max.goldi

  • Une pensée pour Max

    Bonjour à toutes et à tous,

    tout d'abord il est heureux que M. Rachid Hamdani ait enfin pu retrouver le chemin de son foyer, renouer les liens avec sa famille.

    Après plus d'une année et demi passée loin des siens, ils et elles auront beaucoup à reconstruire, un long chemin les attend car on ne sort pas indemne d'une telle séparation...

    Si, lorsque Madame Hamdani m'a informé du retour de son mari, j'étais soulagé et heureux... ce soulagement aura été de courte durée parce qu'il reste l'un de nos concitoyens là bas.

    Il en manque toujours un à l'appel.

    Il y a 18 mois environ, lorsque avec d'autres blogueurs émérites, le soutien de journalistes tel que MM. Décaillet, Nanzer, Kohler, Cavelty, Gani, Muhiedinne, de plusieurs rédactions dont celle du Matin et de sa rédactrice en chef Madame Dayer, nous nous sommes battus pour informer sur la situation des deux Suisses, j'ai fait la promesse à Max que jamais je ne baisserai les bras avant qu'ils ne soient tous deux de retour...

    Il en manque toujours un à l'appel...

    Plus que jamais, Max a besoin du soutien de chacun d'entre nous pour recouvrer sa liberté. Vous aussi vous pouvez aider et soutenir Max qui en a bien besoin :

    http://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/libye/docs/2010/liberation-pour-max-goeldi

    free_max.jpg

    Max a déjà passé 589 jours loin des siens...

    589 jours qu'un innocent paye pour une affaire qu'il n'a ni voulue, ni provoquée...

    Alors si vous aussi vous réalisez que cela aurait pu arriver à n'importe lequel d'entre nous, simplement parce que nous avons commis le crime d'être porteur du passeport à croix blanche... alors signez, vous aussi, l'appel à la libération de Max...

    Avant son arrestation et son incarcération, nous avions des échanges réguliers... aujourd'hui, Max est coupé du monde, des siens, et est détenu dans une prison de haute sécurité.

    Comme les autorités libyennes lisent ce blog avec assiduité, si je pouvais leur passer la message de faire le maximum pour soulager les conditions de détention de Max, ils feraient un geste d'humanité envers un homme qui paye pour une affaire dont il n'est en rien responsable.

    Aujourd'hui, alors que je me prépare à prendre le petit déjeuner en famille, que je regarde le Jura, je pense à Max et à sa famille qui l'attend.

    589 jours... d'une attente interminable... il est temps qu'il rentre auprès des siens.

    Bien à toutes et à tous,

    Stéphane