme et qu'il faudra bien trouver une solution pour ramener nos concitoyen(ne)s aux urnes...

Lorsqu'une moyenne de 47% du peuple vote 100% de nos lois, élisent 100% de nos Conseillers... Là il y a danger car il n'y a pas de légitimité réelle.

La déontologie journalistique devrait un peu moins se préoccuper des frasques d'une Conseillère Grisonne, de la femme du Président français, de Sieur Berlusconi et rappeler la réalité des chiffres de l'abstention car le danger est là et nul part ailleurs.

Genevés z'é Genevées rappelons - nous que ce dimanche 20 avril nous votons, nous élirons notre Procureur, M. Zappelli ou M. Paychère, on nous donne le choix, le mien est fait et je vous invite à faire le vôtre, mais quoi qu'il en soit :

-"VOTEZ"

1611467902.jpg

Vous voyez une urne ?

J'y vois le symbole de la démocratie...

Bien à toutes et à tous,

Stéphane